Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Expositions & Actualités>Conférences et colloques>L’oeuvre imprimé de Pierre Soulages

Conférence et Film
En lien avec l'exposition "Soulages au Louvre" jusqu'au 9 mars 2020 au musée du Louvre

L’œuvre imprimé de Pierre Soulages
Conférence par Céline Chicha-Castex, BnF

Pierre Soulages, dont la peinture occupe une place majeure dans l’histoire de l’art contemporain, est également un maître incontesté de l’estampe. Bien qu’il n’ait exécuté qu’une centaine d’œuvres imprimées (gravures, lithographies, sérigraphies), il n’a jamais cessé de porter de l’intérêt aux procédés d’impression pour élargir et poursuivre ses recherches sur la lumière.

C’est dans le célèbre atelier de taille-douce de Roger Lacourière à Montmartre que Soulages a commencé à pratiquer la gravure. Si ses premiers essais sont des déclinaisons de ses peintures de l’époque, très vite il s’en libère. Dès 1957, il crée une série de gravures en jouant sur la forme de la matrice qu’il façonne au moyen de l’acide. Il fait intervenir le hasard dans sa création, mais un hasard contrôlé : « Ce qui m’intéresse dans la gravure, c’est que l’on dirige et on se laisse diriger ». L’artiste questionne ainsi le rapport entre la forme et le fonds : en perforant ses matrices, il fait jaillir le blanc du papier qui n’est plus relégué à la marge, mais constitue une des composantes de l’œuvre. À la même époque, il crée ses premières lithographies puis reprend cette technique en 1972 dans l’atelier Mourlot : ces œuvres sont proches des peintures, le geste de l’artiste n’étant pas contraint par la matière. Toutefois, il  joue sur les effets de matières en variant les outils utilisés et introduit des modifications d’un état à un autre, procédé propre à l’estampe. Soulages aborde la sérigraphie entre 1972 et 1976 en travaillant plus particulièrement les effets de matité des aplats que permet cette technique. 
L’intérêt de Soulages pour l’estampe est lié à son goût pour le papier qui devient une partie intégrante de ses œuvres imprimées et non pas seulement le support recevant l’empreinte de la matrice. L’artiste fait ressortir la tactilité de la gravure et la restitue dans sa matérialité sur le papier. Ses estampes, liées à sa peinture, sans en être le prolongement, introduisent un rapport nouveau entre l’œuvre et le spectateur.

Céline Chicha-Castex, conservatrice au département des Estampes et de la Photographie de la BnF, y est chargée du fonds d’estampes du 20e siècle. Elle a assuré, seule ou à plusieurs, le commissariat de plusieurs expositions dans le domaine des arts graphiques, parmi lesquelles Les Impressions de Pierre Alechinsky (Paris BnF, 2005), Les Estampes de Giacometti (avec la Fondation Giacometti, BnF, 2007), Zao Xou-Ki. Estampes et livres illustrés (Paris, BnF, 2008), Hans Hartung (Paris, BnF, 2010), Matisse, Drawing life (Brisbane, Queensland Art Gallery, 2011), Matthew Barney, La Chambre de sublimation (Paris, Bnf, 2013), Marc Chagall, Impressions (Evian, Palais Lumière, 2014), Le monde de Topor (Paris, BnF, 2017), Antoni Clavé, estampes (Paris, BnF, 2018).
Elle enseigne à l’École du Louvre dans la spécialité Histoire de l’estampe, et intervient à l’Institut national du Patrimoine.

Suivie de la projection à 20h de :

Pierre Soulages – Regards
de Thierry Spitzer
Fr., 1996, 57 min

Film présenté par le réalisateur

Thierry Spitzer suit Pierre Soulages depuis sa rétrospective à Pékin au début de 1993 jusqu'à la grande rétrospective au Musée d'art moderne de la ville de Paris au printemps 1996. Durant ces trois ans, toutes les facettes de la peinture de Soulages sont présentées et évoquées : de la réalisation d'une gravure à Paris à l'atelier de Sète, des problèmes spécifiques de l'accrochage à Pékin ou à Münster aux vitraux de Conques, de l'intérêt de l'artiste pour la peinture paléolithique (Pech Merle en compagnie de Michel Lorblanchet) aux pierres levées du Rouergue qui ont marqué son enfance. C'est avec complicité, simplicité, émotion que Pierre Soulages parle de son travail, de la peinture, de l'espace, de la lumière et du temps.


Evénement(s) : En lien avec l'exposition « Soulages au Louvre »

Séances

  Lieu Commentaires Réservation
27/02/2020 - 18h30 Auditorium du Louvre

Informations pratiques

Lieu
Auditorium du Louvre, sous la pyramide

Tarif D
8 €, plein
6 €, réduit
4 €, jeune (- de 26 ans) ; solidarité ; scolaire

Gratuit
- Adhérents Amis du Louvre Jeune ;
- Etudiants en art, histoire de l’art et architecture ;
- Personnel du ministère de la Culture et de la Communication ;
- Membres du Conseil International des Musées (ICOM).

Entrée libre dans la demi-heure précédant la manifestation, sur présentation d’un justificatif

Caisse de l’auditorium
Du lundi au dimanche (sauf le mardi) de 9h à 17h15, et les mercredis et vendredis jusqu’à 19h15.
Par téléphone 01 40 20 55 00
du lundi au vendredi (sauf mardi) de 11h à 17h, uniquement par carte bancaire.

Acheter un billet