Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Le Portement de croix

Le Portement de croix

© 2009 Musée du Louvre / Erich Lessing

Peintures
Peinture italienne

Auteur(s) :
Martine Depagniat, Dominique Thiébaut

Ce volet d'un petit quadriptyque double face fut peint pour un membre de la famille Orsini, dont les armoiries figurent au dos du panneau du Louvre. Les autres volets de ce retable portatif sont partagés entre les musées de Berlin (La Mise au tombeau, scié dans son épaisseur) et d'Anvers (La Crucifixion et La Descente de croix, aujourd'hui séparés de L'Ange et de La Vierge de l'Annonciation, qui ornaient à l'origine leur revers).

Une scène de la Passion

Simone Martini choisit de représenter l'épisode où le Christ est emmené par les soldats hors de la ville de Jérusalem, la croix sur l'épaule, pour être crucifié sur le mont Golgotha. Une grande foule se presse autour de Jésus, l’accompagnant dans sa montée au calvaire : des soldats, dont les lances rythment la composition, des juifs et, à gauche, la Vierge, violemment repoussée par un soldat et soutenue par saint Jean. Au milieu du groupe des saintes femmes, Marie Madeleine lève les bras au ciel dans un geste de douleur pathétique. Le cortège décrit une courbe en sortant des remparts de la ville, certains regards se tendent déjà vers la scène suivante, la Crucifixion, figurée sur un autre panneau du même ensemble (Anvers).
La composition du Portement de croix est extrêmement dense et chargée, une grande agitation anime la foule du cortège qui semble cerner Jésus de toutes parts. Cet effet dramatique est renforcé par l’utilisation d’une perspective inversée et la disproportion des personnages par rapport à l’architecture. Le sens narratif de l’auteur se traduit par des détails réalistes, la forte caractérisation de certains personnages, les visages rudes des bourreaux, le profil au nez crochu de la vieille femme au manteau bleu par exemple, ainsi que la volonté d’exprimer la douleur et la souffrance : le geste pathétique de Marie Madeleine, mais aussi l’expression plus contenue, mais non moins intense, de la Vierge, repoussée dans son élan vers son Fils qui tourne vers elle son visage.

Poésie et vérité

La puissance dramatique du tableau, son atmosphère oppressante n'excluent pas une vraie poésie et un raffinement qui se traduit par l'élégance extraordinaire des lignes, la richesse des ornements dorés, comme les auréoles ou la cuirasse du soldat qui menace la Vierge, et surtout la préciosité et la subtilité de la palette : comme par exemple le rouge de la robe de Marie Madeleine qui fait écho à celle du Christ, ou l’orange délicat du vêtement du bourreau que laisse entrevoir son manteau bleu.

Un retable de dévotion privée

Le Portement de croix constituait la face de l'un des volets d’un petit retable de dévotion privée, peint sur ses deux faces. Lorsqu’il était ouvert, on pouvait voir quatre scènes de la Passion du Christ, Le Portement de croix (Louvre), La Crucifixion et La Déposition (Anvers) et La Mise au tombeau (Berlin). À l’exception de celui du Louvre, demeuré intact, les revers de ces panneaux ont été sciés : La Vierge et L’Ange de l’Annonciation, toujours conservés à Anvers, figuraient respectivement au dos de La Crucifixion et de La Déposition. Selon toute vraisemblance, les volets devaient se refermer en accordéon et seuls étaient alors visibles les revers du panneau du Louvre et de celui de Berlin, aujourd’hui perdu.
Ce polyptyque a sans doute été exécuté pour un membre de la famille romaine des Orsini, dont les armoiries figurent au revers du Portement de croix, peut-être pour le cardinal Napoleone Orsini qui l’aurait commandé au maître siennois avant le départ de celui-ci pour la cour pontificale d’Avignon en 1336.

Cartel

  • Simone MARTINI (Connu à Sienne en 1315 - Avignon, 1344)

    Le Portement de croix

    Vers 1335

  • H. : 0,30 m. ; L. : 0,20 m.

  • Acquis en 1834 , 1834

    INV. 670 bis

  • Peintures

    Aile Denon
    1er étage
    Salle des Sept-Mètres
    Salle 4
    Vitrine 1

Informations pratiques

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi

Fermetures :
Les 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Entrez au musée en moins de 30 minutes
en achetant votre billet en ligne :

Achetez votre billet