Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Gobelet orné d'un masque de déesse

Gobelet à visage féminin

© 2005 Musée du Louvre / Raphaël Chipault

Antiquités orientales
Levant

Auteur(s) :
Annie Caubet

Ce gobelet porte en relief un visage fardé et coiffé d'accroche-coeurs. Il provient d'une riche tombe de femme d'Ougarit, capitale d'un royaume syrien du IIe millénaire. Appartenant aux objets de toilette de la défunte, il représente l'apparition d'une déesse de la fertilité, protectrice de la femme et de sa séduction.

Une technique imitant les pierres précieuses

On appelle "faïence" dans l'archéologie de l'Orient ancien des objets moulés dans des pâtes faites de sable et de chaux et recouverts d'une glaçure (ou verre fondu) colorée par des oxydes métalliques, cuivre, manganèse, fer... L'effet vise manifestement à imiter les pierres précieuses recherchées de l'Antiquité, lapis-lazuli et turquoise notamment. Ces productions de matières vitreuses servent à réaliser de petits récipients précieux, des bijoux, des amulettes. Les diverses techniques mises au point en Égypte, au Levant et en Mésopotamie à partir du IIIe millénaire sont particulièrement répandues au cours du IIe millénaire où elles représentent l'une des caractéristiques de l'art de la civilisation palatiale.

L'apparition de la déesse

Le gobelet conique posé sur une base en piédestal porte sur un côté un relief moulé : de la masse de la panse peinte en noir jaillit un visage féminin aux yeux immenses, lourdement cernés de noir sous des sourcils fournis qui se rejoignent au-dessus du nez. De grosses pupilles rondes rendent très vivante l'expression de cette apparition. Sous des bandeaux de cheveux peints en jaune, des mèches recourbées en accroche-coeurs noirs sur les joues et le front tranchent sur la pâleur de la carnation. Le cou est souligné de bandes de couleur imitant des colliers. Il existe d'autres exemplaires, avec des variantes, de ces gobelets à visage : des pendentifs de faïence en forme de masques féminins aux grands yeux, des bijoux d'or, des plaques de meubles en ivoire montrent aussi des têtes de femme, parfois encadrées dans une fenêtre. Les bijoux d'or (Louvre) nous renseignent sur la signification de ces objets : sur un même collier d'or ou d'argent se trouvaient, à côté des pendentifs à visage, des médaillons représentant des déesses nues et des motifs astraux : il s'agit là d'images de la grande déesse orientale de la fertilité, associée à la planète Vénus, représentée alternativement sous des traits humains ou astraux, comme la déesse romaine de ce nom. Symbole de la séduction que la femme exerce sur les hommes, cette déesse, appelée selon les régions Ishtar, Astarté ou, à Ougarit, Anat, est particulièrement vénérée par les femmes d'Ougarit qui souhaitaient voir son image dans les objets précieux qui les entouraient dans la vie comme dans la mort.

Cartel

  • Gobelet à visage féminin

    XIVe siècle avant J.-C.

    Minet el Beida, port d'Ougarit, tombe 6

  • Fritte de quartz à glaçure polychrome

    H. : 16,20 cm. ; D. : 8,60 cm.

  • Fouilles C. Schaeffer-G. Chenet, 1932 , 1932

    AO 15725

  • Antiquités orientales

    Aile Sully
    Rez-de-chaussée
    Levant : Syrie côtière, Ougarit et Byblos
    Salle 301
    Vitrine 6

Informations pratiques

Conformément aux directives gouvernementales de lutte contre la propagation du virus Covid-19, le musée du Louvre et le musée national Eugène-Delacroix sont fermés jusqu'à nouvel ordre.

Les visiteurs ayant acheté un billet pour cette période seront remboursés automatiquement. Aucune démarche n’est nécessaire.

Le jardin des Tuileries et le jardin du Carrousel sont ouverts.

Retrouvez sur cette page toutes les informations liées à la situation sanitaire.

Nous vous remercions de votre compréhension.