Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Tête de statue : femme voilée

Œuvre Tête de statue : femme voilée

Département des Antiquités grecques, étrusques et romaines : Art hellénistique (du IIIe au Ier siècle av. J.-C.)

Si vous n’arrivez pas à lire les médias, téléchargez Flash Player.

Tête féminine voilée

© 2002 RMN / Hervé Lewandowski

Antiquités grecques, étrusques et romaines
Art hellénistique (du IIIe au Ier siècle av. J.-C.)

Auteur(s) :
Marie-Bénédicte Astier

Cette tête découverte sur l'île d'Anaphè, dans les Cyclades, appartient à une statue funéraire représentant la défunte voilée. Travaillée séparément du corps, elle s'insérait dans une cuvette taillée dans le buste, au moyen d'un bouchon d'encastrement, selon une technique largement répandue dans les Cyclades et en Asie Mineure. Ce visage juvénile, qui est étonnamment bien conservé, témoigne par sa délicatesse de la qualité de l'artisanat du marbre à la fin de l'époque hellénistique.

Découverte sur l'île d'Anaphè

C'est en 1823 que cette tête de femme est mise au jour sur l'île d'Anaphè, au sud-est des Cyclades, en même temps qu'une statue de femme drapée. Les deux monuments sont alors achetés par le collectionneur Guillaume Alby, vice-consul de France à Santorin. La tête entre finalement au Louvre en 1899, après le legs de Madame Faugère.

Une jeune femme voilée

Ce visage délicat, aux traits juvéniles, fait écho à certaines créations des ateliers de Cos du tout début de l'époque hellénistique.
Sculpté dans la seconde moitié du IIIe siècle av. J.-C., il témoigne de la prospérité et de l'essor dont jouit l'artisanat du marbre en Grèce à cette époque. La femme est représentée voilée, les yeux à demi ouverts, la bouche aux lèvres minces et légèrement souriante. Ses cheveux, dégagés par le voile de manière à nimber l'ovale du visage, sont coiffés en bandeaux finement ondulés.

Une statue funéraire

Cette tête complétait à l'origine une statue funéraire qui représentait la défunte. Travaillée séparément du corps, elle était rapportée au moyen d'un bouchon d'encastrement qui s'insérait dans une cuvette taillée dans le buste. Cette technique était largement répandue dans le bassin méditerranéen, particulièrement dans les Cyclades et en Asie Mineure. Le même système a été utilisé par exemple pour les têtes de Tralles et d'Apollonie d'Epire, également conservées au Louvre. Dans certains cas, le buste était sculpté à l'avance et la tête ajoutée au moment du décès.

Bibliographie

- HAMIAUX M., Les Sculptures grecques, II, Paris, 1998, p. 58-59, n 64.

- COLLIGNON M., Les Statues funéraires dans l'art grec, Paris, 1911, p. 304, fig. 192.

Cartel

  • Tête féminine voilée

    Seconde moitié du IIIe siècle avant J.-C.

    Trouvée en 1823 dans l'île d'Anaphé (Cyclades, Grèce)

  • Marbre insulaire

    H. : 33 cm.

  • Ancienne collection G. AlbyLegs Mme Faugères, 1899 , 1899

    N° d'entrée MND 175 (n° usuel Ma 3074)

  • Antiquités grecques, étrusques et romaines

    Aile Sully
    Rez-de-chaussée
    Salle de la Vénus de Milo
    Salle 346

Informations pratiques

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi
Nocturne gratuite le premier samedi du mois
de 18h à 21h45

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre 2019
Le 21 juin, fermeture exceptionnelle à 18h.

Information in other languages

Entrez au musée en moins de 30 minutes
en achetant votre billet en ligne :

Achetez votre billet