Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Reliefs de Milo

Œuvre Reliefs de Milo

Département des Antiquités grecques, étrusques et romaines : Art grec classique (du Ve au IVe siècle av. J.-C.)

Electre sur la tombe d'Agamemnon

© 2000 RMN / Hervé Lewandowski

Antiquités grecques, étrusques et romaines
Art grec classique (du Ve au IVe siècle av. J.-C.)

Auteur(s) :
Isabelle Hasselin Rous

Le relief met en scène la rencontre entre Electre et Oreste sur le tombeau de leur père Agamemnon. Illustration probable de la tragédie d'Eschyle, les Choéphores représentée à Athènes en 458 av. J.-C., la plaque a dû être réalisée dans la décennie 460-450 av. J.-C. Elle appartient à la série des reliefs dits de Milo, provenant principalement de l'île de Mélos. Le relief moulé, au fond découpé à la forme des silhouettes, était peut-être destiné à être plaqué sur des coffrets.

Electre et Oreste sur le tombeau d'Agamemnon

Le relief représente la rencontre d'Electre et de son frère Oreste sur la tombe de leur père, Agamemnon. Electre, vêtue d'un chiton moulant, est assise à gauche, devant la stèle. Son visage, penché et appuyé contre sa main gauche, traduit l'affliction suivant un schéma conventionnel. Derrière elle, une servante voilée s'avance vers le tombeau. Des bandelettes, semblables à celles qui ornent la stèle, sont posées sur les genoux d'Electre. A ses côtés, une œnochoé va lui servir pour faire une libation. Un jeune homme, vêtu de la chlamyde et coiffé du pilos, aborde la jeune femme : il s'agit d'Oreste. Penché vers sa sœur, le pied droit posé sur le dernier degré de la stèle, il lui tend la main droite, espérant être reconnu. Peut-être tient-il de la main gauche la bride du cheval présent au premier plan ? Deux hommes, en retrait, l'accompagnent : l'un, vêtu d'une chlamyde, ayant rejeté vers l'arrière son pétase et tenant un glaive de la main gauche, serait Pylade. Derrière lui, un serviteur, coiffé du pilos porte sur son dos un sac.

Une illustration des Choéphores d'Eschyle ?

Au printemps 458 av. J.-C. fut représentée à Athènes la tétralogie d'Eschyle, l'Orestie, à laquelle appartient la tragédie des Choéphores. Le succès de la pièce a peut-être influencé le coroplathe auteur de ce relief.
Après l'assassinat d'Agamemnon par Egisthe et Clytemnestre, Oreste enfant est emmené par sa soeur chez Strophios en Phocide qui va l'élever avec son fils Pylade. Arrivé à l'âge adulte, Oreste reçoit d'Apollon l'ordre de venger son père en tuant les meurtriers. Il se rend avec Pylade à Argos sur la tombe d'Agamemnon. Là, il consacre une boucle de ses cheveux. C'est alors qu'intervient la scène illustrée par le relief : Electre, chargée par sa mère Clytemnestre de porter des offrandes au tombeau pour apaiser sa victime et prévenir la vengeance de cet assassinat, voit sur la tombe une mèche de cheveux, de même couleur que les siens, lui signalant la présence d'Oreste à Argos. Celui-ci paraît sur le tombeau et montre l'endroit dans sa chevelure où a été coupée la boucle offerte au tombeau. Electre tombe dans ses bras et lui demande de venger au plus vite leur père. C'est ce moment décisif devant le tombeau d'Agamemnon que mettent en scène les "Choéphores" et le relief de Milo.

Les reliefs de Milo

Ce relief appartient à une série assez homogène de plaques découpées, tirant leur nom de l'île de Mélos sur laquelle elles ont été majoritairement découvertes et peut-être produites. Datées entre les années 470 et 430 av. J.-C., elles ont les mêmes caractéristiques techniques : reliefs de faible épaisseur (1,5 cm. au plus), moulés pour l'avers, le revers plat . Après le démoulage, l'artisan découpait et évidait le fond en contournant les silhouettes. L'ensemble était rehaussé de couleurs vives. Ces reliefs étaient vraisemblablement destinés à être plaqués sur des coffrets en bois, imitant à moindre frais les décors d'ivoire ou de matériaux précieux.

Bibliographie

- BESQUES S., Catalogue raisonné des figurines et reliefs en terre cuite grecs, étrusques et romains, Editions de la Réunion des musées nationaux, Paris, 1954, p. 8, C 16, Pl. 58.

- Mer Egée, grèce des Iles, catalogue de l'exposition, Editions dela Réunion des musées nationaux, Paris, 1979, p. 221, n 157, fig. 157.

- BESQUES S., Figurines et reliefs grecs en terre cuite, Editions de la Réunion des musées nationaux, Paris, 1994, p. 20, p. 30, fig. 69.

- JEAMMET V., "Le costume grec à travers les figurines en terre cuite. Reflet d'une société démocratique ?", in Costume et société dans l'Antiquité et le Haut Moyen Age, Actes du colloque de l'université Paris X-Nanterre, 23-24 avril 2001.

Cartel

  • Electre sur la tombe d'Agamemnon

    Vers 460 - 450 avant J.-C.

    Provenance : Athènes

  • l. : 34 cm. ; H. : 23 cm.

  • Acquisition, 1876 , 1876

    MNB 906

  • Antiquités grecques, étrusques et romaines

    Aile Sully
    1er étage
    Figurines en terre cuite grecques
    Salle 648
    Vitrine 24 : "Reliefs de Milo"

Informations pratiques

Conformément aux directives gouvernementales de lutte contre la propagation du virus Covid-19, le musée du Louvre et le musée national Eugène-Delacroix sont fermés jusqu'au mardi 15 décembre inclus.

Les visiteurs ayant acheté un billet pour cette période seront remboursés automatiquement. Aucune démarche n’est nécessaire.

Le jardin des Tuileries et le jardin du Carrousel sont ouverts.

Retrouvez sur cette page toutes les informations liées à la situation sanitaire.

Nous vous remercions de votre compréhension. 

Informations complémentaires

Inscriptions grecques peintes sur la base et la stèle : ALECTR ; MEG