Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Expositions & Actualités>Conférences et colloques>Molière, les femmes et les arts

Molière, l'amour des femmes et de la peinture
avec Stéphane Braunschweig, metteur en scène et directeur de l’Odéon-Théâtre de l’Europe,
et Nicolas Milovanovic, conservateur en chef, département de Peintures, musée du Louvre
Rencontre animée par Daniel Loayza, dramaturge, conseiller artistique, Odéon-Théâtre de l’Europe 

En regard de L’École des femmes, mis en scène par Stéphane Braunschweig.

À L’École des femmes, l’héroïne dicte ses leçons au moins autant qu’elle en reçoit. Agnès, la jeune héroïne de Molière, paraît livrée de part en part au regard de son tuteur Arnolphe, qui la veut pure et transparente comme un cristal – et malléable, aussi, autant qu'un morceau de cire.
Arnolphe apprendra à ses dépens que tout désir risque d’être aveuglé par son propre fantasme...  De la femme œuvre d’art à la femme artiste, une libre promenade dans le Grand Siècle, en compagnie de Stéphane Braunschweig et Nicolas Milovanovic.

Arnolphe
Chacun a sa méthode.
En femme, comme en tout, je veux suivre ma mode ;
Je me vois riche assez, pour pouvoir, que je crois,
Choisir une moitié, qui tienne tout de moi,
Et de qui la soumise et pleine dépendance
N’ait à me reprocher aucun bien, ni naissance.
Un air doux, et posé, parmi d’autres enfants,
M’inspira de l’amour pour elle dès quatre ans :
Sa mère se trouvant de pauvreté pressée,
De la lui demander il me vint la pensée,
Et la bonne paysanne, apprenant mon désir,
À s’ôter cette charge eut beaucoup de plaisir.
Dans un petit couvent, loin de toute pratique,
Je la fis élever selon ma politique,
C’est-à-dire ordonnant quels soins on emploierait
Pour la rendre idiote autant qu’il se pourrait.
Dieu merci, le succès a suivi mon attente,
Et grande, je l’ai vue à tel point innocente
Que j’ai béni le Ciel d’avoir trouvé mon fait,
Pour me faire une femme au gré de mon souhait.

Molière, L’École des femmes, I, 1, vv. 122-140

 

L’émancipation des femmes qui est au cœur des comédies de Molière, on peut la décrypter dans plusieurs tableaux de la même époque. Molière lui-même aimait la peinture au point d’écrire un texte superbe, mais méconnu, faisant l’éloge du décor de Mignard, peintre des beautés féminines, au Val-de-Grâce, fresque dont le Louvre conserve une réplique.

Digne fruit de vingt ans de travaux somptueux,
Auguste bâtiment, temple majestueux,
Dont le dôme superbe, élevé dans la nue,
Pare du grand Paris la magnifique vue,

Comme un ample théâtre, heureusement fournie,
Es venu déployer les précieux trésors,
Que le Tibre t’a vu ramasser sur ses bords,
Dis-nous, fameux Mignard, par qui te sont versées
Les charmantes beautés de tes nobles pensées ;
Et dans quel fonds tu prends cette variété,
Dont l’esprit est surpris, et l’œil est enchanté ?
Dis-nous quel feu divin, dans tes fécondes veilles,
De tes expressions enfante les merveilles ?
Quel charme ton pinceau répand dans tous ses traits ?

Molière, La Gloire du Val-de-Grâce, 1669, I, 1, vv. 1-5 ; 20-34

 

Stéphane Braunschweig, metteur en scène et scénographe tant au théâtre qu’à l’opéra, est également auteur et traducteur.
Après des études de philosophie à l’École Normale Supérieure, il rejoint l’École du Théâtre National de Chaillot dirigé par Antoine Vitez et en 1988, il fonde sa compagnie, Le Théâtre-Machine.
En 1991, au Centre Dramatique National de Gennevilliers, il reçoit le Prix de la révélation théâtrale du Syndicat de la critique pour la trilogie Les Hommes de neige.
Nommé directeur du Centre Dramatique National/Orléans-Loiret-Centre en 1993, il crée une dizaine de spectacles qui tournent partout en France et sont accueillis dans les plus grands festivals. Pour l’opéra il est sollicité à l'étranger, notamment à Berlin avec son Fidelio dirigé par Daniel Barenboim, mais aussi à Bruxelles et Venise. Pour le théâtre, il est invité en Angleterre pour un Measure for Measure de William Shakespeare, au Piccolo Teatro de Milan pour un Mercante di Venezia du même William Shakespeare, et à Munich pour un Woyzeck de Büchner qui lui vaut de recevoir le Bayerischer Theaterpreis (meilleur spectacle de théâtre de l’année en Bavière). Directeur du Théâtre National de Strasbourg et de son école de 2000 à 2008, il y crée une formation à la dramaturgie.
Parmi ses mises en scène en tant que directeur du Théâtre National de la Colline de 2010 à 2015, on peut citer son adaptation de Six personnages en quête d’auteur de Pirandello au Festival d’Avignon ou encore son Canard sauvage, invité par le Festival Ibsen d’Oslo et repris à la Colline en janvier 2016. Il a publié aux éditions Actes Sud un recueil de textes et d’entretiens sur le théâtre intitulé Petites portes, grands paysages, et traduit de l’allemand, de l’italien ou du norvégien des pièces de Büchner, Kleist, Brecht, Pirandello et Lygre.

Nicolas Milovanovic est conservateur en chef au musée du Louvre depuis 2012, après onze années passées comme conservateur au musée national du château de Versailles. Docteur en histoire de l’art de l’université Paris IV (2003) et spécialiste de la peinture française du XVIIe siècle, il a été le commissaire de plusieurs expositions importantes présentées au château de Versailles : Louis XIV : l’homme et le roi en 2009, Versailles et l’antique en 2011, au musée du Louvre : Poussin et Dieu en 2015, et au musée du Louvre-Lens : Charles Le Brun en 2016 et Le Mystère Le Nain en 2017. Il a publié le Catalogue raisonné des Grands Appartements de Versailles (RMN, 2005), le site internet consacré au décor peint de la galerie des Glaces : www.galeriedesglaces-versailles.fr. (2008), mais aussi plusieurs monographies : Du Louvre à Versailles, lecture des grands décors monarchiques (Belles-Lettres, 2005), La princesse Palatine, protectrice des animaux (Perrin, 2012), Nicolas Poussin : les Quatre Saisons (Louvre-Somogy, 2014), Louis Le Nain, La Forge (Louvre-Somogy, 2017). Passionné par la pédagogie, il est également l’auteur de trois ouvrages destinés aux enfants : Comment parler du château de Versailles aux enfants (Le Baron Perché, 2010), À la découverte de Versailles (La Martinière, 2011) et Le Louvre raconté aux enfants (La Martinière, 2014), mais aussi d’un guide du Louvre pour les familles : Le Louvre en 1h30 Chrono (Hazan, 2018). Il enseigne l’art du XVIIe siècle à l’École du Louvre depuis 2007.

Daniel Loayza est enseignant, traducteur et dramaturge.
Ancien élève de l’École Normale Supérieure (rue d’Ulm), titulaire d’un DEA de philosophie, Daniel Loayza est professeur agrégé de lettres classiques. Depuis 1996, il est détaché à l’Odéon-Théâtre de l'Europe en qualité de conseiller artistique. Il a travaillé aux côtés de Georges Lavaudant sur plus d’une vingtaine de spectacles, mais aussi avec d'autres metteurs en scène, dont Transquinquennal, Catherine Marnas, Patrick Pineau, Dominique Pitoiset ou Delphine Salkin.
Traducteur, il a travaillé sur des œuvres d’Eschyle, Esope, Ménandre, Platon, Sophocle, Shakespeare, Edward Albee, Arthur Miller, Howard Barker, David Bellos, Richard Dresser, Tracy Letts, Avital Ronell, Rafael Spregelburd ou Mac Wellman, et remporté en 2001 le Molière de la meilleure adaptation théâtrale. Daniel Loayza préside depuis 2014 la Commission nationale d’aide à la création de textes dramatiques.

 

Traverses au Louvre
« Traverses » franchit la Seine et se pose à l’Auditorium du Louvre. Poursuite du partenariat entre le musée du Louvre et le Théâtre de l’Odéon : deux metteurs en scène de la saison théâtrale de l’Odéon sont invités à l’Auditorium du Louvre pour évoquer leurs mises en scène avec un conservateur, en se confrontant avec des œuvres du musée.
 

Informations pratiques

Auditorium du Louvre, sous la Pyramide

Tarif D : 8 euros, 6 euros (réduit) ou 4 euros (solidarité et jeunes)

Retrait des billets une heure avant aux caisses de l’auditorium.

Caisse de l’auditorium
Du lundi au dimanche (sauf le mardi) de 9h à 17h15, et les mercredis et vendredis jusqu’à 19h15.

Par téléphone 01 40 20 55 00
du lundi au vendredi (sauf mardi) de 11h à 17h, uniquement par carte bancaire.

Sur internet
www.fnac.com

Accès
Métro : Palais-Royal / Musée du Louvre.
Entrée par la Pyramide, le passage Richelieu (de 9h à 17h30,jusqu’à 18h les mercredis et vendredis), ou les galeries du Carrousel.
Parc de stationnement du Carrousel ouvert de 7h à 23h.

Acheter un billet

A noter prochainement...

Vendredi 22 mars 2019 à 18h30
à l'Auditorium du Louvre
Lagarce, pays lointains
Avec Clément Hervieu-Léger, metteur en scène et sociétaire de la Comédie-Française et Sébastien Allard, directeur, département des Peintures, musée du Louvre.
Modérateur : Daniel Loayza, dramaturge, conseiller artistique, Odéon-Théâtre de l’Europe