Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Expositions & Actualités>Films>« Gravés, grattés, piqués »

Si vous n’arrivez pas à lire les médias, téléchargez Flash Player.

La séance explore, à travers quelques films du pionnier Norman McLaren et de ses héritiers, deux formes singulières et passionnantes du cinéma d’animation :  la gravure sur pellicule et l’écran d’épingles. Proches de la gravure par leur esthétique, ces techniques se situent à la croisée des arts graphiques et du cinéma. Elles permettent d’initier le jeune public, par l’image en mouvement, à l’art de l’estampe.

A partir de 6 ans

Begone Dull Care (Caprice en couleurs) de Norman McLaren et Evelyn Lambart
Québec, 1949, 7 min 50, coul., mus.
Les cinéastes transcrivent en images dessinées, peintes ou gravées, quelques pièces de jazz du Trio Oscar Peterson.

Serenal de Norman McLaren
Québec, 1959, 3 min, coul., mus.
Sur la musique du Grand Orchestre Curacaya de Trinidad, réalisé en 16mm, « un film libre tel une improvisation picturale »

Blinkity Blank de Norman McLaren
Québec, 1955, 5 min 16, coul., mus.
L’un des films les plus célèbres de Norman McLaren a été gravé directement sur pellicule opaque. Blinkity Blank est construit sur l’alternance d’images (blinks et blanks).

Short and Suite de Norman McLaren et Evelyn Lambart
Québec, 1959, 5 min, coul., mus.
Norman McLaren s'inspire d'une musique de jazz d'Eldon Rathburn pour dessiner directement sur la pellicule des lignes et des formes.

Le chien de Pierre Luc Granjon, 2018, 2 min 11, nb, mus.
L’histoire d’un petit garçon et d’un chien. Le film est réalisé à partir de la technique de l’écran d’épingles, mis au point dans les années 30 par le graveur français d’origine russe Alexandre Alexeïeff et son épouse Claire Parker.

Luna, Luna, Luna de Viviane Elnécavé
Québec, 1981, 12 min 33, nb, mus.
Envahie par la magie de ses songes, une enfant part une nuit à la découverte de la forêt. Un film d'animation réalisé à partir d'acétates peints en noir où le jeu des formes toujours mobiles crée une perception magique du monde la nuit.

La Nuit (A Noite) de Regina Pessoa
Port., 1999, 6 min 35, nb, gravures sur plâtre filmées en 35 mm
Premier court métrage, La nuit narre l’histoire d’une petite fille qui a peur du noir et amorce une trilogie sur l’enfance.

Aérobie de Bastien Dupriez
Fr.- Québec, 2016, 3 min 50, nb
Dans un vélodrome, un homme s’apprête à faire sa course. « Ce projet repose sur la notion de rythme. C’est ressentir la répétition, les éléments qui défilent, la pulsation. La course, celle de cet homme, c’est aussi notre course à nous dans nos vies quotidiennes. »

Cycle(s) : Fantasmagories Images gravées – La gravure sur pellicule

Informations pratiques

Tarif D 
8 €, plein
6 €, réduit
4 €, jeune (- de 26 ans) ; solidarité ; scolaire

Gratuit
- Adhérents Amis du Louvre Jeune ;
- Adhérents Amis du Louvre Famille ;
- Etudiants en art, histoire de l’art et architecture ;
- Personnel du ministère de la Culture et de la Communication ;
- Membres du Conseil International des Musées (ICOM)
- Adhérents Carte Louvre Professionnels.
Entrée libre dans la demi-heure précédant la manifestation, sur présentation d’un justificatif

Caisse de l’auditorium
Du lundi au dimanche (sauf le mardi) de 9h à 17h15, et les mercredis et vendredis jusqu’à 19h15.
Par téléphone 01 40 20 55 00
du lundi au vendredi (sauf mardi) de 11h à 17h, uniquement par carte bancaire.

Acheter un billet