Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Antiquités égyptiennes

Collections, départements et domaine Département des Antiquités égyptiennes

Le département des Antiquités égyptiennes présente des vestiges des civilisations qui se sont succédé sur les bords du Nil, depuis la fin de la Préhistoire (vers 4 000 ans avant notre ère) jusqu'à l'époque chrétienne (à partir du 4e siècle apr. J.-C).

Retour à la liste

Tri : Catégorie -  Date

Répertoire d'iconographie méroïtique (RIM)

12 Novembre 2018

Répertoire d'iconographie méroïtique (vignette)

En septembre 2016, le département des Antiquités égyptiennes du musée du Louvre a lancé le projet international du Répertoire d’iconographie méroïtique (RIM). Ce projet de recherche collaborative a l’ambition de réaliser une encyclopédie réunissant sous forme de notices (« Apédémak », « candace », « costume royal », « cheval », « crocodile », « prêtre », « soldat »…) les descriptions analytiques des différentes composantes de l’iconographie du royaume de Méroé (Soudan, 300 av. J.-C.- 450 apr. J.-C.). Parallèlement, le projet vise à la création d’un Musée méroïtique virtuel où sera exposé l’ensemble des objets méroïtiques décorés, actuellement dispersés dans les musées du monde entier.

En septembre 2018, le livret PRIMIS (Permanence des Représentations, Interprétation des Modèles et Imagerie Sélective dans les sources figurées du royaume de Méroé) avec les premières recommandations aux futurs auteurs des notices de l’encyclopédie a été présenté à la communauté scientifique lors du 14e Congrès international d’études nubiennes (Paris, 10-15 septembre 2018).

Antiquités égyptiennes - Actualité

Acquisition d’un portrait sur daguerréotype (RFML.AE.2018.15.1)

6 Juillet 2018

Portrait présumé Emmanuel de Rougé sur daguerréotype

Le musée du Louvre vient d’acquérir un daguerréotype (RFML.AE.2018.15.1). D’après le catalogue de vente, il s’agirait d’un portrait d’Emmanuel de Rougé (1811-1872) posant avec son épouse Marie-Valentine de Ganay,  leur deux fils Jacques et Robert, en compagnie de leur « cuisinière », daté de 1852 environ. Si c’est bien le cas, le daguerréotype porterait à cinq le nombre de portraits connus, jusqu’à présent, de cet égyptologue dont le Louvre possède depuis 1876 un buste (département des Sculptures RF 4578) et qui fut le quatrième conservateur du département égyptien du Louvre de 1849 à sa mort. Plaque de cuivre recouverte d’une fine couche d’argent sur laquelle se forme l’image, le daguerréotype est présenté sous verre dans un écrin qui a conservé au dos une attache qui permettait de l’accrocher au mur comme un portrait peint ou une miniature.

C. Bridonneau

Antiquités égyptiennes - Actualité

Nouvelle publication : Médecins et magiciens à la cour du pharaon. Une étude du papyrus médical Louvre E 32847

18 Mai 2018

Médecins et magiciens à la cour du pharaon. Une étude du papyrus médical Louvre E 32847

Par Thierry BARDINET

Louvre éditions – Éditions Khéops

Ce papyrus médical est un document exceptionnel qui date du règne d’Aménophis II. Son auteur l’a rédigé pour l’instruction de ses futurs confrères qui exerceront les fonctions de médecin personnel du pharaon et de chef de tous les médecins. Le papyrus rassemble les signes des affections qu’un médecin de cour pouvait observer chez ses patients souvent âgés. Suit un traité sur les tumeurs, à la fois magique et rationnel, étonnant par sa description des lésions observées et des pronostics qu’il propose. Il explore le domaine des maladies graves et incurables comme les cancers et les lymphomes et ne se limite pas au savoir-faire et aux recettes convenues des livres de médecine traditionnels…

Antiquités égyptiennes - Actualité

Nouvelle acquisition : Statue de scribe de la fin du Nouvel Empire

14 Mai 2018

Statue de scribe de la fin du Nouvel Empire, 140x87

Le Louvre vient d’acquérir une statue de scribe acéphale d’un grand intérêt sur les plan historique et pédagogique (inv. E 33416). Elle représente en effet un administrateur des troupeaux de la déesse Hathor dans la région de Kôm el-Hisn, ville située sur les marches occidentales du Delta, datant de la fin du Nouvel Empire ou du début de la Première période intermédiaire (XIe-IXe siècle av. J. –C. environ). Or le Delta est mal documenté pour cette époque, surtout dans les collections du Louvre. D’autre part, l’omniprésence des chiffres gravés sur son pagne, essentiellement des dizaines, permettra de faire comprendre au public l’importance capitale de l’administration dans le fonctionnement de la société pharaonique.

Chr. Barbotin

Antiquités égyptiennes - Actualité

Nouvelle acquisition : Tapisserie du IVe ou du Ve siècle de notre ère

29 Juin 2017

Tapisserie du IVe ou du Ve siècle de notre ère

Un grand fragment de tapisserie murale du 4e ou du 5e siècle de notre ère vient de rejoindre les collections égyptiennes du musée du Louvre, en particulier les chefs-d’œuvre de l’ancienne collection Maurice Nahman, dont elle faisait également partie. Elle sera prochainement exposée à l’entrée de la galerie d’art copte, qui présente les productions égyptiennes à l’époque de l’Empire byzantin (5e-7e siècles) puis de la domination islamique. Cette œuvre illustre la continuité de la culture hellénistique puis romaine qui marqua le pays pendant de longs siècles et que l’on découvre à Denon dans les salles de l’Orient méditerranéen dans l’Empire romain, qui précèdent cette galerie.
Des tritons musiciens accompagnés de Néréides, des griffons aquatiques et de petits Amours peuplent la bande centrale et son riche encadrement. Ils évoquent la mer tandis que fleurs, palmes et rinceaux de vigne s’invitent dans un environnement plus terrestre. Les couleurs merveilleusement conservées et la qualité technique atteinte par un tisserand expert seront une excellente introduction à la collection de tissus présentée par roulement dans ce secteur du musée.

Antiquités égyptiennes - Actualité

Fouilles : le monastère copte de Baouît, campagne avril 2017

8 Juin 2017

Fouilles de Baouit

Direction : Gisèle Hadji-Minaglou, IFAO ; Florence Calament, DAE

Menées en coopération avec l’Institut français d’archéologie orientale du Caire depuis 2002, les excavations pratiquées sur le site de cet important établissement monastique de Moyenne-Égypte ont déjà livré de nombreux vestiges, qui viennent documenter et éclairer ceux entrés dans les collections du département des antiquités égyptiennes en partage de fouille au début du XXe siècle. Un bilan des résultats obtenus a été présenté lors d’une conférence dans le cadre de l’actualité archéologique à l’Auditorium du Louvre : « Six campagnes de fouille à Baouît (2008-2016) : les avancées de la recherche sur le complexe monastique » (13 juin 2016). Le programme de la dernière campagne s’est concentré sur la poursuite du dégagement de la basilique principale (environ 40m x 20m), dans la partie centrale du kôm. Construite vers la fin du VIe siècle, au moment de l’apogée économique du monastère, elle a été très largement remaniée dès la seconde moitié du VIIe comme l’indiquent de précieux témoins épigraphiques datés (inscriptions pariétales et stèle funéraire en remploi). La progression de la fouille a déjà permis de déterminer au moins deux grandes phases de décor (peint et sculpté). Parallèlement, une vingtaine de sépultures, exhumées depuis 2016 dans une zone contigüe au mur sud de l’édifice, ont fait l’objet d’études anthropologique et textile.

Antiquités égyptiennes - Actualité