Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Jali en forme de double porte

Œuvre Jali en forme de double porte

Département des Arts de l'Islam : 1500-1800 : Les empires modernes

Si vous n’arrivez pas à lire les médias, téléchargez Flash Player.

Jali

© Musée du Louvre, dist. RMN - Grand Palais / Hughes Dubois

Arts de l'Islam
1500-1800 : Les empires modernes

Dans l'architecture indienne moghole, des écrans ajourés, les jalis, permettent de faire barrage à la chaleur tout en laissant passer air et lumière. À l'époque d’Akbar (r. 1556-1605), de savantes compositions de figures géométriques forment les réseaux ajourés des jalis.

Une matière première locale

Le nord de l’Inde, berceau de l’État moghol, regorge de gisements de grès, de calcaire et de ses dérivés (marbre du Makrana) et, dès le 3e siècle avant notre ère, la pierre est employée dans l’architecture indienne.

Un claustra de pierre

Un élément du décor architectural moghol, le jali, est le fruit d’une double tradition. On voit apparaître aux environs de notre ère, tant dans le monde méditerranéen que dans la sphère indienne, des écrans ajourés destinés à résoudre le même problème : laisser passer air et lumière tout en faisant barrage à la chaleur. Ces écrans de pierre en claire-voie s’insèrent dans l’encadrement d’une fenêtre : lors de son passage forcé par les ouvertures réduites, l’air gagne en accélération et rafraîchit l’intérieur de l’édifice. Ces écrans sont d’autant plus recherchés à la période islamique qu’ils permettent de voir au dehors sans être vu. C’est le principe du moucharabieh, terme mieux connu en Occident pour désigner ce type de claustra.

Des compositions géométriques

Avec le temps, matériau, fonction et style de ces écrans se diversifient. Les motifs, d’abord géométriques et très simples, gagnent ensuite en complexité et peuvent puiser dans un répertoire déjà sophistiqué dans l'Inde pré-islamique.
En 1573, deux ans après la fondation de la nouvelle capitale d’Akbar (r. 1556-1605) à Fatehpur Sikri, le Gujarat est conquis. Devenue province moghole, cette région fournit de nombreux artisans. Presque tous les jalis de l’époque d’Akbar déclinent l’ensemble des motifs que peuvent fournir la règle et le compas. Ainsi, sur cette « double porte » divisée en trois registres aux motifs de taille décroissante, se juxtaposent et s’imbriquent cercles, octogones, hexagones, carrés et étoiles à six branches. Il pourrait s’agir de la partie supérieure et fixe d’une baie architecturale.
La plupart des jalis continueront de puiser dans le répertoire géométrique. Cependant, à l’époque de Jahangir (r. 1605-1627), le développement de motifs curvilignes, dont l’amorce date du règne d’Akbar, se confirme.

Bibliographie :

Neveux-Leclerc A., « Jali et lambris dans l’architecture moghole », in S. Makariou (dir.), Les Arts de l’Islam au musée du Louvre, Paris, 2012, p. 350-352.

Cartel

  • Jali en forme de double porte

    4e quart du 16e siècle

    Inde, région de Fatehpur Sikri

  • Grès rouge

    H. 185 cm ; l. totale 139 cm ; ép. 5 cm

  • Achat , 2005

    MAO 2041 et MAO 2042

  • Arts de l'Islam

Informations pratiques

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi
Nocturne gratuite le premier samedi du mois
de 18h à 21h45

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre 2019

Information in other languages

Entrez au musée en moins de 30 minutes
en achetant votre billet en ligne :

Achetez votre billet