Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Lékanis paestane à figures rouges

Œuvre Lékanis paestane à figures rouges

Département des Antiquités grecques, étrusques et romaines : Art grec classique (du Ve au IVe siècle av. J.-C.)

Lékanis à figures rouges

© 2009 Musée du Louvre / Daniel Lebée et Carine Deambrosis

Antiquités grecques, étrusques et romaines
Art grec classique (du Ve au IVe siècle av. J.-C.)

Auteur(s) :
Sophie Marmois-Sicsic

Les ateliers de Paestum (nom grec : Poséidonia, Italie du Sud) ont commencé à produire des vases vers 370 av. J.-C. sous l’impulsion de peintres d’origine sicilienne. Astéas, dont nous connaissons le nom par plusieurs vases signés, introduit les particularités de ce style local.
La lékanis du Louvre, attribuée à Astéas et datée du milieu du IVe siècle av. J.-C., est un objet de toilette décoré sur son couvercle d’un sujet mythologique : le concours musical entre Apollon et le satyre Marsyas.

Apollon et Marsyas

Sur le couvercle de la lékanis, Astéas a choisi un sujet rarement représenté sur ce type d’objet : le concours musical entre Apollon et le satyre Marsyas. Marsyas, silène de Phrygie, passe pour être l’inventeur de la double flûte (aulos). Fier de sa découverte et de la sonorité produite par son instrument, il défia Apollon en prétendant être meilleur musicien avec sa flûte que le dieu avec sa lyre. Mais Marsyas fut vaincu et Apollon l’écorcha, après l’avoir suspendu à un arbre. La composition se déroule en frise tout autour
du couvercle. Un petit édifice peint en blanc évoque probablement un sanctuaire, et les branches de laurier, dans le champ du décor, représentent l’arbre emblématique d’Apollon. Apollon et Marsyas sont assis sur des rochers et jouent chacun de leur instrument. Marsyas porte une peau de bête et des bottines. Apollon, richement vêtu d’une tunique à manches longues, décorée de divers motifs et d’un himation, joue de la cithare. Les deux adversaires sont accompagnés de trois muses aux attitudes gracieuses, assises sur des rochers et tenant des objets divers. La muse assise près du dieu joue de la cithare, une autre s’apprête à ouvrir un coffret et la troisième tient une lyre. Elles sont vêtues d’un chiton et d’un himation et sont parées de bijoux. Ces figures féminines procèdent de l’univers féminin traditionnellement représenté sur ce type d’objet de toilette.

La lékanis

La lékanis est une boîte composée d’une vasque munie d’anses, et d’un couvercle à bouton plat, souvent orné d’un motif végétal. Cet accessoire de la toilette féminine est fréquent dans la production d’Italie du Sud et de la Sicile. Celle du Louvre est impressionnante par sa grande taille et par son excellent état de conservation. Habituellement, les peintres choisissent des décors liés à l’univers féminin ou bien, peignent des têtes féminines sur les lékanides. Mais Astéas a fait preuve d’originalité dans le choix de ce sujet mythologique peu représenté dans la céramique. Les décors secondaires soulignent la structure de la lékanis : une guirlande de feuilles de laurier sur le rebord de la boîte et une frise d’ondulations sur le rebord du couvercle.

La céramique de Paestum

Paestum, ancienne Poséidonia, fondée vers 600 av. J.-C. par des Grecs de Sybaris, est située au sud de Naples, à la frontière de la Campanie et de la Basilicate actuelle. La production des vases paestans commence vers 380 av. J.-C. sous l’influence de potiers et de peintres siciliens. Elle est caractérisée par sa qualité constante mais aussi par son style reconnaissable qui s’affirme tout au long du IVe siècle av. J.-C. avec deux peintres majeurs, connus par leurs signatures : Astéas et son disciple Python. Astéas est un peintre paestan dont nous connaissons le nom par sa signature (Asstéas égraphe), peinte ou incisée sur onze grands vases exceptionnels. Durant le second quart du IVe siècle av. J.-C., il met en place les caractéristiques du style paestan en produisant surtout des amphores, des cratères mais aussi des petits vases aux formes variées. Il est avec Python, un des maîtres de la céramique paestane, dont le style est reconnaissable à ses personnages trapus à tête ronde et à ses compositions rehaussées de couleurs, encadrées de plantes à demi-palmettes en éventail. Ses thèmes s’inspirent souvent de l’univers dionysiaque mais aussi de la tragédie et du théâtre comique. Sur la lékanis du musée du Louvre, Astéas a présenté Apollon et Marsyas dans une ambiance calme et sereine, préfigurant le drame.

Bibliographie

- DENOYELLE  Martine, Chefs-d’œuvre de la céramique grecque, Éditions de la Réunion des musées nationaux, Paris, 1995, p. 176, n° 83.

- PAQUETTE Daniel, L’Instrument de musique dans la céramique de la Grèce antique : études d’organologie, Lyon, Bibliothèque Salomon Reinach ; Paris, diffusion de Boccard, 1984, pp. 126-127, n° c 47.

Cartel

  • Astéas

    Lékanis à figures rouges

    Paestum

  • H. : 20 cm. ; L. : 41,60 cm. ; D. : 30,50 cm.

  • Collection Durand, 1825 , 1825

    K 570

  • Antiquités grecques, étrusques et romaines

    Aile Sully
    1er étage
    Galerie Campana V
    Salle 651
    Vitrine 24

Informations pratiques

Conformément aux directives gouvernementales de lutte contre la propagation du virus Covid-19, le musée du Louvre et le musée national Eugène-Delacroix sont fermés jusqu'au mardi 15 décembre inclus.

Les visiteurs ayant acheté un billet pour cette période seront remboursés automatiquement. Aucune démarche n’est nécessaire.

Le jardin des Tuileries et le jardin du Carrousel sont ouverts.

Retrouvez sur cette page toutes les informations liées à la situation sanitaire.

Nous vous remercions de votre compréhension.