Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Relevés de la mosaïque de Damas

Œuvre Relevés de la mosaïque de Damas

Département des Arts de l'Islam : 632-1000 : L’ère des califats, naissance et unité d’un empire

Relevés de la mosaïque de Damas

© Musée du Louvre, dist. RMN - Grand Palais / Philippe Ruault

Arts de l'Islam
632-1000 : L’ère des califats, naissance et unité d’un empire

Les ultimes vestiges de la parure de mosaïques à fond d’or de la Grande mosquée de Damas étaient demeurés cachés sous une couche d’enduit, jusqu’à ce que des travaux menés en 1928 permettent de les mettre au jour. Des relevés minutieux et grandeur nature de ces mosaïques furent alors exécutés.

Le décor de la grande mosquée de Damas

Au 8e siècle, le calife al‑Walid Ier (r. 705-715) dote Damas d’une grande mosquée, réputée dès le siècle suivant pour son éblouissante parure de mosaïques et de placages de marbres. Ces mosaïques représentaient des paysages luxuriants et paradisiaques où se mêlaient éléments architecturaux et végétation.
La grande mosquée est victime d’embrasements successifs à partir du 11e siècle jusqu’au grand incendie de 1893. Ces désastres endommagent lourdement les décors du monument. Pendant la période ottomane, certaines mosaïques qui ont échappé aux désastres sont dissimulées sous un épais enduit.

La réalisation des relevés de mosaïque

En 1924, Victor Eustache de Lorey, directeur de l’Institut français de Damas, découvre sous l’enduit du portique ouest de la mosquée un décor de paysages en mosaïque. Il fait alors exécuter un relevé minutieux et grandeur nature de celui-ci par trois artistes : Fehmi Kabbani, Kamal Kallas et Nazmi Khair. Chacun relève à l’échelle réelle une partie du décor. Après le dessin, tesselle après tesselle, les trois hommes procèdent à la mise en couleurs à l’aquarelle. Les fragments sont ensuite mis bord à bord afin de former un relevé d’un segment du décor.

Des œuvres redécouvertes

Le Louvre conserve neuf relevés de ces mosaïques : le relevé d’un arbre, celui d’un portique et sept autres représentant des éléments d’architecture ou des détails de végétation et autres éléments naturels.
Considérés comme des œuvres en soit, les relevés furent prêtés pour une exposition à Edimbourg en 1958. Puis on les roula pieusement et ils furent oubliés. Ce n’est qu’en 1999 qu’on redécouvrit et restaura cinq rouleaux. Deux autres furent signalés encore en mains privées. Enfin, les deux plus petits n’ont été retrouvés au musée qu’en 2009.

Bibliographie :

Makariou S. (dir.), « Les mosaïques de la grande mosquée de Damas », in S. Makariou (dir.), Les Arts de l’Islam au musée du Louvre, Paris, 2012, p. 80-84.

Simonis L., Les Relevés de la grande mosquée de Damas (collection Solo, 56), Paris, 2012.

Cartel

  • Relevés de la mosaïque de la Grande mosquée de Damas

    1929

    Syrie, Damas

  • Aquarelle et or sur papier marouflé, sur papier secondaire puis sur toile

  • Signés par Fehmi Kabbani, Kamal Kallas, Nazmi Khayr

    MAO 2074 à 2078, 2092, 2093 : ancien fonds ; MAO 2096 et 2097 : ancienne collection V. Eustache de Lorey, achat, 2009

  • Arts de l'Islam

Informations pratiques

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi
Nocturne gratuite le premier samedi du mois
de 18h à 21h45

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre 2019

Information in other languages

Newsletter

Entrez au musée en moins de 30 minutes
en achetant votre billet en ligne :

Achetez votre billet