Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Cheval effrayé sortant de l’eau

Cheval effrayé sortant de l’eau, Eugène Delacroix

© RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Thierry Le Mage

Musée national Eugène-Delacroix

Auteur(s) :
Catherine Adam

Delacroix, nourri par l’inspiration de Rubens, de Gros, de son ami Géricault, a aimé dessiner et peindre  les chevaux. Il était attiré par la beauté et la puissance de ce meilleur ami de l’homme. Il avait sans doute vu les œuvres du peintre britannique George Stubbs (1724-1806),  représentant des chevaux effrayés par des fauves. Peut-être même Delacroix a-t-il vu ses œuvres lors de son séjour en Angleterre entre mai et août 1825. Il reprendra également le thème du combat entre le cheval et le fauve, thème dont il réalisera, comme son homologue d’outre-manche, de nombreuses reprises tout au long de sa vie.


Le peintre des chevaux

 

Dans son Journal, dès le 5 octobre 1822, Delacroix s’exhorte à aller étudier des chevaux à la poste ou alors, comme au 15 avril 1823, à se mettre à faire des chevaux et à aller aux écuries tous les matins. On peut dater de cette période ses nombreuses études d’écorchés ou de squelette d’équidés, et de la seconde moitié des années 1820 ses aquarelles représentant plusieurs versions du thème du cheval effrayé.
Les plus spectaculaires sont sans conteste celle représentant un cheval ruant (Paris, collection particulière) ou encore un cheval effrayé par l’orage vu de face dont notre lithographie semble comme en être la variante vue de dos ; le cheval emplit presque tout l’espace de la feuille, son corps en constitue la diagonale, même torsion opposée corps-tête, crinière et queue hérissées tout en mouvements contraires, le fond certes différent mais tout aussi inquiétant car le spectateur ne perçoit pas la raison de la peur.


Une maîtrise technique

 

La lithographie est datée très précisément, ce qui est rare, de décembre 1828. Delacroix qui s’essaie à la lithographie depuis près de dix ans a acquis une maîtrise très affirmée de cette technique. Des traits précis, vigoureux et larges pour le fond, plus fins et entrecroisés pour exprimer le volume du cheval, donnent l’impression de chaos mais leur ordonnancement est pourtant parfaitement maîtrisé et d’une grande efficacité. C’est un artiste en pleine possession de ses moyens qui s’exprime ici, à la fois avec audace, à la fois sûr de ses effets, comme l’atteste la signature quelque peu lyrique.

Bibliographie

- STRAUBER Susan, Eugène Delacroix. The Graphic Work. A Catalogue Raisonné, San Francisco, Alan Wofsy Fine Arts, 1997.
- Catalogue de l’exposition Delacroix, le trait romantique, Paris, Bibliothèque nationale de France, 6 avril-12 juillet 1998.

Cartel

  • Eugène DELACROIX (Charenton-Saint-Maurice, 1798 - Paris, 1863)

    Cheval effrayé sortant de l’eau

  • Lithographie sur chine ; 1er état avant la lettre

  • Don baron Vitta à la Société des Amis d’Eugène Delacroix, 1934

    MD 2002-45

  • Musée national Eugène-Delacroix

Informations pratiques

Adresse :
Musée national Eugène Delacroix
6 rue de Furstenberg
75 006 Paris
Tél. : 00 33 (0)1 44 41 86 50
Fax : 00 33 (0)1 43 54 36 70

Accès :
Métro : Saint-Germain-des-Prés (ligne 4), Mabillon (ligne 10)
Bus : 39, 63, 70, 86, 95, 96
Parcs de stationnement : rue des Saints-Pères (face à la faculté de médecine) carrefour Saint-Germain-des-Prés/ rue de Rennes
Taxis : carrefour Saint-Germain-des-Prés/ rue de Rennes

Horaires :
Le musée est ouvert tous les jours, sauf les mardis, de 9h30 à 17h00 (fermeture des caisses à 16h30).

Jours de fermeture :
Fermé les jours fériers suivants : le 1er janvier, le 1er mai et le 25 décembre.