Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Paire de fauteuils à la Reine

Œuvre Paire de fauteuils à la Reine

Département des Objets d'art : XVIIIe siècle : le néo-classicisme

Si vous n’arrivez pas à lire les médias, téléchargez Flash Player.

Paire de fauteuils à la Reine

© 1965 RMN / Droits réservés

Objets d'art
XVIIIe siècle : le néo-classicisme

Auteur(s) :
Muriel Barbier

Ces trois fauteuils à la Reine font partie d'un ensemble dont les différentes pièces sont partagées avec le musée des Arts décoratifs et le château de Versailles. Cet ensemble meublait la chambre de Marie-Antoinette au château de Saint-Cloud et fut livré pour le voyage de printemps des souverains en 1788. Fruit de la collaboration de plusieurs artisans, ces sièges révèlent la qualité de leur travail et leur grande inventivité.

Le château de Saint-Cloud et les commandes royales du temps de Louis XVI

En 1785, Marie-Antoinette acheta le château de Saint-Cloud au duc d'Orléans. On le meubla d'abord avec des meubles provenant d'autres résidences ou avec des meubles simples commandés à la hâte. Puis le Garde-Meuble de la Couronne ordonna la fabrication de sièges de grande qualité afin que le roi et la reine trouvent tous leurs appartements meublés à neuf lors du voyage de printemps de l'année 1788. Cette commande se situe dans la continuité de la volonté de Marc-Antoine Thierry de Ville d'Avray, le nouvel intendant général du Garde-Meuble de la Couronne et du nouveau ministre des finances, Calonne, de remettre à neuf les résidences royales. Leur arrivée avait eu lieu en 1783 et ils avaient assigné à cette tâche les menuisiers Georges Jacob, Jacques Boulard et Jean-Baptiste-Claude Séné.

Le mobilier de la chambre à coucher de Marie-Antoinette et ses auteurs

La réalisation des meubles de menuiserie nécessita l'intervention de plusieurs acteurs. C'est Jean Hauré, entrepreneur des meubles de la Couronne, qui reçut l'ordre en septembre 1787 pour l'ameublement de la chambre de Marie-Antoinette à Saint-Cloud. Il devait s'y trouver six fauteuils (trois au Louvre et trois au musée des Arts décoratifs de Paris), deux bergères, un écran de cheminée, un paravent (tous au château de Versailles), un lit à la polonaise, six ployants, un tabouret et un marchepied (tous disparus aujourd'hui). Les modèles (ou maquettes) en cire avaient été donnés par le sculpteur Martin, la menuiserie fut l'œuvre de Jean-Baptiste-Claude Séné, Alexandre Régnier réalisa la sculpture, Chatard la dorure et le tapissier Capin recouvrit l'ensemble de pékin de soie blanc peint de Chinois et de paysages.

Un ensemble d'une grande richesse stylistique

Les trois sièges du Louvre portent les signes de la fascination des contemporains pour l'Orient antique. Ils s'inscrivent dans la tradition des sièges du Cabinet turc du comte d'Artois pour le palais du Temple (également conservés au Louvre). En effet les pieds de ces sièges ont la forme de carquois garnis de flèches (motifs que l'on retrouve sur les sièges du Cabinet intérieur de Marie-Antoinette au château de Fontainebleau) et les montants et traverses sont ornés de perles enfilées et de fleurs de lotus stylisées, autant d'ornements qui rappellent les richesses d'un Orient presque fantasmagorique. D'autres éléments comme les couronnes de roses évoquent plus particulièrement le raffinement du mobilier Louis XVI. Quant à l'aigle situé sur la traverse du dossier en anse de panier, il rappelle les origines autrichiennes de la souveraine. Tous ces éléments font preuve de la richesse d'invention et de la qualité de la sculpture de leurs réalisateurs.

Bibliographie

- PALLOT B.G.B., Le Mobilier du musée du Louvre, Paris, 1993, p 158-161.

Cartel

  • Jean-Baptiste-Claude SÉNÉ

    Paire de fauteuils à la Reine

    1787

    Paris

  • Sculptures par Régnier, dorure de ChatardNoyer doré ; garniture de soie

    H. : 1,05 m. ; L. : 0,63 m. ; Pr. : 0,60 m.

  • Provenance : chambre de Marie-Antoinette à Saint-Cloud ; puis, sous l'Empire, en 1805, appartement de Madame Mère à l'hôtel de Brienne ; vente de l'hôtel et de son mobilier en 1817 au ministère de la Guerre. Versement du ministère de la Guerre, 1912 , 1912

    OA 6638, OA 6639

  • Objets d'art

    Aile Sully
    1er étage
    Del Duca
    Salle 632

Informations pratiques

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi
Nocturne gratuite le premier samedi du mois
de 18h à 21h45

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre 2019

Information in other languages

Newsletter

Entrez au musée en moins de 30 minutes
en achetant votre billet en ligne :

Achetez votre billet

Informations complémentaires

Etiquettes : une étiquette imprimée complétée à la main  "Année 1788 GARDE-MEUBLE DU ROI./ Suivant l'ordre du (blanc) / N°3 / CHATARD, Peintre & Doreur, / Fauxbourg Montmartre, / A PARIS, / Pour le service de la chambre de la Reine / à St Cloud"une étiquette manuscrite : "pour le service de la Reine a St Cloud / chambre a coucher / N°8" ; une étiquette imprimée : "SC (couronné) [Saint-Cloud] / N°45".