Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Sainte Françoise Romaine annonçant à Rome la fin de la peste

Œuvre Sainte Françoise Romaine annonçant à Rome la fin de la peste

Département des Peintures : Peinture française

Si vous n’arrivez pas à lire les médias, téléchargez Flash Player.

Sainte Françoise Romaine

© Musée du Louvre, dist. RMN / Angèle Dequier

Peintures
Peinture française

Auteur(s) :
Guillaume Kazerouni

Peint vers 1657 pour le cardinal Giulio Rospigliosi (futur pape Clément IX, de 1667 à 1669), le tableau célèbre la fin de la peste à Rome. Le fléau personnifié, à droite, est chassé par un ange, tandis que sainte Françoise Romaine (1384 - 1440, canonisée en 1608), tenant des flèches brisées, apparaît à une dame romaine (peut-être Anna Colonna, morte en 1658). Une autre interprétation voit sainte Françoise Romaine dans la femme agenouillée, et la Vierge ou l'Eglise dans celle qui lui apparaît.

Un Poussin retrouvé

Rendu célèbre par deux gravures dues à Giacomo del Po et à Girard Audran, le tableau de Poussin, peint pour le cardinal Giulio Rospigliosi à Rome et resté chez ses descendants au XVIIe et au XVIIIe siècle, avait disparu depuis la fin du XVIIIe siècle. Il était, depuis, souvent cité mais seules les gravures permettaient d'en avoir une idée approximative. Après la miraculeuse réapparition de cette toile, en 1998, sur le marché de l'art parisien, son étonnant destin au XIXe et au XXe siècle a pu être éclairci. En fait, le tableau fut vendu, en 1798, avec une partie de la collection Rospigliosi-Pallavicini, suite au traité de Tolentino et à ses conséquences économiques pour la famille des propriétaires. Plus tard, il entre dans la collection du secrétaire de l'Académie de France à Rome, Alexis Le Go, qui amène le tableau dans le midi de la France en 1873. Dès lors, le tableau demeure chez ses héritiers et perd son identité. Suite à différentes péripéties, le chef-d'oeuvre devenu un "nid à poussière" encombrant, passe entre les mains d'un expert qui le reconnaît grâce aux gravures. Il est, par la suite, acquis par le Louvre, où il vient heureusement compléter la période de la maturité du peintre, faiblement représentée.

La Beata Francesca

Francesca dei Ponziani, dont la vie avait été marquée par différentes visions et combats intérieurs, morte en 1440, fut canonisée par le pape Paul V Borghèse en 1608. Par ce geste, ce dernier donnait raison au suffrage unanime des Romains, qui avaient, dès la mort de la sainte femme, nommé celle-ci "l'Avocate de Rome". Dans une composition construite autour d'une grande ligne oblique, Poussin représente la sainte apparaissant à la Ville de Rome personnifiée par une femme voilée et agenouillée et annonçant la fin d'une épidémie de peste. Elle aurait intercédé auprès de la Vierge pour mettre un terme à ce fléau. Ce dernier est figuré sous l'apparence monstrueuse d'une femme cadavérique à la chevelure remplie de serpents, qui porte sur son dos une de ses victimes. Un archange vêtu de jaune assiste sainte Françoise pour chasser le mal. Il s'élance vers la Peste d'un mouvement solennel et dynamique. Enfin, une autre victime gît au sol sous les nuées qui supportent la sainte. Le tableau est en relation avec la fin d'une épidémie de peste qui sévit dans différentes villes d'Italie, dont Rome, en 1656. La population terrifiée dut invoquer Françoise Romaine réputée pour ses pouvoirs thaumaturgiques. C'est certainement après 1657, quand l'épidémie donnait des signes de faiblesse, que le cardinal Rospigliosi a dû commander à Poussin cet hommage à la sainte.

Une sainte romaine et à l'antique !

Cette composition solennelle, conçue comme un ex-voto à Françoise Romaine, met une fois de plus en avant les références classiques - antiques ou modernes - de la peinture de Poussin. La scène se déroule dans une imposante architecture marquée par des pilastres classiques qui encadrent une grande arcade. La figure de la Peste reprend les traits du Gladiateur emportant un enfant mort, une des célèbres statues antiques des collections Farnèse (Naples, musée archéologique). Quant à la femme allongée, elle est une citation de la Sainte Cécile (1600, Rome, église Sainte-Cécile) de Maderno, sculpture fameuse à Rome et souvent prise comme modèle.

Cartel

  • Nicolas POUSSIN (Les Andelys, 1594 - Rome, 1665)

    Sainte Françoise Romaine

  • H. : 1,30 m. ; L. : 1,01 m.

  • Acquis en 1999 grâce à la Société des Amis du Louvre,avec la participation du Fonds du Patrimoine , 1999

    R.F. 1999. 1

  • Peintures

    Aile Richelieu
    2e étage
    Les peintres de Louis XIII
    Salle 826

Informations pratiques

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai, 8 mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Entrez au musée en moins de 30 minutes
en achetant votre billet en ligne :

Achetez votre billet