Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Marc-Aurèle (empereur de 161 à 180 ap. J.-C.)

Œuvre Marc-Aurèle (empereur de 161 à 180 ap. J.-C.)

Département des Antiquités grecques, étrusques et romaines : Art romain

L'Empereur Marc Aurèle

© 2008 Musée du Louvre / Daniel Lebée et Carine Déambrosis

Antiquités grecques, étrusques et romaines
Art romain

Auteur(s) :
Charlotte Lepetoukha

Ce portrait probablement posthume est celui de Marc-Aurèle, empereur de 161 à 180 ap. J.-C. La technique virtuose, notable dans le travail de la barbe et de la chevelure, est un exemple du style en vogue au IIe siècle. Ce traitement, qualifié de baroque, ainsi que l'expression extatique du regard et les dimensions colossales de l'effigie contribuent à transfigurer l'empereur et à donner de lui une image hors du commun.

L'empereur Marc-Aurèle

Cette tête colossale montée sur un buste moderne représente l'empereur Marc-Aurèle, qui régna de 161 à 180 ap. J.-C. Les grands yeux au globe oculaire saillant, ainsi que le traitement virtuose en mèches gonflées de la masse capillaire et de la barbe, sont des traits bien connus des portraits de l'empereur philosophe.

L'hommage d'une fille à son père

L'effigie formait pendant avec celle de dimension analogue du co-empereur Lucius Verus, associé au pouvoir de 161 à 169. Toutes deux proviennent d'une villa de ce dernier à Acqua Traversa, près de Rome.
La représentation magnifiée, supérieure à la grandeur naturelle, de l'empereur laisse à penser qu'il s'agit d'une effigie posthume qui aurait été commandée par sa fille Lucille, épouse de Lucius Verus. On peut donc supposer que le portrait a été exécuté entre la mort de Marc-Aurèle, en 180 ap. J.-C., et celle de Lucille, en 183 ap. J .-C.

La virtuosité des portraits antonins

Ce portrait, exceptionnel par l'état de conservation et les dimensions est aussi une des plus saisissantes expressions du style baroque, en vogue dans l'empire romain à la fin du deuxième siècle. Il est en effet en rupture complète avec la tradition classique. Le gonflement exagéré de la chevelure et de la barbe, profondément creusés par le trépan du sculpteur, s'oppose au poli extrême des chairs du visage où deux yeux immenses levés vers le ciel confèrent à l'empereur une expression extatique. La renonciation au naturalisme semble au service d'un pouvoir qui veut souligner la personnalité de l'empereur, hors du commun des mortels.

Bibliographie

- KERSAUSON K. (de), Catalogue des portraits romains, II, Paris 1996, n 104, p. 236.

Cartel

  • L'Empereur Marc Aurèle

    Entre 180 et 183 après J.-C.

    Villa de sa fille Lucille à Acqua Traversa, près de Rome

  • Marbre

    H. : 66 cm.

  • Ancienne collection Borghèse. Achat, 1807 , 1807

    Empereur de 161 à 180 après J.-C.

    Inventaire MR 559 (n° usuel Ma 1179)

  • Antiquités grecques, étrusques et romaines

Informations pratiques

Conformément aux directives gouvernementales de lutte contre la propagation du virus Covid-19, le musée du Louvre et le musée national Eugène-Delacroix sont fermés jusqu'au mardi 15 décembre inclus.

Les visiteurs ayant acheté un billet pour cette période seront remboursés automatiquement. Aucune démarche n’est nécessaire.

Le jardin des Tuileries et le jardin du Carrousel sont ouverts.

Retrouvez sur cette page toutes les informations liées à la situation sanitaire.

Nous vous remercions de votre compréhension. 

Informations complémentaires

Le buste est moderne.