Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Dionysos

Œuvre Dionysos

Département des Antiquités grecques, étrusques et romaines : Art grec classique (du Ve au IVe siècle av. J.-C.)

Si vous n’arrivez pas à lire les médias, téléchargez Flash Player.

Dionysos ?

© 1988 RMN / Pierre et Maurice Chuzeville

Antiquités grecques, étrusques et romaines
Art grec classique (du Ve au IVe siècle av. J.-C.)

Auteur(s) :
Marie-Bénédicte Astier

Cette statuette serait l'une des premières représentations juvéniles de Dionysos. Chaussé des bottes du voyageur, le dieu du vin tenait probablement un canthare dans la main droite. L'oeuvre témoigne des innovations esthétiques élaborées par les sculpteurs grecs dans la première moitié du Ve siècle avant J.-C., au lendemain de l'époque archaïque et à l'aube du classicisme. Les artistes de la génération du style sévère trouvent dans le bronze un matériau propice à l'expression du mouvement.

Un bronze argien

Cette œuvre a rejoint les collections du Louvre en 1894. Elle aurait été découverte à Olympie, mais aucun argument décisif ne permet de vérifier cette allégation, d'autant que sa facture suggère une exécution argienne au Ve siècle avant J.-C. La cité d'Argos (au nord-est du Péloponnèse) abrite alors une école de sculpture très influente qu'incarne Polyclète vers le milieu du siècle. La silhouette puissante et massive de ce bronze, la stabilité de l'attitude et le visage aux traits lourds sont caractéristiques de cette école. Réalisée selon la technique de la fonte pleine, la statuette était initialement fixée sur une base métallique au moyen d'un jet de coulée, volontairement conservé sous le pied gauche et transformé en tenon. Dès la fin du VIe siècle avant J.-C., le bronze devient le matériau de prédilection des sculpteurs grecs. Sa souplesse est propice à l'expression du mouvement, si difficile à rendre dans le marbre, et offre aux artistes des possibilités jusqu'alors inexplorées.

Effigie juvénile de Dionysos

Le jeune homme, nu, chaussé des bottes souples et haut lacées des voyageurs, représente vraisemblablement Dionysos. La statuette serait l'une des premières effigies juvéniles du dieu du vin. Celui-ci tenait probablement un canthare, dont seul subsiste un fragment cylindrique (conservé dans la main droite) généralement interprété comme une des anses du vase à boire. L'aspect de l'épaule gauche révèle que le bras disparu était rapporté, selon une pratique, rarement attestée au Ve siècle avant J.-C. mais particulièrement fréquente à l'époque romaine, qui consistait à fondre le membre indépendamment puis à le souder au corps. La ligne de joint était dissimulée sous un vêtement coulé avec le bras.

Les innovations du style sévère et de Polyclète

Créée vers 460 avant J.-C., cette statuette témoigne des innovations esthétiques élaborées par les sculpteurs de la génération du style sévère, au lendemain de l'époque archaïque et à l'aube du classicisme. Le modelé a gagné en souplesse et la pondération est nouvelle. Le mouvement des muscles accompagne le hanchement qui anime désormais la figure, sans qu'il y ait cependant de répercussion sur la ligne des épaules, qui reste horizontale. La formule du contrapposto, élaborée par Polyclète d'Argos vers le milieu du Ve siècle avant J.-C., n'est pas encore adoptée. Le jeune homme est saisi dans l'attitude de la marche apparente, prenant appui sur la jambe gauche tandis que la droite est fléchie, le talon du pied droit probablement levé du sol à la manière des oeuvres créées par Polyclète quelques années plus tard. Le poids du corps est ainsi déplacé sur une seule jambe. Le traitement de la musculature, savamment proportionnée, prélude également aux figures athlétiques de Polyclète. Les cheveux sont relevés en une coiffure courte conforme à l'arrangement capillaire répandu à cette époque. L'expression du visage enfin, sérieuse et grave, contraste avec le sourire affiché par les couroï archaïques.

Bibliographie

S. Descamps, "L'art du mouvement et les bronzes du Louvre", Archeologia. Le miracle grec, la sculpture au siècle de Périclès, hors série, 2, 1993, p. 36-39.
The Greek Miracle, Washington, 1993, p. 113, n 15.
Polyklet. Der Bildhauer der Griechischen Klassik, Francfort-sur-Main, 1990, p. 509, n 4.
A. Héron de Villefosse, "Athlète. Bronze de l'école d'Argos", Monuments et Mémoires. Fondation Piot I, 1894, p. 105-114, pl. 15-16.

Cartel

  • Dionysos ?

    Vers 460 avant J.-C.

    Provenance : Olympie ?

    Style argien ?

  • Bronze

    H. : 23,50 cm.

  • Acquisition, 1894 , 1894

    Br 154

  • Antiquités grecques, étrusques et romaines

    Aile Sully
    1er étage
    Salle des Bronzes
    Salle 663
    Vitrine C2 : Grèce classique, Ve siècle avant J.-C.

Informations pratiques

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai, 8 mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Entrez au musée en moins de 30 minutes
en achetant votre billet en ligne :

Achetez votre billet