Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Expositions & Actualités>Films>Guernica

Guernica : Un tableau au cinéma
Guernica n’a cessé de fasciner et d’interroger. Ce programme revient sur le rapport singulier du cinéma à cette œuvre emblématique du 20ème siècle.

Il y a quatre-vingts ans, le 26 avril 1937, les forces aériennes nazies et fascistes venues d’Allemagne et d’Italie appuyer les troupes du général putschiste Francisco Franco bombardaient la ville basque de Guernica y Luno, faisant des centaines de victimes civiles. Aussitôt, pour rendre hommage à ces innocents et à l’invitation du gouvernement républicain, Picasso commençait à peindre un tableau destiné à être exposé au pavillon espagnol de l’Exposition internationale qui ouvrait à Paris en mai 1937. Depuis, Guernica n’a cessé de fasciner et d’interroger. Ce programme revient sur le rapport singulier du cinéma à cette œuvre emblématique du 20ème siècle et propose une sélection de films, histoires parallèles, à la lisière des genres, issues des visions de cinéastes célèbres comme Robert Flaherty, Alain Resnais et Emir Kusturica ou moins connus comme Helge Ernst et Iñaki Elizalde.

Guernica : en billedfantasi inspiretet af Picasso billede
Dan., 1950, réal. Helge Ernst, 6 min, nb, mus.
Film expérimental réalisé à partir d’images d’archives, du tableau de Picasso et de séquences fictionnelles.
« Guernica de Helge Ernst et Fritz Ostergren fut présenté à la 2ème Mostra Internacional de Arte Cinematografico de Venise en 1950 en même temps que les deux films réalisés par le cinéaste belge Paul Haesaerts Visite à Picasso et  De Renoir à Picasso. Film de recherche, à la lisière de l’expérimental et de l’animation, mais en aucun cas didactique ou documentaire. À cette époque et au regard de l’histoire du cinéma sur l’art, cette position et cette pratique esthétique relevaient de la plus grande nouveauté d’approche. » GBS*

Guernica       
Fr., 1950, réal. Alain Resnais et Robert Hessens, 13 min, nb, texte de Paul Eluard
A partir du tableau peint par Picasso, le documentaire dénonce les atrocités de la guerre civile Espagnole, du fascisme et de la guerre.
« Pas d’archives, pas de prises de vues réelles, pas de figures humaines mais des détails de dessins, plans rapprochés sur des visages, des mains, des mots extraits de la presse espagnole El Fascismo, Triunfal, Invencible, Resistencia qui arrivent comme des éclats de bombes et dans la fixité de ces plans résonnent le fracas des moteurs d’avions, la stridence des sirènes et la voix de Maria Casarès. Guernica est un film de montage, à trois voix : visuelle, poétique et musicale. Trois voix qui se mêlent, s’accordent, s’éloignent et se fondent guidées par une quatrième, celle de Maria Casarès dont la gravité du timbre ajoute à la dimension tragique de l’événement… Ainsi le film est à la fois le récit du massacre d’un peuple et celui du massacre de la peinture. Les œuvres projetées sur l’écran sont criblées de balles, trouées, griffées, balafrées puis elles disparaissent une à une dans un épais fondu au noir. » GBS*

Guernica
Youg., 1978, réal. Emir Kusturica, 17 min, nb
Dans ce film de fin d'études abordant l'antisémitisme à travers le regard d’un enfant, Emir Kusturica s’interroge tant sur le sens de l'art que sur les injustices de la guerre.
« Au Guernica de Picasso, Emir Kusturica propose un autre tableau, fait des plus beaux noirs et blancs ; une image également fragmentée, détruite, renversée et chaotique que l’enfant va fabriquer et recomposer devant nous. La fascination pour le tableau et l’expression du désastre à venir est si forte dans son esprit, qu’il se souvient de Guernica comme il se souvient des propos de son père au sujet de leur judéité… Ainsi de l’évocation de Guernica, peinture d’histoire par excellence se métamorphose grâce aux ciseaux de l’enfant, son propre monde familial  - une famille juive – en un collage de visages défigurés, éclatés, fragmentés. Un peuple est anéanti, mais aussi l’image de ce peuple. » GBS*

Gernika
Esp., 1994, réal. Iñaki Elizalde, 13 min, nb, 35mm.
Une vision de la société moderne actuelle, vue à travers le travail de Pablo Picasso.
« Iñaki Elizalde effectue une relecture filmée de Guernica dans le monde contemporain. Se succèdent alors quatre épisodes illustrant le quotidien des jours dans une ville où diverses catastrophes se produisent. Malgré la force de l’œuvre, icône contre la guerre et les atrocités, l’humanité engendre sans cesse de nouveaux désastres, des conflits sont éternellement recommencés. Que faire interroge alors le réalisateur, il décide de brûler l’icône. Dans un plan d’une grande beauté plastique, Guernica  est dévoré par les flammes, les figures se tordent  et se calcinent léchées par le feu ardent. Le réalisateur ne croit plus au pouvoir de l’image iconique, mais peut-il en la détruisant, détruire la guerre ? » GBS*

Guernica
E.-U., 1949, réal. Robert Flaherty, 12 min, inachevé, sil., nb, production MoMA
Robert Flaherty tourna ces rushes au Museum of Modern Art à New York, où le tableau était à l’époque conservé.
« Tout art est une sorte d’exploration disait Robert Flaherty. S’attaquer alors au Guernica de Picasso représente pour lui une aventure filmique véritable à laquelle il souhaite se consacrer sans qu’intervienne dans son travail aucun autre élément que le tableau. » GBS*

* GBS : extrait du livre à paraître :
Gisèle Breteau Skira, Un tableau au cinéma – Guernica - Un cuadro en el cine, Antonio Pareja Editor, Tolède, 2016.
 

Cycle(s) : Journées internationales du film sur l'art, 10e édition

Informations pratiques

Lieu
Auditorium du Louvre

Tarif E
6 €, plein
5 €, réduit
3 €, jeune (- de 26 ans) ; solidarité ; scolaire

Gratuit
- Adhérents Amis du Louvre Jeunes ;
- Etudiants en art, histoire de l’art et architecture ;
- Personnel du ministère de la Culture et de la Communication ;
- Membres du Conseil International des Musées (ICOM)
- Adhérents Carte Louvre professionnels.
Entrée libre dans la demi-heure précédant la manifestation, sur présentation d’un justificatif

Caisse de l’auditorium
Du lundi au dimanche (sauf le mardi) de 9h à 17h15, et les mercredis et vendredis jusqu’à 19h15.
Par téléphone 01 40 20 55 00
du lundi au vendredi (sauf mardi) de 11h à 17h, uniquement par carte bancaire.

Acheter un billet pour cette séance Acheter des billets pour le cycle