Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Porte à réseau étoilé

Œuvre Porte à réseau étoilé

Département des Arts de l'Islam : 1250-1500 : Le morcellement régional

Porte à réseau étoilé

© Musée du Louvre, dist. RMN - Grand Palais / Hughes Dubois

Arts de l'Islam
1250-1500 : Le morcellement régional

Cette porte témoigne de l’art mudéjar andalou au moment de sa première splendeur. Elle présente une inscription eucharistique en latin tirée de l’Évangile de Saint Jean. En revanche, son décor étoilé est pleinement hérité de la tradition islamique.

Décor hérité de la tradition islamique

Chaque vantail est formé d’un panneau vertical, soutenu par un châssis consolidé par trois traverses. La zone centrale de la porte a été restituée par endroits. C’est là que devait se situer le système de fermeture.
L’inscription, se déroulant sur trois côtés de la face de chaque vantail, forme le cadre dans lequel se développe un réseau de polygones étoilés formés par la juxtaposition des vantaux. L’inscription et les motifs végétaux ornant les polygones sont sculptés en plein. Les baguettes saillantes formant les entrelacs ont été insérées dans des cannelures puis maintenues par des clous métalliques.

Inscription eucharistique en latin

Cette porte a été comparée à quatre autres qui partagent avec elle des inscriptions eucharistiques et le motif, dit « lazo de diez » déterminé par le prolongement d’une étoile à dix branches. Il s’agit des portes de la chapelle de la Concepción, de l’église de San Andrés à Jaén et de celles des archives de la cathédrale de Jaén, de l’église de San Martín de Séville et de l’église du Castillo d’Aracena, édifices tous situés en Andalousie.
Tout comme celle de l’église San Andrés, cette porte présente des traces de polychromie. Celles de la cathédrale de Jaén et de l’église de San Martín sont actuellement dorées.

Pour A. Franco, le développement du thème eucharistique serait lié à l’instauration de la fête du Corpus Christi célébrée à Séville dès le milieu du 13e siècle. L’emplacement originel de ces portes explique le choix de ce thème : la porte de l’actuelle sacristie de la cathédrale de Séville, la porte d’Aracena et celle de l’église San Martín donnaient à l’origine accès au tabernacle.

Inscription

L’inscription contient une partie des versets 51, 54 et 56 du chapitre 6 de l’Évangile selon Jean :
 + Ego : sum : panis : vivus : qui :/de eclo: descendi : si quis : manducaerit : ex hoc : pane vivet : in/eternum : qui  manducat : m/eam : carnem : et : bibit : meum : sanguinem : yn : me : manet : et ego : i 
(« Je suis le pain vivant descendu du ciel. Celui qui mange de ce pain vivra éternellement. Celui qui mange ma chair et bois mon sang demeure en moi et moi [en lui] ».

Bibliographie

Déléry C., « Porte de sacristie mudéjare », in Makariou S. (dir.), Les Arts de l’Islam au musée du Louvre, Paris, 2012, p. 271-273.

Franco A., « Carpintería mudéjar: puertas de sagrario andaluzas », in Goya, no 309, 2005, p. 160, no  219.

Camps Cazorla E., « Puertas mudéjares con inscripción eucarística », in Archivo español de Arte y Arqueología, 1926.

Arte y decoración en España, T. 1, Barcelona, 1917, lám. 84.

Portefeuille des arts décoratifs. Publié sous le patronage de l’UCAD par A. de Champeaux, Paris, 8ème année, 1895‑1898, pl. 686.

Cartel

  • Porte à réseau étoilé

    vers 1450-1500

    Espagne

  • Bois sculpté et peint

    H. 1,78 m ; l. de chaque vantail 45,5 cm ; ép. 9 cm

  • Achat , 1893 ; dépôt, musée des Arts Décoratifs, Paris, 2006

    AD 7674

  • Arts de l'Islam

Informations pratiques

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi
Nocturne gratuite le premier samedi du mois
de 18h à 21h45

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre 2019

Information in other languages

Entrez au musée en moins de 30 minutes
en achetant votre billet en ligne :

Achetez votre billet