Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Figurine de dieu hittite

PendeloqueReprésentant une divinité hittite

© Musée du Louvre, dist. RMN / Raphaël Chipault

Antiquités orientales
Anatolie

Auteur(s) :
Arnaud Prévotat, Annie Caubet

Aucune statue de grande dimension n’a été découverte en Anatolie pour la période hittite. En effet, la plupart des statues devaient être réalisées en matériaux précieux, or, argent, bronze qui ont sûrement été réutilisés. Cette pendeloque nous donne un reflet de cette statuaire. Une pendeloque similaire est conservée au British Museum, montrant l’existence de canons communs ou de la diffusion de modèles.

Un dieu de l'orage

Cette figurine est pourvue d’un anneau dans le dos qui en fait un pendentif amulette. Le caractère divin du personnage est indiqué par la haute tiare conique. Le pagne court et l’épée le désignent comme un dieu guerrier, peut-être Teshub, dieu de l’orage. On comparera cette représentation à celle des reliefs sculptés de Yazilikaya, le grand sanctuaire rupestre où est figuré le panthéon chargé de protéger l’empire et la famille royale.

Histoire de l'empire hittite

La civilisation hittite s’est développée à partir du XVIIe siècle sur un vieux fond anatolien lorsqu’une dynastie rassemble sous son autorité la mosaïque de petits états d’Anatolie centrale et installe sa capitale à Hattusha, l’actuelle Bogazkoÿ, et cherche à pousser son extension jusqu’en Babylonie. Suppiluliuma Ier (XIVe siècle) et ses successeurs du nouvel empire hittite patronnent un « art impérial » dont témoignent les fortifications, les palais et les temples, ornés de reliefs mythologiques et d’animaux gardiens. Devenus une puissance internationale majeure, les Hittites rivalisent avec l’Égypte pour la possession de la Syrie : la bataille de Qadesh (vers 1285) entre Muwatalli II et Ramsès II aboutit au statu quo. Les grandes migrations des Peuples de la Mer seront fatales à l’empire hittite ; à partir du Xe siècle, les principautés se reconstituent à la périphérie, notamment en Syrie du Nord : des cités fortifiées s’érigent, ornées de sculptures monumentales et d’inscriptions hiéroglyphiques et perpétuent les traditions du IIe millénaire.

L'art hittite au Louvre

L’amulette de Yozgat, malgré sa très petite taille, est bien caractéristique de l’art impérial hittite, qui a élaboré en plus de la grande architecture et de la sculpture monumentale, des objets d’art décoratifs, une glyptique raffinée, des céramiques de techniques variées : les collections du musée du Louvre en présentent un bel échantillon grâce aux efforts de savants comme Ernest Chantre. Désireux de mieux connaître la civilisation hittite, Ernest Chantre, sous-directeur du Museum d’histoire naturelle de Lyon et professeur d’éthnologie à l’université, conduisit une mission systématique d’exploration en Cappadoce sous les auspices du ministère de l’Instruction Publique. Au cours de ses deux voyages en 1893 et 1894, il pratiqua des sondages à Alaça Höyük, Bogazkoy et Kültepe, achetant des antiquités auprès des habitants. Les pièces qu’il a rapportées, avec celles de Paul Gaudin et de l’abbé de Genouillac rassemblées dans la région d’Ankara, constituent le noyau principal de la collection anatolienne du Louvre. Faute de présenter au public parisien les sculptures monumentales qui caractérisent l’art hittite, les céramiques à décor plastique et la petite statuette de Yozgat permettent d’évoquer certains aspects caractéristiques des civilisations anatoliennes, dans leurs rapports avec le Levant et la Mésopotamie. La petite amulette de dieu hittite manifeste sa parenté avec les statuettes syriennes représentant des divinités de l’orage.

Cartel

  • PendeloqueReprésentant une divinité hittite

    XIVe - XIIIe siècle avant J.-C.

    Yozgat

  • Or

    H. : 3,80 cm. ; L. : 1,30 cm. ; Pr. : 1,30 cm.

  • Mission Chantre, 1894 , 1894

    AO 9647

  • Antiquités orientales

Informations pratiques

Conformément aux directives gouvernementales de lutte contre la propagation du virus Covid-19, le musée du Louvre et le musée national Eugène-Delacroix sont fermés jusqu'au mardi 15 décembre inclus.

Les visiteurs ayant acheté un billet pour cette période seront remboursés automatiquement. Aucune démarche n’est nécessaire.

Le jardin des Tuileries et le jardin du Carrousel sont ouverts.

Retrouvez sur cette page toutes les informations liées à la situation sanitaire.

Nous vous remercions de votre compréhension.