Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Statuette de dieu monté sur un char, coiffé d'un serpent lové

Œuvre Statuette de dieu monté sur un char, coiffé d'un serpent lové

Département des Antiquités orientales : Mésopotamie

Statuette de dieu monté sur un char, coiffé d'un serpent lové

© 2009 RMN / Franck Raux

Antiquités orientales
Mésopotamie

Auteur(s) :
Nancie Herbin

Ce dieu, monté sur un char, possède des oreilles de taureau et une longue barbe encadrée de mèches torsadées qui l'apparentent au dieu mésopotamien Nergal, dieu du soleil dévorant de l'été, parfois lié aux enfers. Il est représenté lors d'une procession. Sa tiare est surmontée d'un serpent, animal bénéfique dans la mythologie élamite. Cet objet montre la grande habileté des métallurgistes iraniens. Il fait partie d'un lot de vingt-six objets retrouvés à l'acropole de Suse.

Un dieu à oreilles de taureau

Le dieu, monté sur un char, est vêtu du kaunakès, robe à volants empruntée à la Mésopotamie. La tradition de cette époque attribuait ce vêtement aux personnages de nature divine, alors que les êtres humains portaient plutôt de fines étoffes drapées. Bien que d'apparence humaine, le personnage est affublé d'oreilles de taureau. Ce détail, ainsi que la longue barbe séparée en deux parties bien distinctes qu'encadrent des mèches torsadées, caractérisent le dieu-mort mésopotamien, Nergal, que l'on retrouve souvent en Élam. Ce dieu de la mort et de la maladie a souvent été représenté sous la forme de figurines de terre cuite en Babylonie, au début du IIe millénaire. Cependant, aucune d'entre elles n'a été retrouvée à Suse. Le dieu, tenant un rameau, est représenté ici lors d'une procession, à l'occasion d'une fête religieuse ou d'une visite à un défunt. En effet, une prière funéraire adressée à une divinité protectrice se déplaçant en char est attestée dans les textes.

Le serpent comme symbole des forces souterraines

La tiare de ce personnage épouse la forme d'une calotte conique. Elle est remplacée par un serpent lové dont la tête, tournée vers l'avant, est visible au sommet. Ce reptile permet de rapprocher la figurine des diverses images du "dieu au serpent" élamite. Le reptile, perçu comme un animal bénéfique symbolisant le monde chthonien et les forces souterraines, est un motif de prédilection du répertoire de l'Iran ancien. Au cours du IIe millénaire, il est particulièrement attaché à une divinité dont l'identité n'est pas assurée et que l'on appelle le "dieu au serpent et aux eaux jaillissantes". Le reptile, souvent lové, accompagne la divinité de diverses manières : sur son trône, ou sur sa tiare, notamment. Son apparence évoluera vers un aspect monstrueux, le serpent à tête humaine cédant la place au serpent-dragon.

Un goût prononcé pour la métallurgie

Les Susiens étaient d'excellents métallurgistes. Cet objet fait partie d'une série de vingt-six pièces découvertes sur l'Acropole de Suse en 1904, près du temple d'Inshushinak. Elles sont toutes conservées au musée du Louvre. Certaines étaient plaquées d'or, comme celle du dieu à la main d'or (Sb 2823). Le dieu et le char ont été coulés chacun en une seule fois, en fonte pleine. Le métal du char est cependant plus hétérogène.

Bibliographie

- Borne interactive du département des Antiquités orientales.

- MIROSCHEDJI Pierre (de), "Le dieu élamite au serpent", in Iranica antiqua, vol. 16, 1981, Gand, ministère de l'Éducation et de la Culture, 1989, p. 20, pl. IV, fig. 1.

- TALLON Françoise, "Un aspect de la métallurgie du cuivre à Suse. La petite statuaire au IIe millénaire", in Iranica Antiqua, vol. 24, 1989, Gand, ministère de l'Éducation et de la Culture, 1989, p. 123, pl. I, fig. 2.

Cartel

  • Statuette de dieu monté sur un char, coiffé d'un serpent lové

    Fin de l'époque des sukkalmah, XVIe - XVe siècle avant J.-C.

    Suse

  • Cuivre

  • Fouilles J. de Morgan

    Sb 2824

  • Antiquités orientales

    Aile Sully
    Rez-de-chaussée
    Iran, la Susiane à l'époque médio-élamite
    Salle 304
    Vitrine 3 : Représentation du dieu serpent IIe millénaire avant J.-C.

Informations pratiques

Musée ouvert le jeudi 29 octobre jusqu'à 18h.
Lors de votre visite, le port du masque est obligatoire.

Conformément aux directives gouvernementales de lutte contre la propagation du virus Covid-19, le musée du Louvre ferme du jeudi 29 octobre à 18h au mardi 1er décembre inclus.
Les visiteurs ayant acheté un billet pour cette période seront remboursés automatiquement. Aucune démarche n’est nécessaire.
Retrouvez sur cette page toutes les informations liées à la situation sanitaire.

Réservation en ligne fortement conseillée :

Achetez votre billet