Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Expositions & Actualités>Conférences et colloques>Les aiguières médiévales en cristal de roche décorées en relief

par Jeremy Johns et Élise Morero, university of Oxford

Des milliers d’œuvres de grand luxe que renfermaient les trésors des califes musulmans, seules quelques centaines sont parvenues jusqu'à nous. Parmi ces rares rescapés, la vaisselle de prestige en cristal de roche, ornée de motifs sculptés en relief, est sans doute celle qui témoigne le plus du raffinement de l’artisanat islamique médiéval. La plupart semblent avoir été apportés en Europe chrétienne entre le 11e et 13e siècle, où ils ont ensuite été conservés dans les trésors ecclésiastiques.
Parmi ceux-ci, se trouve un groupe particulièrement célèbre composé de sept aiguières, sculptées dans des cristaux d’une taille, dureté et qualité exceptionnels. Si le groupe entier est par convention attribué à l’artisanat fatimide, deux d’entre elles portent une inscription indiquant qu’elles ont été fabriquées au Caire, vers le début du 11e siècle. Aujourd’hui reparties dans différents musées en Europe et aux Etats-Unis, l’une d’elles n’est autre que l’aiguière dite « de St Denis », présentée actuellement au musée du Louvre. L’histoire de cette dernière reste empreinte de certaines zones d’ombre. Peut-être s’agit-il de la lagena preclara mentionnée dans l’inventaire du trésor de l'Abbaye de Saint-Denis, qui fut offerte à l’Abbé Suger par Thibaud de Blois-Champagne, au début du 12e siècle.
Il aurait fallu des centaines d'heures de travail à ces artisans hautement qualifiés pour creuser, sculpter et polir une seule de ces aiguières, qui étaient considérées comme des merveilles. Pourtant, ce savoir-faire demeurait largement inconnu. Grâce à une collaboration étroite entre chercheurs en sciences humaines et tribologies de l’École Centrale de Lyon, l’habile savoir-faire des artisans orientaux a pu être reconstitué. L’identification de modifications tardives, apportées à plusieurs de ces œuvres, et tout particulièrement celle du Louvre, nous offre également de précieuses informations sur la « biographie » de ces pièces uniques. 

Prof. Jeremy Johns enseigne l’histoire de l'art et l’archéologie du monde islamique méditerranéen à l’université d'Oxford où il est également le directeur du Khalili Research Centre for the Art and Material Culture of the Middle East. Ces travaux portent principalement sur les relations entre les sociétés musulmanes et chrétiennes en Méditerranée à l’époque médiévale, telles qu'elles se manifestent dans la culture matérielle et les arts visuels. Ses travaux archéologiques ont porté sur l’étude de la transition de la fin de l'Antiquité au début de l'Islam au Levant. Plus particulièrement ses recherches l’ont mené à l’analyse des données issues de l'archéologie, l'histoire et l'histoire de l'art de la Sicile sous domination islamique et normande, depuis la conquête musulmane de l'île au 9e siècle jusqu’à la destruction de la communauté islamique de Sicile par Frédéric II au 13e siècle.

Dr. Élise Morero est archéologue spécialiste de l’histoire des techniques. Elle est actuellement chercheur en post-doctorat au Khalili Research Centre for the Art and Material Culture of the Middle East à l'université d'Oxford. Après avoir étudié l’archéologie égéenne à l’université de Paris 1, elle rejoint le Research Laboratory for Archaeology and History of Art de l’université d’Oxford, puis le Khalili Research Centre. Ces travaux portent principalement sur l’analyse et la reconstitution des procédés techniques employés dans les artisanats lapidaires, en s’appuyant sur une recherche pluridisciplinaire (archéologie expérimentale, ethnoarchéologiques, etc.), en collaboration avec les Laboratoires de Tribologie et de Dynamique des Systèmes (École Centrale, Lyon) et d’Archéologie et Sciences de l’Antiquité du CNRS. Ses projets de recherches portent actuellement sur la reconstitution des savoir-faire des artisans lapidaires dans différents contextes chronologiques et culturels : l’âge du Bronze (2e millénaire av- J.-C.) en Méditerranée orientale, les productions médiévales du monde Islamique et d’Europe (9-13e siècle), et en Inde moghol (15-18e siècle).

Informations pratiques

Lieu
Auditorium du Louvre

Tarif E
6 €, plein
5 €, réduit
3 €, jeune (- de 26 ans) ; solidarité ; scolaire

Gratuit
- Adhérents Amis du Louvre Jeunes ;
- Etudiants en art, histoire de l’art et architecture ;
- Personnel du ministère de la Culture et de la Communication ;
- Membres du Conseil International des Musées (ICOM).
Entrée libre dans la demi-heure précédant la manifestation, sur présentation d’un justificatif

Caisse de l’auditorium
du lundi au dimanche (sauf le mardi et sauf les dimanches sans séances) de 9h à 17h15, et les mercredis et vendredis jusqu’à 19h15.
Par téléphone 01 40 20 55 00
du lundi au vendredi (sauf mardi) de 11h à 17h, uniquement par carte bancaire.

Acheter un billet