Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Cratère mycénien avec scène de char

Œuvre Cratère mycénien avec scène de char

Département des Antiquités orientales : Levant

Cratère : guerriers au char

© 2006 RMN / Franck Raux

Antiquités orientales
Levant

Auteur(s) :
Annie Caubet

Ce vase appartient à une catégorie de vaisselle d'apparat, que l'on nomme cratère, qui servait à mélanger et à servir le vin lors des banquets. Fabriquée en Grèce continentale et exportée au Levant, cette céramique est appelée "mycénienne" (de Mycènes). Le décor peint représente des guerriers montés sur des chars, une image appréciée de la clientèle. Les membres de l'élite sociale d'Ougarit, capitale d'un royaume du littoral syrien, ont emporté cette vaisselle avec eux dans la tombe.

Une vaisselle de luxe appréciée à l'exportation

Des ateliers spécialisés installés en Grèce continentale ont fabriqué, durant la période du bronze récent, une céramique de très belle qualité, qui préfigure la vaisselle attique du Ve siècle av. J.-C. A partir du XIVe ou XIIIe siècle av. J.-C., ces ateliers ont probablement essaimé sur le littoral anatolien (dans la région de Milet et d'Ephèse) et probablement à Chypre. Leurs produits ont été très appréciés dans tout le Levant, en Anatolie et en Égypte. Ougarit, sur la côte syrienne, a livré des milliers de fragments de cette vaisselle, produite dans des formes diverses : coupes à boire, assiettes, cratères à servir le vin, cruches, flacons à parfums.
Les cratères, dont la forme évolue au cours du temps, le col diminuant de hauteur pour faciliter l'accès au liquide, reçoivent un décor peint figuré. L'image la plus appréciée représente un défilé de guerriers montés dans des chars, souvent suivis ou précédés d'un laquais. Ici, un oiseau aquatique évoque peut-être un récit de chasse.

La société d'élite des possesseurs de chars

Les fouilles d'Ougarit, capitale d'un royaume levantin prospère durant le IIe millénaire, ont livré des vestiges imposants ; ainsi que de nombreux textes cunéiformes qui nous renseignent sur la société. Aux côtés du roi et de ses proches, l'élite sociale du royaume semble avoir été composée des "mariannou" : des possesseurs de chars. En temps de guerre, ils devaient mettre à disposition du souverain des troupes et leurs chars. Seuls de rares vestiges de ces chars ont été identifiés dans la cité, mais ils permettent d'imaginer des véhicules légers à deux roues, attelés à deux chevaux. Des chars qui sont comparables à ceux décrits par Homère lors des combats des héros grecs devant Troie, ou encore à ceux trouvés dans les arsenaux royaux égyptiens ou dans la tombe de Toutânkhamon. Ce cratère mycénien à char est un autre témoin de l'art de la guerre en Méditerranée orientale, durant l'âge du bronze récent.

Des banquets princiers

Si l'on en juge par la vaisselle et les récits écrits retrouvés à Ougarit, le souverain et l'élite des guerriers, qui étaient en même temps de grands commerçants, semblent avoir eu à peu près les mêmes habitudes de table que celles qui sont décrites dans l'épopée d'Homère : ils mangeaient des viandes grasses, buvaient des coupes de vins, puisées dans des cratères de métal ou en céramique de luxe, comme ce vase importé de Grèce ou des côtes anatoliennes.
A Ougarit, le palais et les demeures privées abritaient sous leur sol des caveaux familiaux en pierre, qui permettaient de garder le lien entre les morts et les vivants. Les textes trouvés à Ougarit font état de cérémonies de commémoration des morts. Ceux-ci étaient inhumés avec un riche mobilier reflétant leur statut social. La plupart des tombes d'Ougarit ont été retrouvées pillées, les bijoux d'or ont presque tous disparus mais la vaisselle de banquet, les armes et, pour les femmes, les instruments et les objets de toilette, sont les témoins d'une société raffinée et prospère. C'est surtout dans les tombes que les cratères et autres vases mycéniens ont été retrouvés intacts ; cependant l'examen des fragments retrouvés dans l'habitat montre que cette vaisselle importée et luxueuse était assez répandue à Ougarit.

Cartel

  • Cratère : guerriers au char

    XIVe - XIIIe siècles avant J.-C.

    Ras Shamra-Ougarit, ville basse ouest

  • Céramique mycénienne

  • Fouilles C. Schaeffer, 1936 , 1936

    AO 22293

  • Antiquités orientales

    Aile Sully
    Rez-de-chaussée
    Levant : Syrie côtière, Ougarit et Byblos
    Salle 301
    Vitrine 16

Informations pratiques

Conformément aux directives gouvernementales de lutte contre la propagation du virus Covid-19, le musée du Louvre et le musée national Eugène-Delacroix sont fermés jusqu'au mardi 15 décembre inclus.

Les visiteurs ayant acheté un billet pour cette période seront remboursés automatiquement. Aucune démarche n’est nécessaire.

Le jardin des Tuileries et le jardin du Carrousel sont ouverts.

Retrouvez sur cette page toutes les informations liées à la situation sanitaire.

Nous vous remercions de votre compréhension.