Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Le Portement de croix

Si vous n’arrivez pas à lire les médias, téléchargez Flash Player.

Le Portement de croix

© 1993 RMN / Gérard Blot

Peintures
Peinture hollandaise

Auteur(s) :
Guillaume Kazerouni

Caractéristique exemple de ce virtuose expressionnisme tardo-gothique qualifié de maniériste, présent à Leyde (Engelbrechtsz. et ses fils dont le Maître d'Agar est proche) autant qu'à Anvers.

Un maître anonyme

Ce tableau, totalement inconnu avant son acquisition par le Louvre en 1993, se présente dans un remarquable état de conservation. En effet, l’œuvre s’anime de couleurs éclatantes qui feraient presque oublier l’aspect dramatique du sujet : le Portement de croix. Dans un premier temps, l’œuvre a été mise en relation, en raison d’affinités stylistiques, avec le cercle du peintre leydois Cornelis Engebrechtsz, l’un des meilleurs représentants du gothique tardif aux Pays-Bas. Plus précisément, le tableau a été rapproché du Maître de la Répudiation d’Agar, ainsi dénommé d’après son chef-d’œuvre conservé au Kunsthistorisches Museum de Vienne. Le peintre a été actif à Leyde vers 1510-1520.

Multiples influences

Sur fond d’un paysage aux traits flamands qui rappellent ceux de Patenier, la foule se presse autour du Christ courbé sous le poids de la croix. Devant lui, sainte Véronique présente le suaire. L’œuvre produit une forte impression visuelle par son coloris vif et brillant que fait vibrer le dessin nerveux des plissés agités. A cela, on peut ajouter les anatomies tendues des personnages aux contours nets. Ces éléments se retrouvent dans les quelques œuvres actuellement attribuées au peintre et mettent en valeur un savant mélange entre le maniérisme anversois et la peinture leydoise.

Une école originale

Leyde et Anvers sont au début du XVIe siècle des centres artistiques importants. S’y développe un art encore imprégné du gothique international et de son penchant pour la surcharge décorative mais également marqué par une préciosité maniériste. S’y déploient des figures féminines parées de riches habits, coiffures et bijoux. Le vocabulaire ornemental à l’antique se trouve mélangé à des éléments gothiques. Cette école aura une immense influence notamment en France où l’on retrouve ses caractéristiques chez des peintres comme Gaultier des Camps et Noël Bellemare. Ses autres grands représentants sont Jan de Beer pour Anvers et Lucas de Leyde pour la ville du même nom. La production anversoise reste toutefois plus connue que celle de Leyde, en proie, comme le reste des Pays-Bas du Nord, à une forte crise iconoclaste dans les années 1570-1580, qui a causé la perte d’un grand nombre d’images sacrées. La rareté de telles œuvres ajoute à la qualité du panneau du Louvre un caractère particulièrement précieux.

Cartel

  • Attribué au Maître de la répudiation d'Agar (Actif à Leyde vers 1510-1520)

    Le Portement de croix

  • H. : 0,85 m. ; L. : 0,60 m.

  • Don de la Société des Amis du Louvre, 1993 , 1993

    R.F. 1993-16

  • Peintures

    Aile Richelieu
    2e étage
    Pays germaniques, XVIe siècle
    Salle 815-816

Informations pratiques

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi
Nocturne gratuite le premier samedi du mois
de 18h à 21h45

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre 2019

Information in other languages

Newsletter

Entrez au musée en moins de 30 minutes
en achetant votre billet en ligne :

Achetez votre billet