Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Cimetière dans un bois

Cimetière et ruines envahis par les arbres

© 1999 RMN / Franck Raux

Peintures
Peinture allemande

Auteur(s) :
Guillaume Kazerouni

Première grande oeuvre du peintre précoce (alors âgé de 18 ans) qui recompose dans un esprit romantique une vision de nature à l'abandon, en s'inspirant du célèbre Cimetière juif de Jacob van Ruisdael (vers 1653 - 1655) conservé dans la galerie royale de Dresde. Le chevalier méditant sur une tombe, la chapelle médiévale sont des motifs qui participent du répertoire historicisant qui fera de Lessing la grande figure de l'Ecole de Düsseldorf.

Une figure de la peinture romantique allemande

Après de brèves études d’architecture à l’Académie de Berlin, Lessing, petit-neveu de l’écrivain et critique d’art Gotthold Ephraïm, devient l’élève du peintre Dähling dans la même institution. Il quitte la capitale, en octobre 1826, pour rejoindre, à Düsseldorf, Wilhelm von Schadow tout juste nommé directeur de l’Académie de cette ville. L’artiste s’imposera comme l’une des figures les plus représentatives de l’école de Düsseldorf et de la peinture romantique allemande. Cimetière dans un bois, récemment acquis par le Louvre, est l’un des premiers chefs-d’œuvre du peintre et permet déjà de cerner les caractéristiques de son art.

Une œuvre de jeunesse

Le tableau est daté par l’artiste lui-même de septembre 1826, soit un mois avant son départ pour Düsseldorf. C’est donc une œuvre de jeunesse mais où transparaissent déjà toute la maîtrise et les orientations esthétiques de Lessing. Un dessin préparatoire conservé au musée de Cincinnati portant la date du 9 mars 1826 montre la rapidité de l’exécution de l’œuvre. Présenté à l’exposition de l’Académie de Berlin l’année de sa réalisation, le tableau fut accueilli avec enthousiasme par la critique. La composition met en scène une vue imaginaire d’un cimetière désaffecté, sous un ciel chargé de nuages à travers lesquels un rayon de soleil éclaire la pierre tombale placée au centre. Les tombes en désordre et  les ruines gothiques envahies par les herbes folles et par les branches feuillues des arbres sont les véritables protagonistes de cette méditation sur la mort et le passage du temps.

Un tableau romantique

L’œuvre, à travers le thème cher au romantisme germanique du cimetière associé à des ruines d’église, illustre les différentes aspirations qui animent ce mouvement pictural en Allemagne. D’abord développé en littérature, le romantisme prend son essor en Angleterre et en Allemagne avant de se diffuser en Europe. Il fait prévaloir le sentiment sur la raison et l’imagination sur l’analyse critique. La nature occupe une place centrale dans ce courant. Elle est le reflet des sentiments de l’homme et le cadre privilégié de la représentation de la mélancolie, de l’angoisse ou du fantastique. Dans une certaine mesure, on retrouve dans les paysages romantiques, surtout ceux produits en Allemagne par des peintres comme Lessing ou Friedrich, la même démarche spirituelle que dans les vanités ou les scènes de genre à valeur morale. Il y a, dans toutes ces œuvres, l’expression d’une même angoisse, empreinte de religiosité, face à la condition de l’homme, sa place dans le monde, ses rapports avec le divin et sa mort imminente. On retrouve tous ces éléments dans cette représentation sereine et métaphysique de Lessing qui, à la différence de Friedrich, ne s’attache pas à  présenter des sites existants.

Cartel

  • Carl Friedrich LESSING (Breslau, 1808 - Karlsruhe, 1880)

    Cimetière et ruines envahis par les arbres

    Daté du 28 septembre 1826

  • H. : 1,12 m. ; L. : 1,63 m.

  • Acquis sur le legs de Jacques Moreau (1906 - 1998) faità la Société des Amis du Louvre en 1999 , 1999

    R.F. 1999-10

  • Peintures

    Aile Richelieu
    2e étage
    Allemagne, Russie, première moitié du XIXe siècle
    Salle 863

Informations pratiques

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi
Nocturne gratuite le premier samedi du mois
de 18h à 21h45

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre 2020

Information in other languages

Entrez au musée en moins de 30 minutes
en achetant votre billet en ligne :

Achetez votre billet