Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Loutrophore protoattique

Œuvre Loutrophore protoattique

Département des Antiquités grecques, étrusques et romaines : Art grec archaïque (du VIIe au VIe siècle av. J.-C.)

Loutrophore

© 1994 RMN / Hervé Lewandowski

Antiquités grecques, étrusques et romaines
Art grec archaïque (du VIIe au VIe siècle av. J.-C.)

Auteur(s) :
Sophie Padel-Imbaud

Cette loutrophore, amphore particulièrement élancée, fait la transition entre le style géométrique qui domine le VIIIe siècle av. J.-C., et le style orientalisant, à la mode au siècle suivant. En effet, le peintre d'Analatos reprend des motifs appartenant à l'esthétique géométrique comme le défilé de chars, les motifs abstraits et les serpents modelés en léger relief, tout en introduisant des nouveautés comme les sphinges, les rosettes et l'agrandissement des scènes figurées.

Un vase rituel

La loutrophore est une variante de l'amphore mais elle s'en démarque par son col particulièrement allongé et sa fonction.
Elle sert à contenir l'eau nécessaire au bain nuptial et à la toilette funéraire. Elle signale les tombes des célibataires ; le fond est percé pour permettre la communication avec le mort.
Des serpents modelés en relief ornent l'embouchure, les anses et l'épaule du vase, confirmant sa fonction funéraire ; cet animal chthonien est traditionnellement lié au monde souterrain des enfers. Le décor est divisé en registres superposés alternant motifs décoratifs (sphinx, rosettes, tresses, dents de loup, motifs en escalier, spirales, pétales) et scènes figurées (couples dansant au son de la double flûte, défilé de biges).

Le peintre d'Analatos

Cette loutrophore est attribuée au peintre d'Analatos, qui doit son nom au site attique où fut retrouvée une hydrie datant du début de sa carrière. L'artiste, formé dans un atelier du géométrique récent, fait la transition entre cette époque et l'époque orientalisante qui marque le VIIe siècle av. J.-C.
Fidèle à la tradition géométrique (utilisation d'un certain nombre de motifs abstraits, reprise du schéma iconographique bien connu du défilé de chars), il s'en dégage cependant par bien des aspects.

Un artiste novateur

En effet, il introduit ici des motifs venus d'Orient, comme les sphinges, les rosettes et les tresses, de même que l'agrandissement des scènes figurées aux dépens des motifs décoratifs.
Nous remarquons également un progrès net en ce qui concerne la représentation humaine : les silhouettes sont plus souples pour les hommes, plus étoffées pour les femmes, vêtues de peplos ornés de points, et le contour des visages - dominés par un œil exagérément saillant - est dessiné.
Enfin, le peintre a marqué sa volonté de rendre plus lisible ces images en utilisant l'incision pour différencier les crinières et le dos des chevaux, annonçant ainsi la technique des figures noires qu'Athènes n'adoptera que quelques décennies plus tard.

Bibliographie

Martine Denoyelle, "Le Peintre d'Analatos : essai de synthèse et perspectives nouvelles", in Antike Kunst, 39, 1996, pp. 71-87, pl. 13-19

Martine Denoyelle, Chefs-d'oeuvre de la céramique grecque dans les collections du Louvre, Paris, Editions de la Réunion des musées nationaux, 1995, p. 22, n 6

Cartel

  • Attribuée au Peintre d'Analatos

    Loutrophore

    Protoattique ancien (vers 690 avant J.-C.)

    Fabrication : Athènes

  • Terre cuite

    H. : 80 cm. ; D. : 27,50 cm.

  • Acquisition 1935 , 1935

    CA 2985

  • Antiquités grecques, étrusques et romaines

    Aile Denon
    Entresol
    Grèce préclassique
    Salle 170

Informations pratiques

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai, 8 mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Entrez au musée en moins de 30 minutes
en achetant votre billet en ligne :

Achetez votre billet