Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Marie de Médicis (1573 - 1642), reine de France

Œuvre Marie de Médicis (1573 - 1642), reine de France

Département des Peintures : Peinture flamande

Marie de Médicis (1573-1642), reine de France depuis 1600

© 2007 RMN / Thierry Le Mage

Peintures
Peinture flamande

Auteur(s) :
Michèle Perny

Ce majestueux portrait, exécuté sans doute vers 1609-1610, est considéré comme le seul témoignage du décor composé de vingt-huit portraits de rois et de reines de France commandé à Jacob Bunel et François Pourbus pour la Petite Galerie du Louvre, décor malheureusement détruit par un incendie en 1661. Marie de Médicis, reine de France et épouse d'Henri IV, parée de bijoux somptueux pose avec solennité dans ses habits de couronnement.

Une reine dans toute sa splendeur

Sous un large dais rouge et lilas, frangé d’or, se détachant sur une tenture grenat fermant une niche encadrée de deux colonnes, telle apparaît, âgée de trente sept ans et à la veille de son couronnement, Marie de Médicis, reine de France, fille de François de Médicis, grand duc de Toscane et de Jeanne d’Autriche. La pose officielle, un peu figée, est accentuée par la présence de cet impressionnant costume d’apparat en velours d’un bleu profond semé de fleurs de lys brodées d’or qui met particulièrement en valeur les carnations pâles et légèrement rosées de la reine. Sur ses épaules, un manteau du même tissu fleurdelysé que la robe présente deux larges revers d’hermine et son corsage de soie blanche, terminé par une basque en forme de cœur, a des manches très raffinées dont les crevés sont généreusement ponctués de perles et de pierreries. De trois quarts vers la droite, en pied, la future reine arbore de magnifiques bijoux : des pendants d’oreille, un collier et des bracelets d’énormes perles, ainsi qu’une couronne de perles et de pierreries ornée d’un splendide diamant, qu’elle porte à la fois avec naturel, mais avec aussi une majesté certaine. Son visage, dont le regard est un rien songeur, sort d’un haut col de dentelle en éventail, assorti aux manchettes de sa robe.

Un portrait de parade

Cet exemple, très représentatif du portrait de parade dans la tradition italo-espagnole du XVIe siècle, use de la mise en scène conventionnelle qui l’accompagne d’ordinaire, à savoir, les  lourdes draperies d’honneur, les colonnes et un dallage palatial en marbre. Le genre de ce portrait, très officiel, est en outre déterminé par le personnage représenté et, autant par les dimensions elles-mêmes que par le traitement, on peut y voir clairement l’affirmation d’une puissance et d’un pouvoir affichés. Le costume cérémonieux, l’incomparable richesse des joyaux, la pose académique et la position des mains, parlent ici d’eux-mêmes. Pourbus s'est justement attaché à soigner cette théâtralité tout en gardant une dimension humaine au personnage.

Une dynastie de peintres

Dans l’art des Pays-Bas, le nom de Pourbus représente à lui seul toute une dynastie de peintres. Peu de précisions pourtant sur  la vie de Frans Pourbus, dit le Jeune pour le distinguer de son père Frans l’Aîné (1545/46-1581), sont parvenues jusqu’à nous, si ce n’est qu’il perdit ce dernier prématurément et que ses débuts restent obscurs. Né à Anvers, il commencera probablement sa formation dans l’atelier de son grand-père Pieter Pourbus (1523/24-1584). 
S’il quitta la Flandre pour la France, on suppose toutefois qu’il n’y vint pas avant 1600. Il fit en effet un voyage en Italie et fut même appelé auprès du duc de Mantoue, exécutant alors plusieurs portraits de la famille ducale. Il assista à la seconde moitié du règne de Henri IV et s’installa définitivement dans notre pays. Portraitiste de la cour, et célèbre peintre de portraits dont le talent fut salué par les cours de l’Europe entière, il réalisa également des toiles religieuses, notamment pour certaines églises de Paris.

Bibliographie

- MICHEL Edouard,  Musée national du Louvre, catalogue raisonné des peintures du Moyen-Age, de la Renaissance et des Temps modernes. Peintures flamandes du XVème et du XVIème siècle, Paris : Éditions des Musées Nationaux, 1953

- Le Siècle de RUBENS,  "Portrait de Marie de Médicis, reine de France", Catalogue de l'exposition : notice n° 172,  Bruxelles : Musée des Beaux-Arts, 1965

- FOUCART Jacques, Cartel du tableau, 2004

Cartel

  • Frans POURBUS le Jeune (Anvers, 1569 - Paris, 1622)

    Marie de Médicis (1573-1642), reine de France depuis 1600

  • H. : 3,07 m. ; L. : 1,86 m.

  • Sans doute aliéné à la Révolution ; racheté par la Chambredes Pairs (Sénat) en 1815 ; transféré au Louvre en 1816 , 1816

    INV. 1710

  • Peintures

    Aile Richelieu
    2e étage
    Flandres, fin du XVIe siècle
    Salle 803

Informations pratiques

Le musée du Louvre, le jardin des Tuileries et la Cour Carrée sont fermés jusqu'à nouvel ordre.

Les visiteurs ayant acheté un billet en ligne pour le musée seront remboursés. Vous n’avez aucune démarche à effectuer. En raison du nombre élevé de billets à rembourser, le délai de ce traitement est estimé à trois mois.

Nous vous remercions de votre compréhension.

Informations complémentaires

Signé, sur la base de la colonne de droite : F POURBUS. FE