Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Le Théâtre italien

Le Théâtre italien, Eugène Delacroix

© 2007 Musée du Louvre / Harry Bréjat

Musée national Eugène-Delacroix

Auteur(s) :
Catherine Adam

Un aspect peu connu de son art

 

Longtemps négligées dans l’œuvre de Delacroix, les caricatures et les illustrations pour la presse du début des années 1820 témoignent d’une époque où le jeune peintre est à la recherche d’expédients. Cette production est révélatrice des positions qu’il prit à l’encontre de certaines idées conformistes.


Un artiste engagé

 

Entre 1821 et 1822, alors qu’il commence tout juste de s’intéresser à la technique de la lithographie, Delacroix publie huit illustrations dans Le Miroir des spectacles, des lettres, des mœurs et des arts qui venait d’être créé le 1er janvier 1821 par Auguste Jal. Ce quotidien présentait en une la programmation des théâtres parisiens et livrait dans ses trois pages suivantes des compte rendus sur  les spectacles vivants, mais pouvait aussi traiter de la littérature ou du monde des arts. Il lui arrivait à une périodicité assez irrégulière d’insérer pour ses abonnés une lithographie sur feuille libre accompagnée à chaque fois d’un encadré en page 4 développant à son sujet un argument qui pouvait être parfois assez long.

Le Théâtre italien paraît dans la livraison du 13 août 1821. L’encadré donne le ton : « Voici pour le coup un dessin d’une hardiesse peu commune et d’une impertinence qui mérite correction. Rossini soutenant à lui tout seul tout l’Opéra italien !.. Quel blasphème ! A quoi la témérité du lithographe ne va-t-elle pas nous exposer ? Les foudres du conservatoire sont-elles donc épuisées ? La haine des professeurs de clavecin est-elle éteinte, et M. Berton, qui rédige un article aussi facilement que Rossini compose un opéra, laissera-t-il impunie cette nouvelle agression des détracteurs de l’ancien régime musical ? Je voudrais bien savoir où M. Lacroix a pris ses licences pour oser se prononcer de la sorte en faveur de l’auteur de Moïse et d’Othello ? Je suis très convaincu que Rossini sera le premier à désavouer de telles exagérations (…). J’ai nommé l’auteur de la lithographie que nous offrons à nos abonnés ; mais il mérite de graves reproches pour ne s’être pas nommé lui-même. Quand on prend parti dans une discussion d’une nature aussi grave, il n’est pas permis de laisser ignorer qui l’on est. Peu importe que son idée soit originale, que son dessin soit piquant et spirituel, un lithographe qui, pour adresser un hommage à Rossini se cache sous le voile de l’anonyme, mérite d’être sévèrement réprimandé. Il faut signer tout ce que l’on fait (…). »

L’estampe fait écho à la querelle qui sévissait alors entre les tenants de l’opéra traditionnel, dont le principal représentant était Henri Montan Berton (violoniste, compositeur et membre de la section Musique de l’Académie des beaux-arts), et les partisans de Gioacchino Rossini qui connaissait alors un immense succès.  Delacroix voua une profonde admiration au compositeur italien.
Dans cette composition, le théâtre italien est personnifié par Rossini habillé à la manière contemporaine et apparaissant en créateur foisonnant –des partitions sortent de ses poches et il soutient à la force de ses bras ses personnages : Otello, Desdémone, Figaro. Delacroix traduit ainsi visuellement les idées de Stendhal publiées par le Miroir avec beaucoup d’efficacité et sans ambiguïté, se posant ainsi comme défenseur du modernisme romantique face au classicisme académique.

Bibliographie

- STRAUBER Suzan, Eugène Delacroix. The Graphic Work. A Catalogue Raisonné, San Francisco, Alan Wofsy Fine Arts, 1997.
- Catalogue de l’exposition Delacroix, le trait romantique, Paris, Bibliothèque nationale de France, 6 avril-12 juillet 1998.

Cartel

  • Eugène DELACROIX (Charenton-Saint-Maurice, 1798 - Paris, 1863)

    Le Théâtre italien

    1821

  • Lithographie

  • Don de la Société des Amis du musée Eugène Delacroix, 2007

    MD 2007-3

  • Musée national Eugène-Delacroix

Informations pratiques

Adresse :
Musée national Eugène Delacroix
6 rue de Furstenberg
75 006 Paris
Tél. : 00 33 (0)1 44 41 86 50
Fax : 00 33 (0)1 43 54 36 70

Accès :
Métro : Saint-Germain-des-Prés (ligne 4), Mabillon (ligne 10)
Bus : 39, 63, 70, 86, 95, 96
Parcs de stationnement : rue des Saints-Pères (face à la faculté de médecine) carrefour Saint-Germain-des-Prés/ rue de Rennes
Taxis : carrefour Saint-Germain-des-Prés/ rue de Rennes

Horaires :
Le musée est ouvert tous les jours, sauf les mardis, de 9h30 à 17h00 (fermeture des caisses à 16h30).

Jours de fermeture :
Fermé les jours fériers suivants : le 1er janvier, le 1er mai et le 25 décembre.