Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Bassin au nom du sultan ayyubide al-‘Adil II Abu Bakr

Œuvre Bassin au nom du sultan ayyubide al-‘Adil II Abu Bakr

Département des Arts de l'Islam : 1000-1250 : Recomposition politique et naissance des sultanats

Bassin au nom du sultan ayyubide al-‘Adil II Abu Bakr

© Musée du Louvre, dist. RMN / Hughes Dubois

Arts de l'Islam
1000-1250 : Recomposition politique et naissance des sultanats

La très longue inscription à la gloire du sultan Ayyubide al-‘Adil II occupe la lèvre du bassin. Cet objet est l’un des plus beaux représentants de l’art du métal incrusté, dont l’une des apogées est représentée par « l’Ecole de Mossoul » au nord de l’Irak, qui essaime en Syrie et en Egypte. Elle est connue par les signatures d’artistes se désignant comme « al-Mawsili », ou « de Mossoul ».

Ce type de grand bassin était associé à une aiguière et servait à recevoir l’eau versée pour le rafraichissement des convives, lors de réceptions ou de cérémonies.
La signature d’al-Dhaki se trouve au centre de la paroi, dans le bandeau végétal qui détermine la composition du décor extérieur. Trente quadrilobes y abritent des scènes figurant chasseurs, lutteurs, acrobates et danseurs, aux côtés d’animaux. Le décor intérieur diffère de cette composition en vignettes : l’impression première est le foisonnement. En haut de la paroi, quatre scènes de chasses sont représentées sur plusieurs plans. L’artiste a utilisé des raccourcis pour représenter les chevaux, accentuant l’effet de profondeur.

L’inscription au nom du sultan incrustée sur la lèvre du bassin, ne reflète en rien la jeunesse du sultan et la précarité de son règne, connues par les chroniques historiques dénonçant sa désinvolture et son incapacité politique. Cette titulature apparaît davantage comme une inscription dynastique, en soutien à la prééminence de la branche cairote de la famille et à l’héritier désigné par al-Kamil. Elle proclame l’unité, la résistance et la protection ayyubides face aux Etats francs d’Orient et face aux Mongols. Les Ayyubides ont alors perdu Jérusalem à l’issue de la signature du traité de Jaffa le 18 février 1229. Bien plus menaçante, l’avancée mongole est aussi inexorable : Bagdad et le Califat abbasside tomberont en 1258.

Bibliographie

A. COLLINET, « Bassin au nom du sultan al-‘Adil II », in S. Makariou (dir.), Les Arts de l’Islam au musée du Louvre, Paris, 2012,  p. 175-177.

I. LEROY-JAY LEMAISTRE (dir.) et D.A BENNEMAN (dir.), The Louvre and the Masterpiece, Cat exp. Atlanta, High Museum of Art, Minneapolis, Minneapolis Institute of Arts, 2008, n°17, p.52-53.

S. MAKARIOU (dir.), L'Orient de Saladin : l'art des Ayyoubides, cat. exp. Paris, Institut du Monde Arabe, 2001, n°42, p.50.

Arts de l’Islam des origines à 1700 dans les collections publiques françaises, cat. exp. Paris, Orangerie des Tuileries, 1971, n°150, p.103.

D.S RICE, « Inlaid Brasses from the Workshop of Ahmad al-Dhakî al-Mawsilî », Ars Orientalis, II, 1957, p. 283-326.

G. WIET, Répertoire Chronologique d’Epigraphie Arabe, XI, Le Caire, 1941 (avec bibliographie ancienne), n°4164.

Cartel

  • Bassin au nom du sultan ayyubide al-‘Adil II Abu Bakr

    1238-1240

    Syrie

  • Alliage cuivreux martelé, décor incrusté d’argent gravé et de pâte noire

    H. 19 cm ; D. ouverture 47, 2 cm

  • Don Félix Doistau , 1905

    OA 5991

  • Arts de l'Islam

    Aile Denon

Informations pratiques

Le jardin du Carrousel et le jardin des Tuileries sont ouverts.

Musée du Louvre : nos équipes mettent tout en oeuvre pour assurer la sécurité de tous et travaillent à la réouverture du musée le 6 juillet (ouverture de la billetterie le 15 juin).

Nous vous tiendrons informés sur notre site et sur nos comptes Facebook et Twitter.

Nous vous remercions de votre compréhension.