Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Expositions & Actualités>Films>Le Louvre imaginaire

Si vous n’arrivez pas à lire les médias, téléchargez Flash Player.

A la proposition d’écrire un scénario sur le Louvre, Yves Bonnefoy répondit en poète. Il ne souhaitait rien de moins que de faire ressentir, par "le vagabondage de l´écriture [et le] cheminement par des lieux et parmi des œuvres qui n´étaient que parfois les salles ou les peintures du Louvre (… ), le rapport d´une personne à soi-même, fût-il à travers des rêves." (Le Grand Espace, 2008).

Le Louvre imaginaire
Fr., 1993, réal. Alain Fleischer, 60 min
Un cinéaste, Alain Fleischer et un poète, Yves Bonnefoy, nous proposent de célébrer le Louvre palais et musée avec une caméra très mobile, et de découvrir l'escalier de la Victoire de Samothrace et la Vénus de Milo, le château médiéval et Mona Lisa, la Grande Galerie et les antiquités égyptiennes, les Taureaux de Khorsabad et les Quatre Saisons de Poussin… Un récit à deux voix mêlant la vision du cinéaste à la parole du poète.

Discussion « Louvre imaginaire – imaginaire du Louvre », animée par Emmanuelle Lequeux, journaliste Arts, avec Alain Fleischer, Joseph Dadoune, Dominique Gonzalez-Foerster, Ange Leccia et Tristan Bera.
suivie de la projection de Sion, Belle comme le jour, La Déraison du Louvre

Sion
Fr., 2006, réal. Joseph Dadoune, 11 min, nb, avec Ronit Elkabetz, costumes de Christian Lacroix
Vêtue somptueusement par Christian Lacroix, l’actrice Ronit Elkabetz incarnant une allégorie de Jérusalem erre dans le musée à la recherche d’objets bibliques laissés par des civilisations aujourd’hui disparues qui ont occupé un temps Jérusalem.

Belle comme le jour
Fr., 2012, réal. Dominique Gonzalez-Foerster, Tristan Bera, 12 min
Pris entre le Belle de jour de Bunuel, le Belle toujours de Manoel de Oliveira et hanté par Vertigo de Hitchcock, mais aussi tourné en réponse à La Déraison du Louvre de Ange Leccia, Belle comme le jour construit la spirale de ses références cinématographiques sur une infime base narrative élaborée à partir d’un décor du Louvre.

La Déraison du Louvre
Fr., 2006, réal. Ange Leccia, 15 min, avec Laetitia Casta
La Déraison du Louvre invite le spectateur à une déambulation nocturne dans les galeries du musée, une fois le bruit de la foule dissipé, lorsque les tableaux retrouvent leur intimité. En errant silencieusement parmi les toiles, une jeune femme se laisse envahir par la présence irrésistible des figures représentées qui s’animent et finit par perdre pied.

Cycle(s) : Le Louvre des cinéastes
Evénement(s) : «Le Louvre se raconte»

Informations pratiques

Lieu
Auditorium du Louvre

Ouverture des ventes le 31 août 2016

Tarif E
6 €, plein
5 €, abonnement classique
4 €, abonnement tarif réduit
3 €, réduit
3 €, jeune ; solidarité
3 €, scolaire

Gratuit
- Adhérents Amis du Louvre Jeunes ;
- Etudiants en art, histoire de l’art et architecture ;
- Personnel du ministère de la Culture et de la Communication ;
- Membres du Conseil International des Musées (ICOM).
Entrée libre dans la demi-heure précédant la manifestation, sur présentation d’un justificatif
- Adhérents Carte Louvre professionnels

Caisse de l’auditorium
Du lundi au samedi (sauf le mardi) de 9h à 17h15, et les mercredis et vendredis jusqu’à 19h15.
Fermeture du 29 juin au 30 août inclus.

Par téléphone 01 40 20 55 00
du lundi au vendredi (sauf mardi) de 11h à 17h, uniquement par carte bancaire.

Sur internet
www.fnac.com

Acheter un billet pour cette séance Acheter des billets pour le cycle