Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Expositions & Actualités>Conférences et colloques>Les fouilles de Zeyve Höyük - Porsuk (Cappadoce méridionale) :...

par Dominique Beyer, université de Strasbourg

Zeyve höyük occupe une situation stratégique importante au pied de la chaîne du Taurus, en Cappadoce méridionale : le site pouvait contrôler l’une des routes menant du plateau anatolien aux fameuses Portes Ciliciennes qui donnaient accès à la Cilicie et aux pays du Levant. Mais l’une des raisons majeures de la fondation de la ville (l’ancienne Tunna/Dunna des textes hittites ou assyriens ?) dans la seconde moitié du XVIIe siècle av. J.-C., semble être le contrôle de l’exploitation des ressources minières du Taurus (plomb argentifère essentiellement). La fondation du site, ou la destruction de la première phase (Porsuk VI), peut-elle être mise en relation avec les expéditions du roi Hattusili Ier et de ses fils dans le « Bas Pays » au moment de la fondation de l’ancien royaume hittite ? C’est vraisemblable.
La reconstruction à la phase suivante (Porsuk Vb) semble avoir été assez rapide, au début du XVIe siècle, d’après les données de la dendrochronologie comme du Carbone 14. Mais ces données concernent surtout le système des fortifications, assez impressionnantes, alors que l’intérieur du site, avec ses huit à neuf mètres d’épaisseur de couches archéologiques (jusqu’au romain tardif), reste pour l’essentiel inconnu, au moins pour la période hittite. Après une nouvelle destruction violente, par le feu, les bâtiments de la nouvelle phase sont eux-aussi détruits. Depuis le début des fouilles du Professeur Olivier Pelon, la mission pensait à une destruction générale aux environs de 1200 av. J.-C., comme ailleurs au Proche-Orient, qui pouvait avoir été liée aux mouvements des fameux « Peuples de la mer ». Les données nouvelles semblent indiquer une date de destruction bien plus ancienne, vers 1300 av. J.-C. voire même plus tôt. Après un hiatus de plusieurs siècles, le site est réoccupé à l’époque néo-hittite. Une inscription hiéroglyphique sur bloc de pierre, découverte fortuite, appartient à cette phase. C’est elle qui est à l’origine des fouilles.

Après des études universitaires à Strasbourg et Paris, Dominique Beyer entre en 1975 comme conservateur au département des Antiquités orientales du musée du Louvre, où il participe en particulier à l’opération Grand Louvre dans les années 80. Il quitte le Louvre à l’automne 1990 pour enseigner comme professeur à l'Université de  Strasbourg. Il y dirige l'Institut d'histoire et archéologie de l'Orient ancien jusqu’à sa retraite en 2014.
Dominique Beyer consacre la plupart de ses recherches au domaine iconographique et sigillographique, mais aussi à l’architecture religieuse. Archéologue de terrain, il a participé à près d’une cinquantaine de campagnes de fouilles en Orient, de la Turquie et Chypre au Golfe arabo-persique, en passant par l'Irak et la Syrie où s'est déroulé l'essentiel de ses activités, principalement sur le cours du Moyen Euphrate : après Meskéné et Tell Faq'ous dans les années 70, il a fouillé à Ras Shamra, puis depuis 1979 à Mari, avec les Professeurs Jean Margueron puis Pascal Butterlin. Après avoir dirigé les missions de Ramadi et de Mashnaqa en Syrie dans les années 90, sur l’Euphrate puis sur son affluent le Khabour, il se consacre depuis douze ans au site turc de Porsuk, en Cappadoce méridionale, où il a d’ailleurs fait ses débuts de fouilleur et où il a succédé au Professeur Olivier Pelon.

Il a notamment publié :
- Recherches au Pays d'Ashtata, EMAR IV, Les sceaux, Orbis Biblicus et Orientalis, SA 20, 512 p. env., 50 pl., Fribourg (Suisse), 2001.
- « From the Bronze Age to the Iron Age at Zeyve Höyük/Porsuk : a Temporary Review », L. d’Alfonso, M.E. Balza, Cl. Mora éd., Geo-Archaeological Activities in Southern Cappadocia-Turkey, (Proceedings of the Meeting held in Pavia, 20.11.2008), Studia Mediterranea 22, 2010, p. 97-109.
- Rapports préliminaires sur les diverses campagnes de fouilles à Porsuk parus régulièrement dans la revue Anatolia Antiqua, du vol. XII, 2004, au vol. XXII, 2014.

Cycle(s) : Actualité de la recherche archéologique, 2014-2015

Informations pratiques

Lieu
Auditorium du Louvre

Accès
Métro : Palais-Royal / Musée du Louvre.
Entrée par la pyramide, le passage Richelieu ou les galeries du  Carrousel.
Parking du Carrousel ouvert de 7h à 23h.
 
Entrée libre

Informations :
+33 (0)1 40 20 55 55, de 9h à 19h du lundi au vendredi