Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Paire de bergères "à la Reine"

Œuvre Paire de bergères "à la Reine"

Département des Objets d'art : XVIIIe siècle : le néo-classicisme

Si vous n’arrivez pas à lire les médias, téléchargez Flash Player.

Paire de bergères

© 2005 Musée du Louvre / Peter Harholdt

Objets d'art
XVIIIe siècle : le néo-classicisme

Auteur(s) :
Muriel Barbier

Ces deux bergères faisaient à l'origine partie d'un ensemble comprenant deux canapés, six petits canapés d'entrefenêtres, quatre bergères, quatre petits fauteuils en gondole, dix-huit chaises, quatre voyeuses, un écran et un paravent. Ce mobilier était destiné au salon de compagnie de Madame Élisabeth (1764-1794), soeur de Louis XVI, au château de Montreuil (Versailles). Il s'agit d'un des derniers ensembles livrés au Garde-Meuble de la Couronne avant la Révolution française.

Le château de Montreuil

Après la faillite du prince et de la princesse de Guéméné, Louis XVI acquit leur domaine de Montreuil, à Versailles, en mai 1783 et l'attribua à sa soeur Madame Élisabeth (1764-1794). Ce petit château avait été acheté meublé. La princesse y passait la plupart de ses journées et revenait dormir au château de Versailles. Pour ses vingt-cinq ans, le roi autorisa sa soeur à y demeurer complètement. C'est alors qu'en 1788 commença une grande campagne de transformation de la demeure sous la direction de l'architecte Jean-Jacques Huvé (1742-1808). Les travaux terminés, fin 1788, d'importantes commandes de meubles furent lancées pour compléter le mobilier. Le salon de compagnie d'où proviennent ces deux bergères était une grande pièce carrée qui se trouvait dans l'avant-corps du château. Les rideaux et les garnitures des sièges furent pris dans une ancienne étoffe provenant du magasin du Garde-Meuble et à l'origine destinée au salon des jeux de Louis XVI à Fontainebleau. Le lampas dont sont recouvertes les bergères a été tissé d'après la soierie d'origine.

Le travail de menuiserie et de sculpture

Le menuisier Jean-Baptiste-Claude Séné réalisa les bois des sièges qui furent sculptés par Alexandre et Laurent puis dorés par Chatard. Les bergères reposent sur des pieds en balustre inversé et à cannelures torses recouvertes en partie supérieure de feuilles d'acanthe. Ils sont liés à l'assise par les dés de raccordements sculptés de rosaces. La ceinture de cette assise est ornée d'une bordure de perles et d'une frise de fleurs nouées par des rubans. Des dés de raccordement naissent les supports d'accotoir qui reprennent la forme des pieds mais de manière inversée et qui reposent sur un socle orné de deux palmettes. Les accotoirs à manchettes adoptent une ligne courbe qui les lie harmonieusement au dossier. Ce dernier est sculpté sur sa face postérieure d'un motif de chapelet tandis que sa partie antérieure est décorée d'une bordure de feuilles d'acanthe.

Un ensemble emblématique des années 1780

Ces bergères s'inscrivent dans la tradition des sièges mis au point vers 1787 et 1788 pour Louis XVI et Marie-Antoinette au château de Saint-Cloud et exécutés par Georges Jacob ou Séné. On y retrouve le même goût pour les montants architecturés, en colonnes ou en balustres, et les mêmes recherches dans le décor sculpté. Sur ces bergères, le décor est tellement fin qu'il a presque l'air ciselé en conciliant des motifs floraux qui rappellent le mobilier de François-Toussaint Foliot livré en 1779 pour Marie-Antoinette à Versailles, et des motifs classiques comme les palmettes que l'on retrouve au chevet du lit de Marie-Antoinette à Fontainebleau, lit réalisé par Séné en 1787. Cette paire de bergères révèle ainsi toute la richesse du décor sculpté des meubles de menuiserie Louis XVI.

Bibliographie

- PALLOT B., Le Mobilier du musée du Louvre, t. 2, Paris, Faton, 1993, p 178-179.

- Nouvelles acquisitions du département des Objets d'art 1985-1989, Paris, Éditions de la Réunion des musées nationaux, 1990, pp. 155-157.

Cartel

  • Jean-Baptiste-Claude SÉNÉ

    Paire de bergères

    1789

    Paris

  • Estampillées : Jean-Baptiste-Claude Séné, sculpture de Laurent et Alexandre, dorure de ChatardHêtre doré ; garniture de lampas moderne d'après la soierie "aux Cyclopes" d'origine

    H. : 97 cm. ; L. : 70 cm. ; Pr. : 61 cm.

  • Provenance : exécutées pour le salon de compagnie de Mme Elisabeth à Montreuil (Versailles) ; vendues avec le mobilier de Montreuil en 1794.Don de M. et Mme Francis Barbe, 1988 , 1988

    OA 11164, OA 11165

  • Objets d'art

    Aile Sully
    1er étage
    Cabinets Marie-Antoinette
    Salle 625

Informations pratiques

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai, 8 mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Entrez au musée en moins de 30 minutes
en achetant votre billet en ligne :

Achetez votre billet