Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Salomon sacrifiant aux idoles

Salomon sacrifiant aux idoles

© 2009 Musée du Louvre / Erich Lessing

Peintures
Peinture française

Auteur(s) :
Guillaume Kazerouni

Ce tableau servait autrefois de dessus-de-porte dans la grande antichambre de Louis Phelypeaux de la Vrillière à l'hôtel de Toulouse, l'actuelle Banque de France.

Bourdon, peintre d'histoire

Peintre de genre et de paysage, Sébastien Bourdon fut également l'auteur d'un grand nombre de tableaux d'histoire. Son art est marqué par une grande admiration pour Nicolas Poussin et par les innovations italiennes, notamment des écoles romaine et vénitienne, qu'il découvre lors son séjour en Italie (1634-1637). Le tableau présenté ici est issu des collections de Louis Phelypeaux de la Vrillière et décorait, selon l'inventaire après décès dressé en 1681, un dessus de cheminée de son hôtel parisien (hôtel de la Vrillière, appelé plus tard hôtel de Toulouse, actuelle Banque de France). Le tableau est placé, au siècle suivant, au-dessus d'une des portes de la grande antichambre de l'hôtel habité par le duc de Penthièvre, avant qu'il ne soit saisi à la Révolution.

Salomon et les idoles

Salomon est le sixième enfant né des amours de David et de Bethsabée. Sa mère pousse le roi à le bénir et à le choisir comme successeur sur le trône. C'est Salomon, connu pour sa sagesse, qui fera construire le premier Temple de Jérusalem. Dans sa vieillesse, il se laisse pourtant détourner de Dieu par ses nombreuses femmes et sacrifie à des dieux païens comme Astarté ou Moloch. Il est ici agenouillé devant un autel que surmonte la représentation sculptée d'une déesse. Tout autour de lui se pressent quelques-unes de ses femmes. Pour souligner leur rôle néfaste, le peintre montre, au centre du tableau, l'une d'entre elles, qui, dans un geste d'approbation, désigne la divinité au roi. Un autre épisode de l'Ancien Testament, celui de Samson trompé par la beauté de Dalila, peut être mis en parallèle.

En France, après Rome et Venise

La composition, datée des années 1646-1647, est construite en oblique avec une ligne ascendante qui part de la droite du tableau pour rejoindre la sculpture. Le centre de l'oeuvre est occupé par le visage d'une des femmes. Le tableau est caractéristique des réalisations les plus lyriques du peintre. On y décèle des formules issues de la peinture vénitienne, notamment de Véronèse, comme le premier plan sombre mettant en valeur le second, plus lumineux, et l'utilisation de figures repoussoirs au premier plan. La souplesse des figures, le coloris doux et la lumière diffuse révèlent une bonne connaissance de la peinture romaine, notamment celle de Pierre de Cortone et des artistes de son entourage comme Romanelli. Les mêmes particularités se retrouvent dans d'autres oeuvres du peintre conservées au Louvre : La Rencontre d'Antoine et de Cléopâtre (?), La Fuite en Égypte et La Présentation au Temple. Dans ces dernières, la palette du peintre est plus claire et le lyrisme s'accentue.

Cartel

  • Sébastien BOURDON (Montpellier, 1616 - Paris, 1671)

    Salomon sacrifiant aux idoles

    Vers 1646-1647

  • Huile sur toile

    H. : 1,56 m. ; L. : 1,45 m.

  • Saisie révolutionnaire de la collection du duc de Penthièvre à Paris, 1793

    INV. 2800

  • Peintures

    Aile Sully
    2e étage
    Le décor des demeures parisiennes au XVIIe siècle
    Salle 911

Informations pratiques

Conformément aux directives gouvernementales de lutte contre la propagation du virus Covid-19, le musée du Louvre et le musée national Eugène-Delacroix sont fermés jusqu'à nouvel ordre.

Les visiteurs ayant acheté un billet pour cette période seront remboursés automatiquement. Aucune démarche n’est nécessaire.

Le jardin des Tuileries et le jardin du Carrousel sont ouverts.

Retrouvez sur cette page toutes les informations liées à la situation sanitaire.

Nous vous remercions de votre compréhension.