Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Le Choeur de l'église Saint-Bavon à Haarlem, avec la tombe...

Œuvre Le Choeur de l'église Saint-Bavon à Haarlem, avec la tombe fictive d'un évêque

Département des Peintures : Peinture hollandaise

Le choeur de l'église Saint-Bavon à Haarlem, avec la tombe fictive d'un évêque

© 2005 RMN / Franck Raux

Peintures
Peinture hollandaise

Auteur(s) :
Adeline Collange

Vue du nord vers le déambulatoire sud ; au fond, la chapelle Breewer. La tombe épiscopale, inventée, est sans doute là pour affirmer la permanence du catholicisme et de l'évêché de Haarlem malgré la Réforme calviniste (voir l'inscription latine célébrant la gloire post-mortem d'un évêque). Tableau peut-être peint pour un client catholique et certes l'un des plus anciens de l'artiste (le premier connu est de 1628), lequel a souvent choisi pour motif l'église Saint-Bavon.

Un peintre géomètre

Pieter Jansz Saenredam, "portraitiste" des églises hollandaises, peint ici la Grote Kerk de Haarlem, c'est-à-dire l'église gothique de Saint-Bavon. Le tableau est une représentation transversale de l'intérieur, vu du choeur. Trois grandes arcades ouvrent sur le côté sud du déambulatoire. Tout au fond à droite une douce clarté illumine la chapelle latérale de la Corporation des Brasseurs. Saenredam n'est pas le premier à réaliser des intérieurs d'églises, la peinture d'architecture s'étant développée depuis plusieurs dizaines d'années. Cependant, à la différence de l'art fantaisiste de ses prédécesseurs, les vues de Saenredam montrent une topographie rigoureusement exacte. C'est un véritable peintre géomètre, il a d'ailleurs collaboré avec un arpenteur à la prise des mesures de l'église Saint-Bavon. Pour ce tableau, procédé habituel chez Saenredam, il a dessiné deux études préparatoires. Un premier dessin au crayon, effectué sur place, presque entièrement à main levée, met en place la composition. Le second dessin, exécuté à la mine de plomb et construit au compas et à la règle, applique strictement les lois de la perspective.

Une discrète allégeance à l'Église romaine

Cependant, Saenredam prend quelques libertés avec le réel : par exemple, le mur obstruant l'arcade à gauche et surtout le gigantesque tombeau avec une statue d'évêque agenouillé sont de pures inventions. On peut lire au-dessus de ce tombeau, de style moderne, une inscription latine que l'on peut traduire ainsi : "La Vérité de la doctrine et la sanctification, non pas la mitre et la crosse, distinguent l'évêque que la gloire éternelle maintient vivant après la mort." Il s'agit de célébrer la vertu de ces évêques de Hollande qui n'ont plus de pouvoir officiel (sans mitre et sans crosse) mais qui continuent d'honorer la Foi divine, en dignes successeurs des apôtres. Ces ajouts correspondent sans doute aux souhaits d'un commanditaire de la communauté catholique de Haarlem, qui reste encore très importante malgré la Réforme.

Le "peintre de la blanche clarté des églises"

Cette oeuvre est caractéristique de l'art de Saenredam qui lui valut le surnom de "peintre de la blanche clarté des églises". L'église Saint-Bavon est un de ses motifs favoris qu'il a décliné en une trentaine de dessins et une douzaine de peintures. Il utilise de fins glacis permettant de délicates variations sur la transparence aérienne ou encore sur la subtilité des veines du marbre. Son coloris raffiné joue sur des tons de gris et de blond très pâle diffusant une douce lumière sur l'architecture immaculée. L'ensemble, presque monochrome, donne une impression d'espace et de silence favorable au recueillement. Le rythme des verticales épurées, à la poésie quasi abstraite, offre à notre regard d'étonnants échos de modernité.

Bibliographie

- RUURS Rob, "Un Tableau de Pieter Saenredam (1597-1665) au Louvre : intérieur de l'église Saint-Bavon à Haarlem", in La Revue du Louvre, 1988, 1, p. 39-42.

- FOUCART Jacques (dir.),  Nouvelles acquisitions du département des peintures : 1983-1986, , Éditions de la Réunion des musées nationaux, 1987, p. 93-95.

Cartel

  • Pieter Jansz SAENREDAM (Assendelft, 1597 - Haarlem, 1665)

    Le choeur de l'église Saint-Bavon à Haarlem, avec la tombe fictive d'un évêque

    1630

  • H. : 0,41 m. ; L. : 0,37 m.

  • Acquis sur le marché d'art londonien (Speelman, Harari et Johns), 1983 , 1983

    R.F. 1983-100

  • Peintures

    Aile Richelieu
    2e étage
    Hollande, milieu du XVIIe siècle
    Salle 839

Informations pratiques

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi
Nocturne gratuite le premier samedi du mois
de 18h à 21h45

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre 2019

Information in other languages

Entrez au musée en moins de 30 minutes
en achetant votre billet en ligne :

Achetez votre billet

Informations complémentaires

Inscription : P. SAENRED. FE ANO 1630. (S.D.B.D.) ;en lettres dorées, au-dessus du tombeau, à gauche : DOCTRINA VERA, ET SANCTITAS/NON MILTRA NEC PEDUM NOTANT/EPISCOPUM, QUEM GLORIA/AETERNA POSTMORTE