Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Mobilier de la tombe du chancelier Nakhti

Œuvre Mobilier de la tombe du chancelier Nakhti

Département des Antiquités égyptiennes : Croyances religieuses et funéraires

Cercueil intérieur

© 2007 Musée du Louvre / Georges Poncet

Antiquités égyptiennes
Croyances religieuses et funéraires

Auteur(s) :
Élisabeth Delange

Grâce au partage des fouilles françaises, le musée du Louvre conserve la moitié du mobilier funéraire découvert dans la tombe inviolée du chancelier Nakhti. Sarcophages emboîtés, belle statue taillée dans un tronc d'acacia, modèles réduits de greniers et de barques, de simulacres d'armes et d'objets de toilette, parures de momie : cette accumulation surprend, mais, selon les croyances, elle était essentielle au défunt pour aborder sa vie éternelle.

Fouilles françaises

Les fouilles que l'Institut français d'archéologie orientale entreprit en 1903 à Assiout, en Moyenne Egypte, furent particulièrement heureuses. Vingt-six tombes furent découvertes, dont vingt-et-une inviolées. La plus importante était celle du chancelier Nakhti. Creusée à flanc de coteau, elle était composée d'une chapelle où étaient placées les statues du défunt et d'un caveau qui contenait la momie enfermée dans des cercueils emboîtés. La roche étant trop friable pour recevoir les décorations, tout un mobilier funéraire a alors été sculpté en bois peint pour accompagner le défunt dans l'au-delà.
Selon le principe en vigueur au début du Xxe siècle, le pays qui participait aux fouilles recevait la moitié des trouvailles. C'est ainsi que le musée du Louvre reçut quarante objets de la tombe de Nakhti, le plus bel ensemble du Moyen Empire par la quantité et la qualité.

La chambre funéraire

En laissant de côté la célèbre statue taillée dans un tronc d'acacia (lien avec la notice de la grande statue du chancelier Nakhti), qui était placée dans la chapelle, pénétrons dans le caveau. Les dimensions sont très exiguës et quantité d'objets sont disposés autour des cercueils. Au-dessus du couvercle est placé tout un attirail d'armes et d'outils, arcs et flèches, simulacres de carquois, herminettes et ciseaux de cuivre. Une série de statues de taille réduite reproduit le défunt ; elles sont placées en rang sous le regard des grands yeux-oudjat peints sur le flanc des cercueils. Tout autour sont disposés plusieurs modèles en bois peint. On voit une porteuse d'offrandes, des modèles de greniers, où s'activent meuniers ou fabricants de bière, puis des barques animées de matelots et de rameurs. La momie de Nakhti était enfermée dans une double caisse ornée de textes funéraires et de belles représentations colorées. Posée sur le flanc, la momie était maintenue par des paquets de linge où étaient mêlés des objets de toilette et des vases. La momie elle-même était parée d'un collier de grosses boules d'argent, de parures en perles de couleur et d'amulettes de faïence. Ainsi doté, le défunt pouvait aborder la vie dans l'au-delà.

Conception funéraire

Au Moyen Empire, l'essor du culte d'Osiris permettait à tous de bénéficier d'une vie éternelle en partageant sa destinée. Et la croyance que cette vie dans l'au-delà était calquée sur celle que les Egyptiens connaissaient sur terre exigeait que l'on dispose de victuailles pour l'éternité. Aussi, représenter la préparation des repas en modèles réduits suffisait à les renouveler autant que nécessaire. Pour continuer de vivre à travers ses statues, on les multipliait. Pour son confort, la momie disposait d'objets de toilette. Les parures la protégeaient contre tout mal. Et grâce aux formules inscrites sur les parois intérieures des cercueils, le défunt évitait les embûches de la vie future. L'accumulation d'objets était mise à la disposition du défunt pour l'éternité.

Cartel

  • Cercueil intérieur

    vers 1950 - 1900 avant J.-C.

  • bois peint

    H. : 0,62 m. ; l. : 2,12 m. ; L. : 0,58 m.

  • E 11936

  • Antiquités égyptiennes

    Aile Sully
    Rez-de-chaussée
    Les tombes
    Salle 320
    Vitrine 3 : Au Moyen Empire : la tombe de Nakhti à Assiout, vers 1950 avant J.-C.

Informations pratiques

Conformément aux directives gouvernementales de lutte contre la propagation du virus Covid-19, le musée du Louvre et le musée national Eugène-Delacroix sont fermés jusqu'à nouvel ordre.

Les visiteurs ayant acheté un billet pour cette période seront remboursés automatiquement. Aucune démarche n’est nécessaire.

Le jardin des Tuileries et le jardin du Carrousel sont ouverts.

Retrouvez sur cette page toutes les informations liées à la situation sanitaire.

Nous vous remercions de votre compréhension.