Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Reliquaire de la Vraie Croix

Tableau-reliquaire de la Vraie Croix et couvercle à glissière

© 1992 RMN / Daniel Arnaudet

Objets d'art
Moyen Age

Auteur(s) :
Dorota Giovannoni

Ce reliquaire de la Vraie Croix adopte la forme typiquement byzantine d’une staurothèque, coffret plat muni d’un couvercle coulissant qui donne accès à la relique placée à l’intérieur. Ici, seul le panneau intérieur en argent doré, avec au centre une logette à relique, aujourd’hui vide, est byzantin. Le couvercle et le boîtier, inspirés sans doute du reliquaire d’origine sont l’œuvre d’un orfèvre occidental travaillant dans des régions du Rhin ou de la Meuse au début du XIIIe siècle.

La Vraie Croix

Une des plus importantes reliques byzantines, et sans doute la plus prestigieuse, était celle de la Vraie Croix. Selon la légende, elle fut retrouvée à Jérusalem, au IVe siècle, par sainte Hélène, mère de l’empereur Constantin (306-337).
Les reliquaires byzantins de la Vraie Croix adoptaient soit la forme d’un triptyque, soit celle d’une staurothèque, coffret plat dont l’encadrement saillant était muni d’un couvercle coulissant qui protège et qui donne accès à la relique placée à l’intérieur. La plus somptueuse staurothèque (réalisée vers 970) fut apportée en Occident par le croisé Ulrich von Uelmen, après la prise de Constantinople, lors de la quatrième croisade, en 1204. Elle est conservée aujourd’hui au trésor de la cathédrale de Limbourg-sur-la-Lahn.

Une oeuvre de la renaissance macédonienne

Sur le reliquaire du Louvre, seule la plaque intérieure, bordée d’une fine frise de palmettes stylisées, en argent doré repoussé et gravé, est byzantine. Une logette au centre contenait autrefois un morceau du précieux bois. Cette logette, à l’origine en forme de croix à double traverse - dite croix byzantine - fut raccourcie et transformée en croix latine à une seule traverse. De part et d’autre de la croix, se tiennent la Vierge et saint Jean tandis que deux anges en buste apparaissent dans les angles supérieurs.
L’élégance des figures et des draperies, l’expressivité des personnages - attitude douloureuse de saint Jean - permettent d’attribuer cette plaque à un atelier constantinopolitain du XIe siècle. Il s’agit donc d’un exemple exceptionnel d’orfèvrerie byzantine de l’époque de la renaissance artistique sous le règne des empereurs de la dynastie macédonienne (867-1056).

L'ouvrage d'orfèvrerie rhéno-mosane

La plaque byzantine, vestige d’une staurothèque rapporté en Occident avec le butin de la quatrième croisade, a été enchâssée dans un nouveau coffret au décor particulièrement luxueux, conçu à l’imitation du reliquaire d’origine par un orfèvre travaillant dans  les régions du Rhin ou de la Meuse au début XIIIe siècle.
Le panneau d’origine a été agrandi par une frise de rinceaux, de plaques d’émail champlevé aux couleurs vives qui alternent avec des filigranes et des pierreries. Sur le couvercle, ces mêmes filigranes et pierreries forment une croix à double traverse aux extrémités trilobées, mise en valeur par un fond en argent doré uni. La plaque de cuivre du revers est ornée de grands feuillages obtenus au vernis brun.

Bibliographie

- FROLOW (A), La Relique de la Vraie Croix, recherche sur le développement d’un culte, Paris, 1961.
- FROLOW (A.), Les Reliques de la Vraie Croix, Paris, 1965.
- Byzance, L’Art byzantin dans les collections publiques françaises, Paris, musée du Louvre, Paris 1992, n° 237.
- 1204, la quatrième croisade : de Blois à Constantinople et éclats d’empires, Musée-Château de Blois et Paris, Bibliothèque nationale de France, Musée du cabinet des Médailles, 2005-2006, n° 30.
- Byzantium 330-1453, Londres, Royal Academy of Arts, 2008-2009, n° 245.

Cartel

  • Tableau-reliquaire de la Vraie Croix et couvercle à glissière

    Reliquaire : Byzance, XIe siècleEncadrement et couvercle : Vallée de la Meuse, vers 1160 - 1170

  • Argent doré, émaux champlevés sur cuivre doré, vernis brun

  • Ancienne collection Vergauwen ; don V. Martin Le Roy, 1914 , 1914

    OA 8099

  • Objets d'art

Informations pratiques

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai, 8 mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Entrez au musée en moins de 30 minutes
en achetant votre billet en ligne :

Achetez votre billet

Informations complémentaires

H CTARPCICωCIC (= la Crucifixion) - εIΔε Ö ΥίΟС СOУ (= voilà ton fils) - ΙΔα Η ΜζηΡ COY (= voilà ta mère)