Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Stèle funéraire attique de Bacô, Socratès et Aristonikè

Œuvre Stèle funéraire attique de Bacô, Socratès et Aristonikè

Département des Antiquités grecques, étrusques et romaines : Art grec classique (du Ve au IVe siècle av. J.-C.)

Stèle funéraire de Bacô, Socratès et Aristonikè

© 1993 RMN / Hervé Lewandowski

Antiquités grecques, étrusques et romaines
Art grec classique (du Ve au IVe siècle av. J.-C.)

Auteur(s) :
Charlotte Lepetoukha

La stèle funéraire, en forme de petit temple, est dédiée au nom des défunts Bacô, Socratès et Aristonikè. Elle abrite une scène impliquant six personnages : entourés par des servantes dont l'une tient un nouveau-né, une femme assise et un petit garçon font leurs adieux à une femme debout. Le monument, dont les personnages - plus nombreux qu'au début du IVe siècle av. J.-C. - commencent à s'affranchir du fond de stèle, est à situer au milieu du IVe siècle av. J.-C.

Une stèle à six personnages

La stèle adopte la forme d'un naïskos (petit temple) : les deux pilastres supportent une architrave et un fronton, décoré d'un oiseau sculpté en très bas-relief, et surmonté d'acrotères. L'architrave comporte une inscription gravée désignant les défunts : Bacô, Socratès, Aristonikè. Des concrétions en rendent malheureusement la lecture difficile.
A l'intérieur du cadre architectural interviennent plusieurs personnages. A gauche se tient une femme dont le geste qui vient écarter un voile la désigne comme une défunte ; il s'agit de Bacô. Elle serre la main d'Aristonikè, la femme assise qui lève le visage vers elle. Un petit garçon - peut-être Socratès - tend le bras vers Bacô. A l'arrière-plan, une servante tenant un coffret porte la main à son visage. A gauche, une autre servante porte un nourrisson emmailloté.

Scène d'adieu familiale

Divers schémas iconographiques identifient immédiatement une scène d'adieu à un défunt. La poignée de main échangée par Bacô et Aristonikè, désignée sous le terme grec de dexiosis, est en effet un élément récurrent des stèles funéraires grecques. Il s'agit d'un geste conventionnel symbolisant l'adieu du défunt à ses proches
L'attitude de la servante qui porte la main à son visage en signe d'affliction, ou le geste de la défunte écartant son voile, sont également des poncifs des stèles funéraire.
Ce relief met en scène un groupe familial entouré de ses servantes, dont le nombre indique l'aisance de la famille. Aristonikè, d'une stature plus imposante, est probablement la mère de Bacô. Le petit garçon debout serait le fils de cette dernière : il tend la main vers elle dans un tendre signe d'adieu. Enfin, le nouveau-né est sans doute le second enfant de Bacô ; sa présence dans cette scène indique que la femme est morte en couches.
Le nom d'Aristonikè semble avoir été rajouté sur l'architrave après les deux autres : son décès doit être postérieur à celui de sa fille.

Stèle du IVe siècle

Le monument suit l'évolution constatée depuis le Ve siècle av. J.-C. sur les stèles funéraires attiques, qui adoptent un décor architectural et vont en s'élargissant, autorisant ainsi l'intervention de personnages de plus en plus nombreux. Du Ve siècle, on retrouve également le style classique, d'exécution noble et simple, où la douleur liée à l'événement est exprimée avec retenue et sous couvert de gestes codifiés. Une exception cependant : le visage de la servante au centre relève davantage d'un certain pathétisme qui est à rattacher au IVe siècle.
D'autre part, le nombre exceptionnel de protagonistes, ainsi que l'exécution en haut-relief où les personnages commencent à se détacher du fond de stèle, invitent également à placer cette œuvre au milieu du IVe siècle. Les monuments suivants achèveront de traiter les figures en très haut-relief, avant que les lois somptuaires du tyran Démétrios de Phalère ne mettent fin à la production des stèles funéraires en Attique en 317 av. J.-C.

Bibliographie

- CLAIRMONT C. W., Classical Attic Tombstones, t. IV, 1993, n 4910, pp. 149-150.

- HAMIAUX M., Les sculptures grecques au musée du Louvre, t. I, Paris, 2001, n 156, p. 162.

Cartel

  • Stèle funéraire de Bacô, Socratès et Aristonikè

    Vers 340 avant J.-C.

    Athènes

  • Marbre du mont Pentélique (Athènes, Grèce)

    H. : 147 cm. ; L. : 92 cm. ; Pr. : 20 cm.

  • Achat, 1910 , 1910

    N° d'entrée MND 909 (n° usuel Ma 3113)

  • Antiquités grecques, étrusques et romaines

    Aile Sully
    Rez-de-chaussée
    Salle d'art grec classique et hellénistique
    Salle 8

Informations pratiques

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai, 8 mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Entrez au musée en moins de 30 minutes
en achetant votre billet en ligne :

Achetez votre billet