Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Aiguière à tête de coq

Œuvre Aiguière à tête de coq

Département des Arts de l'Islam : 1000-1250 : Recomposition politique et naissance des sultanats

Aiguière à tête de coq

© Musée du Louvre, dist. RMN - Grand Palais / Hughes Dubois

Arts de l'Islam
1000-1250 : Recomposition politique et naissance des sultanats

Véritable prouesse technique, cette aiguière possède une enveloppe étanche destinée à recevoir du liquide et insérée dans une cage de céramique ajourée. Son iconographie révèle, quant à elle, l’influence et l’importance des grands thèmes littéraires dans l’Iran islamique.

Une aiguière à décor dit « réticulé »

Cette aiguière séduit d’emblée par son allure ; la partie supérieure adopte la forme d’une tête de coq dont les yeux en relief sont marqués d’une petite pupille entourée de cercles concentriques. L’anse évoque la queue du coq. La panse repose sur une base circulaire et est constituée d’une double paroi.
Cet objet appartient à un petit groupe de céramique à décor dit « réticulé » (terme qui qualifie une céramique dont la paroi interne est pleine et la paroi externe est ajourée), que l’on attribue au premier quart du 13e siècle. Parmi la dizaine de pièces connues, l’aiguière du Louvre se caractérise par des proportions harmonieuses, un profil aux courbes dynamiques et quelques centimètres supplémentaires.

L’influence de la littérature poétique persane

Dans la culture iranienne, la figure du coq protège contre le mauvais sort et intervient dans certaines pratiques de divination.
Par ailleurs, on trouve dans les plus belles pages de la poésie persane de l’époque la mention d’aiguières à vin en forme de coq ; c’est le cas dans le roman Khosrow et Shirine du poète Nezami (1141-1209).
Le décor de l’aiguière du Louvre présente des motifs de feuillages, au sein desquels fourmillent des têtes humaines et animales. On a longtemps voulu y voir une représentation de l’arbre waq-waq. Selon al-Jahiz, le grand auteur du 9e siècle, cet arbre porte sur ses branches, en guise de fruits, des figures humaines ou bien animales. La sourate XXXVII du Coran (versets 60-65) mentionne, quant à elle l’arbre de Zakkum, dont les fruits sont des têtes de démons.
On peut également voir dans cette iconographie une représentation de « l’arbre qui parle ». Dans le Shahnameh (Livre des rois) du poète Ferdowsi, Iskandar (nom donné à Alexandre le Grand dans le monde islamique) se voit annoncer une fin prochaine par « l’arbre qui parle ».
Ainsi, l’aiguière du Louvre, comme nombre de décors et d’inscriptions de cette période, révèle combien la littérature poétique eut d’importance dans l’Iran islamique.

Inscription

Deux lignes d’une inscription poétique, gravées dans un fin engobe noir, courent dans la partie inférieure du col et de la panse. Seule une partie, en persan, s’avère déchiffrable.
C’est une formule de vœux adressée au propriétaire de l’objet même : « Que le Créateur protège son possesseur en tout lieu […] ».
Quant à l’inscription du col, en persan, elle est indéchiffrable.

Bibliographie

Miroudot D., « Aiguière à tête de coq », in S. Makariou (dir.), Les Arts de l’Islam au musée du Louvre, Paris, 2012, p. 193-194.

Bernus-Taylor M. (dir.), L’Étrange et le merveilleux en terres d’Islam, cat. exp. Paris, Musée du Louvre, 2001, p. 174-175, no 123.

Bernus-Taylor M. (dir.), Arabesques et jardins de paradis. Collections françaises d’art islamique, cat. exp. Paris, musée du Louvre, 1989-1990, p. 277-278, no 211.

Roux J.-P. (dir.), Arts de l’Islam des origines à 1700 dans les collections publiques françaises, cat. exp. Paris, Orangerie des Tuileries, 1971, p. 51, no 48.

Cartel

  • Aiguière à tête de coq

    13e siècle

    Iran

  • Céramique siliceuse, décor ajouré, gravé et peint sous glaçure transparente colorée

    H. 39,5 cm ; D. max. 20,4 cm

  • Don Société des Amis du Louvre , 1970

    MAO 442

  • Arts de l'Islam

    Aile Denon
    Entresol

Informations pratiques

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi
Nocturne gratuite le premier samedi du mois
de 18h à 21h45

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre 2019

Information in other languages

Newsletter

Entrez au musée en moins de 30 minutes
en achetant votre billet en ligne :

Achetez votre billet