Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Arts & éducation>Conférences de l'auditorium>L'œuvre en scène>Le Gaulois mourant de la gypsothèque du Louvre : la clef de...

Le Gaulois mourant de la gypsothèque du Louvre : la clef de datation d’une collection

Le Gaulois mourant de la gypsothèque du Louvre : la clef de datation d’une collection

Oeuvre en scène par Elisabeth Le Breton, musée du Louvre (Auditorium du Louvre, 20 mars 2019)
Mise en lumière et filmée en direct sur la scène de l’auditorium, l’oeuvre est offerte aux regards du public dans ses détails les plus subtils. Elle dévoile à travers l’oeil intime de la caméra ses richesses techniques, iconographiques et esthétiques, au fil d’une analyse inédite.

Le musée du Louvre en héritant en 2001 d’une gypsothèque unique au monde, riche de plus de 5000 plâtres de modèles d’Antiques, historiques, s’engageait dans la voie d’une réhabilitation exigeante. Un grand nombre de pièces présentait un état structurel préoccupant ; c’était le cas du tirage en plâtre du Gaulois mourant, œuvre emblématique des collections des musées capitolins, qui rayonna à travers l’Europe. Il bénéficia des premiers travaux de restauration. Ce modèle fut introduit dans les collections royales françaises au 17e siècle. Il est inscrit dès les toutes premières pages de l’Inventaire général des collections royales en 1692, et demeura toujours présent par la suite dans les collections françaises et les Académies des beaux-arts. En effet, à partir du 17e siècle, en France, puis en Europe, les valeurs éthiques, morales et politiques, prônées dans l’Empire romain allaient constituer l’idéal à atteindre. Pour servir ce dessein, alors que Rome commençait à exhumer son lointain passé et à rendre ainsi visible un répertoire sculpté vite devenu célèbre, les grandes statues antiques, comme le Gaulois mourant, allaient être très convoitées et convoquées dans l’art. Un des moyens les plus sûrs et les moins onéreux alors pour rejoindre fidèlement l’original se présenta sous la forme de statues de plâtre moulées qui constituèrent les premières appropriations de l’Antique et les premiers « recueils » de modèles à imiter. Mais comment être assurés que nous puissions être héritiers d’œuvres aussi anciennes ? Car reconnaître un modèle n’est pas déterminant : le moulage permet en effet de le décliner à l’envi, le plâtre peut être réparé à différentes reprises, déplacé, surmoulé, et n’est en principe jamais daté ou signé. Les impressionnantes fractures et lourdes séquelles du Gaulois livrèrent pourtant le portrait d’un « vieux plâstre », et la clef de datation tant attendue qui permirent d’éclairer des pans entiers de cette collection de la gypsothèque en redonnant plein sens à ces Apôtres du bon goût comme aimait à le dire Diderot, à ces humbles passeurs de relais. La gypsothèque est abritée dans les Galeries de Mansart de la Petite Écurie du Roi à Versailles. Elle est visitable sur rendez-vous auprès de l’Office de Tourisme de Versailles.

Elisabeth Le Breton est conservateur du Patrimoine au département des Antiquités grecques, étrusques et romaines. Entrée au musée du Louvre en 1988, elle est aujourd’hui responsable de la collection de moulages d’antiques conservée dans la gypsothèque du musée du Louvre dans la Petite écurie du roi à Versailles. Suite à l’affectation par le ministère de la culture au musée du Louvre d’un vaste ensemble de plâtres en décembre 2001, 5500 numéros, les travaux de réhabilitation, par d’amples redéploiements d’œuvres et d’importantes restaurations, l’ont conduit à s’intéresser à la datation des tirages en plâtre et à élaborer une carte d’identité des plâtres anciens qui ont permis de reconnaître un reliquat important des collections royales du 17e siècle. Parallèlement, les fruits de ses recherches sur l’historique des œuvres, en lien avec les circulations de modèles du 17e au 20e siècle, offrent la possibilité aujourd’hui de restaurer la mémoire de cette collection et d’affirmer la gypsothèque comme le véritable conservatoire de la réception de l’antique en France.

Informations pratiques

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi
Nocturne gratuite le premier samedi du mois
de 18h à 21h45

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre 2019

Information in other languages

Entrez au musée en moins de 30 minutes
en achetant votre billet en ligne :

Achetez votre billet