Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Gorgone barbue agenouillée

Œuvre Gorgone barbue agenouillée

Département des Antiquités grecques, étrusques et romaines : Art grec archaïque (du VIIe au VIe siècle av. J.-C.)

Gorgone barbue agenouillée

© Musée du Louvre

Antiquités grecques, étrusques et romaines
Art grec archaïque (du VIIe au VIe siècle av. J.-C.)

Auteur(s) :
Marie-Bénédicte Astier

Cette Gorgone agenouillée est de dimensions exceptionnelles. La figure appartenait au décor d'un trépied "à baguettes" en bronze, dont le type, inventé au Proche-Orient puis copié en Grèce, était destiné à supporter un chaudron mobile. L'objet semble avoir été fabriqué en Grèce de l'Est dans la première moitié du VIe siècle av. J.-C. Il constitue un antécédent direct du gorgonéion de type laconien et illustre l'influence "ionienne" subie par l'artisanat laconien durant la période archaïque.

Représentation d'un être monstrueux

Cette impressionnante statuette de bronze est entrée au Louvre en 1883 ; l'objet aurait été recueilli en mer, près de l'île de Rhodes, ce qui expliquerait en partie l'aspect corrodé de l'épiderme. La partie inférieure figure une Gorgone agenouillée, les mains posées sur les cuisses. Son visage, large et rebondi, est encadré d'une chevelure à lourdes mèches perlées et d'une courte barbe striée qui ajoutent à la physionomie effrayante affichée traditionnellement par cette effigie monstrueuse. La Gorgone tire la langue, laissant apparaître deux petits crocs aux angles de la bouche. Ses grands yeux écarquillés étaient incrustés d'une matière blanche, ivoire ou os, partiellement conservée sur l'iris de l'œil droit.

Un décor de trépied de type oriental

Sa tête est ceinte d'un bandeau sur lequel repose la patte d'un lion. Au sommet de celle-ci, deux grosses tiges (et probablement une troisième dont ne subsiste que l'arrachement) ont été fixées par surcoulée, c'est-à-dire en insérant les tiges préalablement forgées dans le modèle en cire, afin de créer un système d'attache entre l'objet et un support. Ce dispositif est complété sur la face postérieure de la patte par un ruban légèrement courbe que prolongent deux tiges en Y. Sur l'une d'entre elles, un fragment en équerre correspond au départ d'un étai qui aboutissait à l'arrière de la tête de la Gorgone, au-dessus du bandeau. Cet agencement complexe indique l'appartenance de la figure agenouillée au décor d'un trépied du type dit "à baguettes", né au Proche-Orient à l'imitation de la vannerie, importé puis copié en Grèce. Les dimensions de cet exemplaire étaient exceptionnelles, autant que le motif de la patte animale posée sur la tête d'une Gorgone agenouillée. Ces trépieds étaient généralement destinés à supporter des chaudrons mobiles, ornés d'appliques diverses, en particulier des protomés de griffon.

Un bronze archaïque de la Grèce de l'Est

L'origine de cette œuvre a engendré de nombreuses discussions, mais l'on s'accorde aujourd'hui pour y reconnaître une production d'Asie Mineure créée dans la première moitié du VIe siècle av. J.-C. L'attribution à un atelier de la Grèce de l'Est repose sur la parenté du visage avec le gorgonéion de type laconien, dont on connaît des antécédents directs, dès la fin du VIIe siècle avant notre ère, à Rhodes (vases plastiques) et à Samos (figurines en ivoire). La statuette du Louvre illustre l'influence "ionienne" exercée par les artistes de la Grèce de l'Est sur l'artisanat des officines de Laconie (sud du Péloponnèse). Le type laconien, qui dérive donc des productions d'Asie Mineure, est conforme à la nature du monstre primitif qu'est la Gorgone. D'énormes yeux exorbités, un nez épaté et de petites cornes caractérisent ce faciès qui vise à terroriser l'observateur. Ce type diffère de celui qui se répand à Corinthe dans la seconde moitié du VIe siècle : un visage hexagonal assez peu effrayant, avec de petits yeux et une grande bouche.

Bibliographie

- ROLLEY C., "Deux gorgones, deux problèmes. A propos de deux bronzes grecs du Louvre ", in La Revue du Louvre, 1981, p. 323-326, fig. 1-5.

- Mer Egée, Grèce des îles, musée du Louvre, Paris, 1979, p. 156-157, n 102.

Cartel

  • Gorgone barbue agenouillée

    Première moitié du VI siècle avant J.-C.

    Provenance : "trouvée en mer, près de Rhodes"

    Production : Grèce de l'Est

  • Bronze, oeil droit encore incrusté

    H. : 55 cm.

  • Acquisition 1883 , 1883

    Br 2570

  • Antiquités grecques, étrusques et romaines

    Aile Denon
    Entresol
    Grèce préclassique
    Salle 170
    Vitrine 17

Informations pratiques

Le musée du Louvre, le jardin des Tuileries et la Cour Carrée sont fermés jusqu'à nouvel ordre.

Les visiteurs ayant acheté un billet en ligne pour le musée seront remboursés. Vous n’avez aucune démarche à effectuer. En raison du nombre élevé de billets à rembourser, le délai de ce traitement est estimé à trois mois.

Nous vous remercions de votre compréhension.