Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Expositions & Actualités>Conférences et colloques>Le restaurateur, une figure oubliée de l'histoire de l'art

Conférence reportée à une date ultérieure

À propos de la parution du Dictionnaire historique des restaurateurs de peintures et d’œuvres sur papier, Paris 1750-1950.
par Isabelle Cabillic, Service des musées de France, Béatrice Lauwick, musée du Louvre, et Nathalie Volle, conservateur général honoraire du patrimoine

Au même titre que les mécènes, les collectionneurs, les marchands ou les fournisseurs de matériel pour artistes, le restaurateur est l’une des figures intermédiaires qui participe à part entière à l’histoire des œuvres. Si les premiers font, depuis longtemps, l’objet d’études, la figure du restaurateur n’a jamais été au centre des préoccupations des chercheurs, malgré l’intérêt récent pour l’histoire de la restauration et l’histoire matérielle des œuvres. L’exploration de ce nouveau champ d’étude est l’objet de ce Dictionnaire des restaurateurs.

Le dépouillement d’archives et de publications professionnelles a fait émerger les noms de plus d’un millier de restaurateurs actifs à Paris entre 1750 et 1950. Cette période correspond en effet à l’affirmation d’un métier, transmis essentiellement par l’apprentissage avant la création d’instituts spécialisés au milieu du XXe siècle. Précédant les notices biographiques, des présentations générales situent le cadre historique de la profession. Des cartes de l’implantation des ateliers, des arbres généalogiques et une illustration abondante accompagnent les textes.

Nathalie Volle est conservateur général honoraire du patrimoine. D’abord en poste à l’Inspection générale des musées classés et contrôlés, elle a ensuite dirigé le Service de restauration des peintures des musées nationaux avant de rejoindre le Centre de recherche et de restauration des musées de France (C2RMF) où, responsable de la section peinture, elle a participé à de nombreux chantiers (galerie d’Apollon au Louvre, Salon d’Hercule et galerie des Glaces à Versailles…). Parallèlement, elle a organisé un séminaire de recherche sur l’histoire de la restauration à l’École du Louvre. Enfin, pensionnaire à l’Institut national d’histoire de l’art, elle a dirigé le programme de recherche initié par Michel Laclotte, recensant les tableaux italiens dans les collections publiques françaises.
Elle a été commissaire de nombreuses expositions consacrées à la peinture française et italienne.

Béatrice Lauwick est conservateur en chef, chargée de mission au département des peintures du Louvre. Elle y effectue notamment des recherches sur les inventaires historiques et sur la provenance des œuvres entrées dans le musée à partir de 1933.
Auparavant chef de la filière mobilier au Service de Restauration des Musées de France, elle s’est spécialisée dans les techniques de création en ébénisterie et dans l’histoire des restaurations dans le domaine des objets d’art, avant de rejoindre la filière consacrée à la peinture. Enseignante à l’École du Louvre, elle travaille depuis plusieurs années sur l’histoire matérielle des œuvres et sur les acteurs de ces interventions, dans le contexte des restaurations en atelier ou dans celui de grands chantiers de la galerie d’Apollon ou de la galerie des Glaces : études du rôle de l’administration, des interventions et de leur accueil souvent polémique.

Isabelle Cabillic, conservateur du patrimoine au Service des musées de France, est responsable du bureau de l’Innovation et du conseil technique : elle traite désormais plus particulièrement d’architecture, rénovation, construction, mise aux normes et de muséographie.
À la direction du Patrimoine, elle a participé aux travaux de recherche sur le château de Vincennes. Puis elle a travaillé au département Restauration du Centre de recherche et de restauration des musées de France (C2RMF) comme chef de l’atelier de restauration de peintures à Versailles. Elle conduit des recherches sur l’histoire de la restauration des peintures au XXe siècle et encadre des travaux d’étudiants de l’École du Louvre. 

À l’occasion de la parution du Dictionnaire historique des restaurateurs. Tableaux et oeuvres sur papier. Paris, 1750-1950, sous la direction de Nathalie Volle, Béatrice Lauwick et Isabelle Cabillic, coédition Musée du Louvre / Mare & Martin, 450 ill., 1070 p., 80 €.

Informations pratiques

Conférence reportée à une date ultérieure