Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Expositions & Actualités>Conférences et colloques>Journée d'étude 3/3 : les 30 ans de la Pyramide

Si vous n’arrivez pas à lire les médias, téléchargez Flash Player.

30 ans de la Pyramide : expositions inaugurales de 1989
Sous la pyramide, un espace d’expositions / La pyramide, métaphore ou modèle du musée / Génération 30 ans

La Pyramide, ce monument décrié par certains au moment de sa conception, déjà acclamé par beaucoup, est devenu au cours des trente dernières années un des emblèmes de Paris. Entrée unique pour le musée du Louvre, son franchissement a pris valeur de rite initiatique pour des millions de visiteurs qui se rendent au musée. Les trois tables rondes seront dédiées aux premières expositions dans l’espace du hall Napoléon, à l’architecture de la Pyramide comme métaphore et modèle du musée, à son image et à son influence renouvelée sur l’architecture, et la pratique muséale et la création contemporaine.

Samedi 30 mars 2019 de 14h30 à 18h
Auditorium du Louvre

1ère partie (durée : 1h30)
« Sous la Pyramide, un espace d’expositions ». Retour sur plusieurs projets exceptionnels.

Les  premières  expositions  sous la Pyramide, en commençant par l’exposition  « Les Donateurs du Louvre »  et  les expositions « Parti pris » du département des Arts graphiques ont constitué des évènements dans le monde des musées. L’espace d’exposition du hall Napoléon devient rapidement le lieu où se déroulent des expositions marquantes. Le musée invite des personnalités qui prennent part au commissariat d’exposition. Les scénographes dessinent des mises en scènes et des mobiliers. Trente années plus tard, l’espace d’exposition du hall Napoléon accueille toujours des expositions de grande envergure, valorisant le Louvre, ses collections et les projets de recherche conduits par ses équipes scientifiques.

Ouverture par Vincent Pomarède, conservateur général, administrateur général adjoint du musée du Louvre

Présentation et commentaire sur les premières expositions sous Pyramide :
Vincent Pomarède,
conservateur en chef, administrateur général adjoint du musée du louvre
Clio Karageorghis, architecte-conseil, Direction de la Médiation et de la Programmation culturelle, musée du louvre
1) Les donateurs du Louvre (5 avril - 21 aout 1989)
2) Léonard de Vinci-Etudes de Draperies (8 décembre 1989 - 26 février 1990)
3) Parti pris I : Jacques Derrida, Mémoires d’aveugles (26 octobre 1990 - 21 janvier 1991)
4) Repentirs (12 mars - 17 juin 1991)
5) Parti pris  II : Peter Greenaway, Le bruit des nuages (3 novembre 1992 - 1er février 1993)
6) Parti  pris  IV : Hubert Damish, Traité du trait (26 avril - 24 juillet 1995)
7) Parti pris  V : Julia Kristeva, Visions capitales (30 avril - 27 juillet 1998)
8) David (29 octobre 1989 - 12 février 1990)
9) Polyptiques (30 mars - 23 juillet 1990)
10) Euphronios (21 septembre - 31 décembre 1990)
11) Copier Créer (26 avril - 26 juillet 1993)
12) La Peinture comme crime  (19 octobre 2001 - 14 janvier 2002)
13) Un rêve d’Italie-La collection du marquis Campana (7 novembre 2018 - 18 février 2019)

Table ronde : Les thèmes des espaces d’expositions temporaires au musée du Louvre après 1989.
Modérateurs : Vincent Pomarède,
conservateur général, administrateur général adjoint du musée du Louvre
Intervenants : Françoise Viatte, Roberto Ostinelli, Fabrice Hergott

Françoise Viatte :
Françoise Viatte, conservateur général du Patrimoine honoraire, chargée du département des Arts Graphiques du musée du Louvre de 1988 à 2004. Elle a été à l’initiative et associée aux expositions du département. Elle a étudié plus particulièrement les fonds de l’École florentine et a organisé au musée du Louvre, l’exposition « Léonard de Vinci, dessins et manuscrits » en 2003.

Roberto Ostinelli :
Formé en Italie puis en France, Roberto Ostinelli a travaillé chez les architectes Mario Botta, Ivano Gianola, et Louis Flotron. Il a également enseigné l’architecture à l’école supérieure des Arts décoratifs et à l’ENSCI-Ateliers Saint Sabin. En 1993, il dessine la scénographie pour  l’exposition « Copier-Créer » au musée du Louvre. Par la suite, il ne cessera d’étendre son activité de scénographe d’expositions temporaires ou permanentes. En plus de 60 réalisations il s’est confronté à des thèmes et lieux aussi divers que l’exposition « L’âme au corps » (Grand Palais, 1993), « Au temps des califes, la médecine » (IMA 1996), ou encore la refonte du musée de l’Institut du Monde arabe en 2012. Des expositions ont été consacrées à son activité professionnelle notamment à l’école des arts appliqués à Lugano en Suisse.

Fabrice Hergott :
Titulaire d’une maîtrise en histoire de l'art, puis auteur d’une thèse de doctorat sur l'avant-garde allemande, Fabrice Hergott commence sa carrière de conservateur en 1985 au Musée national d'art moderne-Centre Pompidou à Paris. Il est ensuite nommé directeur des musées de Strasbourg de 2000 à 2006. Le 13 juillet 2006, Fabrice Hergott est nommé à la direction du Musée d'Art moderne de la Ville de Paris en remplacement de Suzanne Pagé, en poste depuis 1988.

Programmation :
Vincent Pomarède, conservateur général, administrateur général adjoint du musée du Louvre
Clio Karageorghis, architecte-conseil, Direction de la Médiation et de la Programmation culturelle, musée du Louvre

2ème partie (durée : 1h00)
Table ronde : « La Pyramide, métaphore ou modèle du musée »

La création de la Pyramide du Louvre a contribué à ouvrir les musées vers l’extérieur et vers le futur.  Un mouvement international en faveur de nouveaux musées  a commencé et qui perdure. Cette table ronde offrira d’analyser et de débattre sur la nature de la Pyramide du Louvre comme métaphore ou modèle du musée moderne.

Modérateurs : Marie-Christine Labourdette, présidente de la Cité de l'Architecture et du Patrimoine.
et Francis Rambert, chef du département de la création architecturale de la Cité de l'Architecture et du Patrimoine
Intervenants :
- Grands témoins : Pierre-Louis Faloci, architecte et Rudy Ricciotti, architecte et ingénieur, membre de l’Académie des technologies.
- Adelfo Scaranello, architecte
- Carme Pigem, architecte RCR Arquitectes (sous réserve)
- Fernando Romero, architecte

Rudy Ricciotti :
Rudy Ricciotti est architecte (École nationale supérieure d’Architecture de Marseille - 1980) et ingénieur (École d’ingénieurs de Genève - 1975). Il a mené des chantiers importants en France tels que le Centre chorégraphique national d'Aix-en-Provence en 1999 ou le Musée des civilisations de l'Europe et de la Méditerranée (MUCEM), à Marseille en 2002, mais également à l'international, tels que la passerelle pour la Paix à Séoul, le Palais des festivals à Venise, le Musée d'Art Contemporain de Liège ou encore la Philharmonie de Gstaad. En 2006, il reçoit le Grand prix national de l'architecture. Il est également élu membre de l'Académie des technologies en 2014. En 2018, il reçoit la Médaille fib Freyssinet remise par la Fédération internationale du Béton en Australie et le prix "I Maestri dell'Architettura", décerné par l'AIAC à l’Ostia Autumn School de Rome.

Pierre-Louis Faloci :
Pierre-Louis Faloci est architecte DPLG, diplômé à l'Université Paris 7 en 1974. Il a réalisé de nombreux bâtiments publics et aménagements urbains tels que l’église Notre-Dame de la Sagesse à Paris, la transformation du Musée Rodin en 2007 ou plus récemment la réhabilitation de l’ancienne halle aux sucres à Dunkerque. Ses réalisations démontrent que l’architecture est un tout qui doit composer avec le paysage, mais aussi l’histoire et la mémoire des lieux. Son travail est la preuve que les enjeux architecturaux, urbains, paysagers et culturels sont indissociables. Pierre-Louis Faloci est reconnu pour son engagement au service des enjeux de société, notamment environnementaux. Il est également professeur d’architecture, urbanisme et paysage à l'École nationale supérieure d'Architecture de Paris-Belleville. En 1996, il a reçu le prix de l'Équerre d'argent pour le Musée des Civilisations celtiques, ainsi que le Grand Prix national de l'Architecture en 2018.

Adelfo Scaranello :
Né à Besançon où il a établi son agence, Adelfo Scaranello est diplômé de l’école d’architecture de Lyon en 1987. Il a été nommé à plusieurs distinctions, notamment la Première Œuvre (1995) et l’Equerre d’argent (2001). Investi sur le territoire franc-comtois, il s’attache à ses spécificités locales. En 2008, la réalisation remarquée du musée de l’Abbaye de Saint-Claude lui vaut de développer des projets dans le domaine muséographique. S’opposant à une architecture expressionniste, il préfère créer des conditions d’exposition qui effacent tout effet de distanciation. Il a réalisé en 2017 le musée Camille-Claudel à Nogent-sur-Seine. En 2018, il réalise la rénovation du Musée des Beaux-Arts et d'Archéologie de Besançon. Depuis 2005, il enseigne à l’École d’Architecture de Marne-la-Vallée.

RCR Arquitectes :
RCR Arquitectes est un collectif de trois architectes catalans, créé en 1987 à Olot par Rafael Aranda, Carme Pigem et Ramon Vilalta. En France, le collectif RCR Arquitectes a notamment réalisé le Musée Soulages à Rodez en 2008 (inauguré le 30 mai 2014), et La Cuisine, centre d'art et de design, à Nègrepelisse en 2009 (inaugurée le 14 juin 2014). Le 1er mars 2017, le collectif se voit décerner le Prix Pritzker.

Fernando Romero :
Fernando Romero est diplômé d’architecture en 1995. Il rejoint ensuite le bureau de Rem Koolhaas, Office for Metropolitan Architecture (OMA), à Rotterdam aux Pays-Bas. En 1999, Fernando Romero a notamment été chef de projet pour la Casa da Música à Porto, au Portugal. Situé sur un site classé au patrimoine mondial de l'Unesco, cet édifice est désormais reconnu comme un lieu international des arts de la scène et un lieu emblématique de la ville de Porto. En 2010, le musée Soumaya, situé à Nuevo Polanco à Mexico, a été conçu sous la direction de Fernando Romero. Ce musée couvre une superficie de 22 000 m2 et expose environ 70 000 objets provenant de différentes collections du 15ème au 20ème siècle.

Programmation : Marie-Christine Labourdette, présidente de la Cité de l'Architecture et du Patrimoine ; et Francis Rambert, chef du département de la création architecturale de la Cité de l'Architecture et du Patrimoine à Paris.

Marie-Christine Labourdette :
Sortie de l'École Nationale d'Administration en 1988, Marie-Christine Labourdette a dirigé en 1994 la mission du développement de la déconcentration au ministère de la Culture et de la Communication. Elle a été secrétaire générale de l’Académie de France à Rome à la Villa Médicis de 1997 à 2003, puis directrice régionale des Affaires culturelles de Bourgogne. En 2007, elle rejoint le cabinet de Christine Albanel au ministère de la Culture et de la Communication, comme conseillère des patrimoines, de l'architecture et des musées. En juin 2008, elle est nommée directrice des Musées de France, puis directrice chargée des musées dans la nouvelle Direction générale des Patrimoines en 2010. Elle a été nommée, le 28 février 2018, présidente de la Cité de l'Architecture et du Patrimoine.

Francis Rambert :
En 1989, Francis Rambert est l'un des cofondateurs du magazine d'Architectures et il en est le rédacteur en chef jusqu'en 2002. Collaborateur dans différentes revues telles que Beaux Arts Magazine, Le Journal des Arts et Connaissance des Arts, il est également journaliste au Figaro pour les chroniques architecture de 1990 à 2004. Francis Rambert a été le commissaire du pavillon français « French Touch » à la 11ème Exposition internationale d'Architecture de Venise. Il a siégé en tant que président au conseil d'administration de l'École nationale supérieure d'Architecture de Paris-Val de Seine jusqu'en décembre 2017. Ancien directeur de l'Institut français d'Architecture, il est aujourd’hui chef du département de la création architecturale de la Cité de l'Architecture et du Patrimoine à Paris.

3ème partie (durée : 1h00)
Table ronde : « Génération 30 ans »

Il y a ceux qui ont connu l’avant et l’après, qui ont vécu le scandale ou salué le coup de génie, ceux qui ont forgés leur idée de la Pyramide et de son musée transformée en référence à un passé respecté mais inévitablement révolu. Et ceux, nés (ou presque) avec le projet Grand Louvre, pour qui la Pyramide, ce trait d’union entre la tradition et l’avant-garde, s’est imposée comme une évidence, un symbole appartenant déjà à l’histoire, indissociable du paysage parisien.
C’est à cette « Génération 30 ans » d’artistes, architectes, conservateurs ou musiciens que cette table ronde donne la parole pour livrer le regard qu’ils portent sur le musée du Louvre et les révolutions qu’il a introduites dans le monde muséal il y a 30 ans. Et ainsi interroger le lien personnel qu’ils entretiennent avec cette institution, devenue « le plus grand musée du monde », avec laquelle ils ont façonné, nourri, forgé leurs regards, leurs parcours, leurs réflexions et leurs  pratiques artistiques ou professionnelles.

Modérateur : François Bridey, conservateur, Département des Antiquités orientales, musée du Louvre

Intervenants :
- Iván Argote, artiste contemporain
- Olivier Marty, architecte Studio KO
- Clément Mao-Takacs, chef d’orchestre, pianiste et compositeur
- Stéphanie Deschamps, conservatrice, département des Sculptures, musée du Louvre

Iván Argote :
Iván Argote, né à Bogota en 1983, a étudié simultanément le cinéma et le graphisme à l’Université nationale de Colombie, puis aux Beaux-Arts de Paris où il vit depuis 2006. Ses performances, vidéos, films, sculptures, collages, campagnes d’affiche et installations dans l’espace public génèrent des interrogations sur nos relations avec les autres, avec l’État, avec le patrimoine et les traditions. L’artiste émet des critiques et fait des propositions politiques et sociologiques en utilisant les émotions et l’humour comme outils subversifs, avec lesquels il tente de créer des espaces de dialogue en dehors de la polarisation et des rhétoriques conflictuelles. Son travail est représenté par la galerie Perrotin (Paris, New York, Hong Kong, Séoul, Tokyo, Shanghai) et la galerie Vermelho (Sao Paulo).

Olivier Marty - Studio KO :
Les architectes Karl Fournier et Olivier Marty sont à l'origine de la création du Studio KO qui essaime depuis plus de dix ans ses projets en Europe, du Maroc aux confins de l’Afrique ou en Amérique, imposant un esprit où l’éclectisme des styles répond à une démarche à chaque fois singulière. Lieux publics, résidences privées, maisons contemporaines enchâssées dans des écrins naturels : chacun des projets est prétexte à jouer, à révéler mais à chaque fois, le contexte est la matrice. Savoir retrouver les résurgences du passé pour pouvoir les détourner, ou mieux s’en affranchir, c’est pour Studio KO la définition de la modernité.

Clément Mao-Takacs :
Diplômé du Conservatoire national supérieur de Musique de Paris ainsi que de l'Accademia Chigiana de Sienne, Clément Mao-Takacs est chef d’orchestre, pianiste et compositeur. Il devient l’assistant de Janos Komives à l’Opéra national de Budapest en 2002, ainsi que pour plusieurs productions et enregistrements en France. Il est ensuite engagé par le directeur musical de l’Opéra de Rome, Gianluigi Gelmetti, dont il sera l’assistant durant cinq années de 2003 à 2008. Parallèlement, il reprend la direction musicale de l'Orchestre Sérénade de 2004 à 2010. Il fonde en 2011 Secession Orchestra, dont il assure la direction musicale et artistique. En 2016, il dirige l’Orchestre de Bretagne et fait ses débuts américains à New York avec l’ICE Ensemble. En 2018, il dirige l’Orchestre national des Pays de la Loire.

Stéphanie Deschamps :
Précédemment directrice du musée des Beaux-Arts d’Arras et cheffe de la filière Sculpture au département Restauration du C2RMF, Stéphanie Deschamps-Tan est conservatrice du Patrimoine au département des Sculptures du musée du Louvre. Elle en charge des collections de sculptures de la première moitié du XIXe siècle dont elle prépare le catalogue raisonné. Ses recherches actuelles portent sur le néo-classicisme français, en particulier sur Joseph Chinard et François-Joseph Bosio, ainsi que sur l’histoire de l’arc du carrousel. Elle est également enseignante à l’Ecole du Louvre.

Programmation : François Bridey, conservateur, département des Antiquités orientales, musée du Louvre
Production : Valentine Brochet, Direction de la Médiation et de la Programmation Culturelle, musée du Louvre.

 
En partenariat avec l'INA

 

Cycle(s) : Journées d'étude : les 30 ans de la Pyramide
Evénement(s) : La Pyramide du Louvre fête ses 30 ans

Informations pratiques

Lieu
Auditorium du Louvre

Entrée libre dans la mesure des places disponibles

Accès
Métro : Palais-Royal / Musée du Louvre.
Entrée par la pyramide, le passage Richelieu ou les galeries du  Carrousel.
Parking du Carrousel ouvert de 7h à 23h.

Informations :
+33 (0)1 40 20 55 55, de 9h à 19h du lundi au vendredi