Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Pot à oille « ordinaire » et son plateau

Œuvre Pot à oille « ordinaire » et son plateau

Département des Objets d'art : XVIIIe siècle : le néo-classicisme

Pot à oille et son plateau du modèle du service "à frise riche en couleurs"

© 2005 Musée du Louvre / Peter Harholdt

Objets d'art
XVIIIe siècle : le néo-classicisme

Auteur(s) :
Muriel Barbier

Ce pot à oille et son plateau ont été assemblés tardivement. Chaque objet faisait partie d’un service «à frise riche en couleurs et riche en or». L’un fut commandé par Marie-Antoinette (1755-1793), à la manufacture de Sèvres, au début de l’année 1784. L’autre offert à Gustave III de Suède (1746-1792) comme cadeau. La forme est ancienne à Sèvres en revanche le décor est emblématique des décors peints réalisés dans les années 1780. Ces pièces sont l’œuvre des plus talentueux artistes de Sèvres.

Qu'est-ce qu'un pot à oille ?

A la fin du XVIIe siècle et au début du XVIIIe siècle, une nouvelle forme connaît un grand succès sur les tables : le pot à oille qui est alors un objet à la fonction et à la forme nouvelle. Son nom vient du mot "olla" qui, en espagnol, désigne un ragoût de viandes, plat importé d'Espagne par la reine Marie-Thérèse venue épouser Louis XIV. Du contenu le mot glissa au contenant et le pot à oille servit tout au long du XVIIIe siècle à présenter les viandes en sauce. Accompagné des terrines, de forme ovale, les pots à oille faisaient partie des éléments les plus importants des services. Les grands services réalisés à la manufacture de Sèvres, comprenaient en général deux pots à oille. La forme du pot à oille « ordinaire » a été créée à la manufacture royale de Vincennes et connu un tel succès qu’elle resta en vigueur jusqu’à la fin de l’Ancien Régime comme le révèle le pot à oille du Louvre.

Le service « à frise riche en couleurs et riche d'or »

Au début de l’année 1784, Marie-Antoinette commandait, peut-être pour le palais des Tuileries, un service à décor de frise et de fleurs raffiné appelé « à frise riche en couleur et riche d’or ». Ce service comprenait plus de 300 pièces et fut mis en fabrication dès le mois de février. Or en juin 1784, Louis XVI l’offrit au souverain suédois Gustave III alors en visite en France. Un second ensemble fut mis en oeuvre pour Marie-Antoinette et livré en août 1784. Un supplément de pièces fut livré en septembre 1784 à Gustave III. Toutes les livraisons comprenaient deux pots à oille et leurs plateaux. Aujourd’hui il n’est pas toujours facile de faire la différence entre ces deux services dispersés au décor identique. Les marques des peintres et des doreurs peuvent aider à l’identification. Le pot à oille du Louvre est l’œuvre de Jacques-François Micaud père qui n’a réalisé qu’un seul pot à oille : un des deux exemplaires livrés pour la reine. Cependant son plateau proviendrait de l’ensemble de Gustave III. Ces deux objets ont été associés à une date inconnue.

Un décor somptueux réalisé par de talentueux artistes

Le pot à oille de forme circulaire est légèrement quadrilobé et pourvu d’un couvercle dont la prise a la forme d’artichauts peints à l’or. Cette forme avait été créée par Jean-Claude Duplessis pour le service de Louis XV. Les quatre pieds à enroulement sont enrichis de peignés d’or ainsi que les anses doubles entrelacées. Sur la panse court un très riche décor sur bandeau à fond lie-de-vin. A intervalles réguliers sont placés quatre cartouches bordés de perles sur fond bleu ou rouge et qui contiennent des pensées. Ces cartouches sont reliés par une frise de roses et de barbeaux (œillets). L’ensemble est bordé de perles et de guirlandes de lauriers peintes à l’or. Le décor du couvercle et celui du plateau sont semblables. Jacques-François Licaud père qui a peint les fleurs, est un des peintres de fleurs les plus talentueux à Sèvres dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle. Le décor d’or a été réalisé par un des meilleurs doreurs Leguay l’Aîné secondé pour le plateau par Jacques-François Delaroche et Vincent.

Bibliographie

Nouvelles acquisitions du département des Objets d’art 1997-2002, Paris, 2003, p 151-152.

Cartel

  • Jacques François MICAUD Père (1732/35 - 1811)

    Pot à oille et son plateau du modèle du service "à frise riche en couleurs"

    1784

    Manufacture royale de porcelaine de Sèvres

  • Porcelaine tendre

  • Acquis en 2002 , 2002

    OA 11979, OA 11980

  • Objets d'art

Informations pratiques

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi
Nocturne gratuite le premier samedi du mois
de 18h à 21h45 à partir de janvier 2019

Fermetures :
Le 25 décembre 2018
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre 2019

Information in other languages

Newsletter

Entrez au musée en moins de 30 minutes
en achetant votre billet en ligne :

Achetez votre billet

Informations complémentaires

Marques peintes : sur le pot à oille : marques peintes en bleu : double "L" entrelacées ; lettres-dates "gg" pour 1784 ; marque du peintre Jacques-François Micaud père ; marque peinte à l’or du doreur Etienne-Henry Leguay l’Aîné.sur le plateau : marques peintes en bleu : double "L" entrelacées ; lettres-dates "gg" pour 1784 ; marque du peintre Jacques-François de Laroche ; marque peinte à l’or du doreur Henri-François Vincent l’Aîné.