Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Stèle votive carthaginoise. Prêtre offrant sur un autel la tête...

Œuvre Stèle votive carthaginoise. Prêtre offrant sur un autel la tête d'un bovidé sacrifié

Département des Antiquités orientales : Levant

Stèle votive

© 1978 RMN / Gérard Blot / Christian Jean

Antiquités orientales
Levant

Auteur(s) :
Alain Duclos

Découvert en Tunisie à la fin du XIXe siècle, ce fragment de stèle est entré dans les collections du musée du Louvre en 1891. Il est orné d'une scène de sacrifice qui figure un prêtre offrant sur un autel une tête de bovidé immolé. Ce type de représentation est rare dans le corpus iconographique des très nombreuses stèles carthaginoises d'Afrique du Nord. Il est un témoin précieux des pratiques rituelles du monde phénico-punique.

Au pays de Salammbô

Ce fragment de stèle a été trouvé vraisemblablement à proximité de Carthage, peut-être même à l'emplacement du célèbre tophet de Salammbô, vaste aire sacrée où se pratiquaient des sacrifices humains, selon une tradition littéraire antique aujourd'hui contestée. Cette pièce faisait partie de la collection du commandant Antoine Philibert Marchant qui l'offrit au musée du Louvre en 1891.

Une stèle votive carthaginoise d'influence gréco-romaine

Au sommet du monument, un registre est composé de lignes ondulées en relief évoquant les flots marins et accompagnées de cercles, comme de petites rosaces aux pétales à peine esquissés. Au-dessous est représentée la scène du sacrifice d'un animal : un personnage, vraisemblablement un prêtre ou un dédicant, est figuré de profil, levant le bras droit en signe de salut et tenant de la main gauche une cassolette. Il se dirige vers un autel de pierre sur lequel est posée la tête tranchée d'un bovidé. Le réalisme de la barbe, des cheveux et des plis du vêtement fait songer à une influence stylistique gréco-romaine. Celle-ci permet de dater cette stèle du IIe siècle av. J.-C., au moment où les contacts entre Carthage, la Grèce et Rome sont constants. On peut même avancer plus précisément que ce momument a été créé à l'époque de l'occupation romaine qui suit la destruction de la cité punique, en 156 av. J.-C. Il est à noter que dans le corpus des motifs utilisés pour les stèles phénico-puniques, ce type de scène est rare. Il existe seulement aujourd'hui deux autres cas connus, trouvés aussi à Carthage.

Un témoin des pratiques religieuses phénico-puniques

La scène illustre une tradition phénicienne dont Carthage a été l'héritière. Elle consistait à offrir à la divinité la tête d'un animal sacrifié, posée sur un autel. La documentation épigraphique nous aide à reconstruire le système sacrificiel mis en place par les notables carthaginois. Nous possédons de nombreux tarifs des IVe et IIe siècles av. J.-C. qui nous renseignent sur les types de sacrifices d'animaux ainsi que sur les taxes à payer pour chaque rite privé. Nous savons ainsi que les impôts étaient établis de façon à obliger les particuliers à être fidèles à la pratique de l'immolation rituelle des viandes et à fréquenter régulièrement les sanctuaires, selon l'importance des rites et des victimes. Comme en Grèce, le sacrifice avait une valeur alimentaire certaine : chaque repas de viande a pu faire figure de sacrifice et réciproquement, chaque sacrifice d'animaux devenait l'occasion d'un repas de viande.

Bibliographie

- From Hannibal to Saint Augustin, catalogue d'exposition, Atlanta,1994.

- MOSCATI Sabatino, Les Phéniciens, Bompiani, Milan, 1998.

Cartel

  • Stèle votive

    IIe siècle avant J.-C.

    Carthage, Tunisie

  • Calcaire

  • Don Commandant Marchant, 1888 , 1888

    AO 5081

  • Antiquités orientales

    Aile Sully
    Rez-de-chaussée
    Monde méditerranéen
    Salle 313

Informations pratiques

Le musée du Louvre est ouvert tous les jours sauf le mardi. Le port du masque est obligatoire. Retrouvez sur cette page toutes les informations liées à la situation sanitaire.

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre 2020

Réservation en ligne fortement conseillée :

Achetez votre billet