Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Coffret à reliques dit "capsella de Brivio"

Œuvre Coffret à reliques dit "capsella de Brivio"

Département des Antiquités grecques, étrusques et romaines : Art chrétien et byzantin

Coffret à reliques

© Photo RMN / Gérard Blot

Antiquités grecques, étrusques et romaines
Art chrétien et byzantin

Auteur(s) :
Marie-Bénédicte Astier

Ce petit reliquaire d'argent, historié de scènes bibliques, témoigne de la diffusion du christianisme et de la création d'une imagerie propre à illustrer la foi chrétienne au début du Ve siècle ap. J.-C. Le coffret est décoré de reliefs rehaussés d'or dont les sujets sont empruntés à l'Ancien et au Nouveau Testaments : la résurrection de Lazare, sur le couvercle, l'adoration des mages et les trois Hébreux dans la fournaise, sur les parois, encadrés de représentations de Jérusalem et de Bethléem.

Un coffret à reliques

Découvert en Lombardie, au Castello di Brivio, ce coffret d'argent de forme ovale est parfois appelé "capsella de Brivio", du terme latin qui signifie "petite boîte". Il était vraisemblablement destiné à conserver des reliques enveloppées dans un tissu. Dès le IVe siècle ap. J.-C., les reliquaires en pierre renferment très souvent une boîte plus petite, en métal précieux, à l'exemple de celle-ci. L'usage de ces petites châsses facilement transportables se répand particulièrement au VIe siècle, les pèlerinages en Terre Sainte étant de plus en plus fréquents. Les parois et le couvercle de la capsella du Louvre sont ornés de reliefs travaillés au repoussé et rehaussés d'or.

Des scènes de l'Ancien et du Nouveau Testaments

Ce reliquaire est historié de scènes tirées de la Bible. Sur le couvercle, la résurrection de Lazare est traitée selon les usages de l'iconographie chrétienne primitive et rappelle l'espérance de la survie promise par le christianisme après la mort. Le défunt est représenté comme une momie, emmailloté de bandelettes, debout dans un édicule à colonnes surmonté d'une coupole. L'une de ses soeurs, Marthe ou Marie de Béthanie, est prosternée aux pieds de Jésus, implorante. Le Christ nimbé tend un long bâton en direction du sépulcre et rend Lazare à la vie. La face principale du coffret est décorée de l'adoration des mages, une autre scène du Nouveau Testament, qui met l'accent sur la reconnaissance de la divinité du Christ. Assise dans un fauteuil à haut dossier, la Vierge présente l'Enfant Jésus aux trois rois, qui s'avancent en procession, les bras chargés d'offrandes, coiffés du traditionnel bonnet phrygien. La scène du revers est empruntée à l'Ancien Testament : conformément aux textes (Daniel, I, 12), les trois jeunes Hébreux de Babylone, Sedrach, Misach et Abdenago, sont jetés dans la fournaise, condamnés par le roi Nabuchodonosor pour avoir refusé d'adorer une statue à son effigie. L'ange qui les sauve de cette mort brûlante n'est pas représenté. Aux extrémités du reliquaire, enfin, sont figurées deux entrées de villes fortifiées, sans doute Jérusalem et Bethléem.

Naissance de l'art paléochrétien

Ce reliquaire révèle l'importance du culte des reliques dans la religion chrétienne à la fin du IVe siècle. Exécutée au début du Ve siècle, la capsella de Brivio témoigne de la diffusion de la foi chrétienne dans l'Empire romain et de la création d'une imagerie propre à illustrer les textes saints et la foi nouvelle. Autorisé par l'édit de Milan en 313 ap. J.-C., le christianisme devient religion d'Etat en 380, sous le règne de Théodose Ier. L'art paléochrétien s'épanouit alors pleinement mêlant parfois cette iconographie nouvelle au vocabulaire païen. Les trois scènes qui ornent ce coffret font partie des thèmes les plus fréquemment décrits, en particulier sur les sarcophages de marbre produits à Rome au IVe siècle, sur les fresques des catacombes et sur les mosaïques.

Bibliographie

- Milano capitale dell' Imperio romano, Milan, 1990, p. 350.

- Wealth of the Roman World, Londres, 1977, p. 93-94, n 157.

- BUSCHHAUSEN H. , "Die Spätroemischen Metallscrinia und Frühchristlichen Reliquiare", in Wiener Byzantinisch Studien, 9, 1971, p. 240-242, n B 14, pl. 46-47.

- BOZZI, "La capsella di Brivio e il suo contributo allo studio della primitiva chiese plebana", in Contributi dell' Instituto di Archeologia, vol. 1, Milan, serie 3, 9, 1967, p. 159-169, pl. 27-30

- LIPINSKI A., "Ori e argenti gioielli del mondo tardo-romano paleocristiano e paleobizantini in Italia fino al movimento iconoclasta", in Corsi Ravennate, 12, 1965, p. 405-452.

-  LAUER Ph., "La capsella de Brivio", in Monuments et mémoires. Fondation Piot, 13, 1906, p. 229-240

Cartel

  • Coffret à reliques

    Ière moitié du Ve siècle après J.-C.

    Brivio, Italie

  • Argent avec traces de dorure

    l. : 12 cm. ; H. : 5,70 cm. ; Pr. : 5,50 cm.

  • Achat, 1902 , 1902

    N° d'entrée MND 572 (n° usuel Bj 1951)

  • Antiquités grecques, étrusques et romaines

    Aile Denon
    Rez-de-chaussée
    Galerie des mosaïques
    Salle 418

Informations pratiques

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai, 8 mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Entrez au musée en moins de 30 minutes
en achetant votre billet en ligne :

Achetez votre billet