Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Le Coup de soleil

Le Coup de soleil

© 2007 Musée du Louvre / Angèle Dequier

Peintures
Peinture hollandaise

Auteur(s) :
Adeline Collange

Le titre - excellent - remonte au début du XIXe siècle. Tableau à dater des années 1660 et l'un des chefs-d'oeuvre de l'artiste, avec cet essai, rare chez lui, d'emphase panoramique qui rivalise quelque peu avec la largeur rembranesque. Figures de baigneurs, parfois attribuées (ingénieusement) à Wouwermans.

Un paysage idéal

Jacob Van Ruisdael imagine ici un ample panorama, construit sur de subtiles diagonales (nuages, fleuves, collines). Il le recompose à partir de différents motifs réels : ruines d'un petit pont et du château de Brederode (près de Haarlem), moulins à vents, collines de Gueldre ou de Rhénanie. La composition s'ouvre sur un ciel immense qui occupe les deux tiers du tableau. De minuscules personnages, des baigneurs et un vif cavalier vêtu de rouge viennent animer l'ample paysage. L'oeuvre reflète le courant artistique du paysage idéalisé qui traverse alors la peinture européenne.

Un coup de soleil très pictural

C'est au XIXe siècle que ce tableau, autrefois simplement dénommé "Effet de soleil après la pluie", prend le titre sous lequel il est désormais universellement connu : Le Coup de soleil. Et c'est effectivement le soleil qui orchestre magistralement l'espace du tableau, alternant les zones d'ombres et de clarté. Les rayons éclairent avec force les champs de blé, dont le jaune éclatant contraste avec l'harmonie tonale générale, toute de verts et de gris bleutés. La lumière sculpte aussi les grandes masses moutonneuses des nuages, à la marche lente et silencieuse, qui offrent à l'oeuvre un dynamisme grandiose et tranquille. L'atmosphère est encore lourde de l'humidité de l'ondée, que l'on devine encore dans les lointains, mais l'orage s'est à présent apaisé.

La référence à Rembrandt

La composition, avec ses obliques subtiles et ses ruines à mi-pente, est très proche de l'art de Rembrandt, et notamment de son Paysage au château (musée du Louvre). Les petites figures, seules taches colorées, semblent, quant à elles, d'une autre main que celle de Ruisdael. Une tradition, remontant au XVIIIe siècle, les attribue tout à fait plausiblement à Philips Wouwermans (mort en 1668), ce qui permettrait de dater Le Coup de soleil des années 1660. Ce tableau est différent des autres oeuvres de l'artiste et reste isolé dans sa carrière, ce qui empêche une datation plus précise. Il s'agit d'un des plus grands chefs-d'oeuvre de Ruisdael, à la fois sublime et émouvant, dont la musicalité picturale suscite chez le spectateur une impression de mélancolie rêveuse.

Bibliographie

- Le Siècle de Rembrandt : tableaux hollandais des collections publiques françaises, Editions de la Réunion des musées nationaux, 1970, p. 198.

Cartel

  • Jacob Isaacksz. van RUISDAEL (Haarlem, 1628/1629 - Amsterdam, 1682)

    Le Coup de soleil

  • H. : 0,83 m. ; L. : 0,99 m.

  • Collection de Louis XVI : acquis à la vente Vaudreuil, Paris, 1784

    INV. 1820

  • Peintures

    Aile Richelieu
    2e étage
    Hollande, deuxième moitié du XVIIe siècle
    Salle 837

Informations pratiques

Conformément aux directives gouvernementales de lutte contre la propagation du virus Covid-19, le musée du Louvre et le musée national Eugène-Delacroix sont fermés jusqu'au mardi 1er décembre inclus.

Les visiteurs ayant acheté un billet pour cette période seront remboursés automatiquement. Aucune démarche n’est nécessaire.

Le jardin des Tuileries et le jardin du Carrousel sont ouverts.

Retrouvez sur cette page toutes les informations liées à la situation sanitaire.

Nous vous remercions de votre compréhension. 

Informations complémentaires

monogrammé J.R