Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Meuble d'appui

Œuvre Meuble d'appui

Département des Objets d'art : XVIIIe siècle : le néo-classicisme

Meuble à hauteur d'appui

© Musée du Louvre / Martine Beck-Coppola

Objets d'art
XVIIIe siècle : le néo-classicisme

Auteur(s) :
Muriel Barbier

Ce meuble d’appui d’une grande sobriété a été réalisé par Adam Weisweiler (1744-1820), ébéniste d’origine rhénane installé à Paris. Cette œuvre est caractéristique du travail de Weisweiler qui puise aux sources de l’Antiquité gréco-romaine et qui use très peu de la marqueterie. Ce meuble original par sa forme et sa fonction se situe à la limite entre le XVIIIe et le XIXe siècle.

Un meuble de collectionneur

Ce très long meuble repose sur huit petits pieds en toupie. Il ouvre par quatre vantaux en façade ; les deux vantaux du milieu sont légèrement en ressaut. La ceinture située sous le plateau du meuble est dotée de trois tablettes coulissantes munies de quatre poignées. Le dessus du meuble est agrémenté d’un gradin muni de deux vantaux centraux, deux casiers latéraux et une galerie en bronze doré. Les vantaux sont pourvus de plaques de métal faisant de ce meuble d’appui un coffre blindé. Cette constatation ainsi que la présence des tablettes coulissantes prouvent qu’il s’agit vraisemblablement d’un meuble destiné à abriter et à consulter des objets de collection. Il existe quelques meubles de collectionneurs à la fin du XVIIIe siècle, notamment un, réalisé par Jean-Henri Riesener (1739-1806), antérieur à celui du Louvre, mais qui n’est pas pourvu de portes blindées, conservé au musée Nissim de Camondo à Paris.

L'usage du placage d'acajou

Ce meuble blindé est simplement plaqué d’acajou flammé. L’acajou n’a été utilisé dans le mobilier qu’à la fin du XVIIIe siècle. On apprécie alors son grain très fin et sa couleur brun rouge. Weisweiler a essentiellement travaillé avec la technique du placage uni de bois ou de panneaux de laque. Au contraire de ses contemporains, la marqueterie est absente de ses réalisations. L’acajou connut ses heures de gloire sous le Directoire, le Consulat et le Premier Empire (avant le blocus continental), quelques années après la réalisation du meuble d’appui de Weisweiler.

Un meuble typique des années 1780

Par sa structure linéaire, ce meuble est caractéristique des réalisations de la fin de l’Ancien Régime. Weisweiler a pu continuer à travailler après la Révolution française, contrairement à la plupart des ébénistes français, sans doute parce qu’il avait une importante clientèle privée. Il perpétue ici les lignes du style Louis XVI avec un meuble structuré par des colonnes et des pilastres cannelés issus de l’architecture antique et avec des bronzes dorés qui ne font que souligner les formes des différentes parties du meuble.

Bibliographie

- LEMONNIER, P., Weisweiler, Paris, M. Hayot ; Vilo, 1983.

Cartel

  • Adam WEISWEILER

    Meuble à hauteur d'appui

    Vers 1785 - 1790

    Paris

  • Bâti de chêne et de sapin, placage d'acajou

  • Legs Miss Edith C. Blum, 1976 , 1976

    OAP 221

  • Objets d'art

Informations pratiques

Conformément aux directives gouvernementales de lutte contre la propagation du virus Covid-19, le musée du Louvre et le musée national Eugène-Delacroix sont fermés jusqu'au mardi 15 décembre inclus.

Les visiteurs ayant acheté un billet pour cette période seront remboursés automatiquement. Aucune démarche n’est nécessaire.

Le jardin des Tuileries et le jardin du Carrousel sont ouverts.

Retrouvez sur cette page toutes les informations liées à la situation sanitaire.

Nous vous remercions de votre compréhension.