Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Plaque de conjuration contre la démone Lamashtudite "plaque des...

Œuvre Plaque de conjuration contre la démone Lamashtudite "plaque des Enfers"

Département des Antiquités orientales : Mésopotamie

Plaque de conjuration contre la Lamashtu, dite "plaque des enfers''

© 2009 RMN / Franck Raux

Antiquités orientales
Mésopotamie

Auteur(s) :
Marie-José Castor

Destinée à être suspendue au chevet du malade, cette plaque avait une fonction de protection contre la terrible démone Lamashtu, représentée sur la face de l'objet, tenue pour responsable de nombreuses maladies. Son époux, Pazuzu, représenté au dos, est invoqué pour l'inciter à fuir et favoriser ainsi la guérison.

Les acteurs de la cérémonie d'exorcisme

La scène d'exorcisme se lit en registres. Au registre supérieur, des symboles figurent les grands dieux cosmiques qui sont invoqués pour la guérison. On reconnaît le disque solaire de Shamash, le croissant lunaire de Sîn, le foudre du dieu de l'orage Adad et le disque ailé d'Assur, divinité suprême de l'empire assyrien. Au deuxième registre, sept génies, avec pour chacun, une tête d'animal différent, ont une fonction vraisemblablement bénéfique : ils semblent être postés symboliquement devant la porte de la chambre du malade afin d'en garder l'accès. Au troisième registre, est représenté le malade, couché sur un haut lit et entouré de deux personnages, vêtus de dépouilles de poisson comme les génies associés à Ea, dieu de l'abîme et de la sagesse. Ce sont sans doute deux prêtres exorcistes qui conduisent le rituel, assistés de trois autres génies zoocéphales.

L'incitation au départ de la responsable des maux

Les causes de la maladie apparaissent au registre inférieur. Lamashtu, installée sur un âne et dans une barque, est deux fois plus grande que tous les autres personnages. Son aspect physique est en relation avec la peur qu'elle inspire aux humains : dotée d'un corps velu, elle a une tête de lionne et des serres de rapace. Elle est représentée tenant des serpents dans les mains et allaitant deux lionceaux. Une inscription la décrit comme "furieuse et cruelle, déesse et éblouissante d'éclat ; elle est une louve ; elle saisit le jeune homme sur le passage, la jeune fille dans ses jeux, l'enfant dans les bras de sa nourrice". La barque évolue sur une rivière remplie de poissons qui symbolise le monde de l'Apsû, le domaine souterrain où évoluent les démons. Les présents et les provisions qui se trouvent sur le côté de la scène doivent l'inciter à entreprendre son voyage de retour dans le monde souterrain. Derrière Lamashtu, Pazuzu se tient debout, un bras levé. Même si son geste peut sembler menaçant et si son apparence n'est guère plus avenante que celle de son épouse, avec son corps ailé recouvert d'écailles, sa tête semblable à celle d'un dragon, sa queue de scorpion et ses pattes de rapace, il est néanmoins là pour protéger le malade en amadouant son épouse. C'est aussi Pazuzu que l'on voit surgir au-dessus de la scène en s'agrippant au dos de la plaque. Les documents et objets qui visent à se protéger contre les méfaits de Lamashtu sont fort répandus au Ier millénaire en Mésopotamie, période au cours de laquelle ce type de croyance semble avoir été particulièrement développé.

Cartel

  • Plaque de conjuration contre la Lamashtu, dite "plaque des enfers''

    Époque néo-assyrienne

  • Bronze

    H. : 13,80 cm. ; L. : 8,80 cm. ; Pr. : 2,50 cm.

  • Ancienne collection De ClercqDon H. de Boisgelin, 1967 , 1967

    AO 22205

  • Antiquités orientales

    Aile Richelieu
    Rez-de-chaussée
    Mésopotamie - Syrie du Nord. Assyrie : Til Barsip, Arslan Tash, Nimrud, Ninive
    Salle 230
    Vitrine 4 Les documents royaux d'époque néo-assyrienne IXe - VIIe siècle avant J.-C.

Informations pratiques

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai, 8 mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Entrez au musée en moins de 30 minutes
en achetant votre billet en ligne :

Achetez votre billet