Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Médaillon avec une monnaie de Constantin

Œuvre Médaillon avec une monnaie de Constantin

Département des Antiquités grecques, étrusques et romaines : Art chrétien et byzantin

Médaillon avec un solidus de Constantin frappé à Sirmium en 321 après J.-C.

© 2006 Musée du Louvre et AFA / Daniel Lebée et Carine Deambrosis

Antiquités grecques, étrusques et romaines
Art chrétien et byzantin

Auteur(s) :
Marie-Bénédicte Astier

Ce médaillon orné de bustes en relief et de rinceaux ajourés témoigne du succès des bijoux monétaires dès le IIIe siècle apr. J.-C. Sertie en son centre, une monnaie d'or frappée à l'effigie de Constantin en 321 par l'atelier de Sirmium, près de Belgrade, commémore le second consulat de ses fils, Crispus et Constantin II. Ce pendentif était associé à trois autres médaillons, à présent dispersés, et décorait probablement un collier somptueux offert par l'empereur à un haut dignitaire de la cour.

Un médaillon du IVe siècle après Jésus-Christ

Acquis par le musée du Louvre en 1973, ce somptueux médaillon en or témoigne de la maîtrise atteinte par les artisans du Bas-Empire en matière d'orfèvrerie. Le pendentif affecte la forme d'un disque orné de rinceaux végétaux, dessinés dans une feuille d'or ajourée selon un procédé décoratif élaboré au IIIe siècle apr. J.-C., procédé que l'on appelle "opus interrasile". Cette technique, qui permet de jouer des effets décoratifs d'ombre et de lumière obtenus par cette précieuse dentelle, connaît un vif succès durant l'Antiquité tardive. Les volutes de feuillage ainsi créées sont ponctuées de six petits bustes en relief cerclés de grènetis (le sixième a disparu). Bien que certains de ces visages féminins et masculins paraissent individualisés, il est difficile d'y reconnaître avec certitude des portraits ou des personnifications. Leur signification demeure énigmatique. Pourtant, le principe du buste humain en applique est depuis longtemps familier à l'art somptuaire romain : le trésor de Boscoreale, conservé au Louvre, en fournit des exemples éloquents, comme la fameuse coupe à emblema (Bj 1969). La présence de ces bustes sur ce médaillon semble relever davantage d'un souci décoratif que d'une intention commémorative.

Une monnaie à l'effigie de Constantin et de ses fils

La monnaie sertie au centre de la monture est une pièce exceptionnelle de deux solidi (du mot latin solidus qui désigne un "sou d'or"). Les inscriptions latines gravées de chaque côté indiquent qu'elle a été frappée dans l'atelier de Sirmium, près de Belgrade, à l'occasion de l'inauguration du second consulat des fils de l'empereur Constantin, Crispus et Constantin II, le 1er janvier 321. Conformément à l'iconographie des empereurs romains du IIIe siècle apr. J.-C., Constantin est représenté en buste, la main droite levée en un geste de salut, la gauche portant le globe, symbole de l'Empire universel. Il est coiffé d'une couronne radiée évoquant la puissance solaire, et vêtu de la cuirasse et du manteau du général (le paludamentum). Au revers, les portraits en buste des jeunes princes rappellent l'événement qui justifia l'émission de cette monnaie. Tous deux revêtent le costume consulaire : le lourd manteau brodé, la couronne de laurier et aussi le sceptre à aigle.

La vogue des bijoux monétaires

Lors de la vente publique organisée par Christie's en 1970, ce pendentif faisait partie d'un grand trésor, maintenant dispersé, de bijoux et de monnaies de provenance inconnue. Le médaillon acquis par le Louvre était notamment associé à trois autres pendants décorés de semblable manière, qui devaient initialement agrémenter un collier d'apparat exécuté vers 325 apr. J.-C. Particulièrement prisé depuis le IIIe siècle apr. J.-C. jusqu'au VIe siècle, ce type de bijou monétaire frappé à l'effigie des membres de la famille impériale était souvent offert par l'empereur à de hauts dignitaires de la cour pour commémorer un événement marquant de son règne.

Bibliographie

Bénazeth Dominique, Durant Jannic, Metzger Catherine (sous la dir. de), Éclosion de l'art chrétien, Paris, Éditions de la Réunion des musées nationaux, 1989, pp. 14-15, n 6.
Deppert-Lippitz Barbara, Late Roman Splendor : Jewelry from the Age of Constantine, Cleveland Studies in the History of Art, 1, 1996, pp. 30-71, fig. 18-19.
Duval Noël, "Un grand médaillon monétaire du IVe siècle", Revue du Louvre, 6, 1973, pp. 367-374, fig. 1-4.

Cartel

  • Médaillon avec un solidus de Constantin frappé à Sirmium en 321 après J.-C.

    IVe siècle après J.-C.

  • D. : 9,20 cm.

  • Bj 2280

  • Antiquités grecques, étrusques et romaines

    Aile Sully
    1er étage
    Salle des Bronzes
    Salle 663

Informations pratiques

Le musée du Louvre, le jardin des Tuileries et la Cour Carrée sont fermés jusqu'à nouvel ordre.

Les visiteurs ayant acheté un billet en ligne pour le musée seront remboursés. Vous n’avez aucune démarche à effectuer. En raison du nombre élevé de billets à rembourser, le délai de ce traitement est estimé à trois mois.

Nous vous remercions de votre compréhension.


Informations complémentaires

Inscription latine sur chaque face de la monnaie : "D. N. Constantinus Max. Aug." - "Crispus et Constantinus Nob. Caess. Cos. II - Sirm."