Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Tigre couché dans le désert

Œuvre Tigre couché dans le désert

Musée national Eugène-Delacroix

Tigre couché dans le désert, Eugène Delacroix

© RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Jean-Gilles Berizzi

Musée national Eugène-Delacroix

Auteur(s) :
Hélène Doré

Delacroix, maître dans le genre animalier

 

Si le sujet de cette œuvre paraît banal – un tigre couché dans le désert - il appartient à une longue suite de représentations animalières réalisées par l’artiste, genre dans lequel il excellait et qui lui valut une forte popularité. Au dire de ses contemporains, l’artiste lui-même ressemblait à un fauve : « Il savait adoucir le caractère féroce de son masque par un sourire plein d’urbanité. Il était moelleux, velouté, câlin comme un de ces tigres dont il excelle à rendre la grâce souple et formidable », écrit Théophile Gautier (1811 – 1872) à son propos. Proche du Tigre couché à l’entrée de son antre, cette eau-forte a sans doute été exécutée entre 1828 et 1830, au moment où Delacroix réalisait des études animalières avec Antoine-Louis Barye (1796 – 1875), au jardin des Plantes.

 

Une représentation précise et détaillée d’un tigre couché

 

Etudiant précisément l’anatomie des fauves, assistant à leurs dissections, les deux hommes se plaisaient à discuter et à comparer leur travail. Il ne fait nul doute que cette mise en commun et que ce temps passé ensemble ait conforté la technique de Delacroix. Il en résulta quelques œuvres admirables, tel ce tigre couché dans le désert. Sur un fond de paysage qui ferme l’horizon, un tigre au repos est étendu de tout son long sur le sable, la tête posée sur l’une de ses deux pattes avant. L’animal jette un regard oblique. Derrière lui, le terrain ondule. Le pelage, finement détaillé, est remarquable par la qualité du rendu.


La technique de la gravure

 

Delacroix a gravé ici en une seule fois l’essentiel du tigre, utilisant de front les divers instruments d’attaque : il n’a recours à la retouche que pour les détails, répandus sur l’ensemble de la composition, ces reprises étant faites indifféremment sur les états, à la pointe sèche ou à la roulette. Le Tigre couché à l’entrée de son antre a en revanche été l’objet d’un travail différent. Delacroix a d’abord dessiné sa composition à l’eau forte pure (premier état), avant d’effectuer diverses additions à la pointe sèche (deuxième et troisième), effacées et retravaillées (quatrième), le fond définitif ne trouvant sa place que dans le cinquième.

Bibliographie

- DELACROIX, Le trait romantique, Catalogue d’exposition sous la direction de Barthélémy Jobert, Paris, Bibliothèque nationale de France, 7 avril – 13 juillet 1998, pp. 134–143.

Cartel

  • Eugène DELACROIX (Charenton-Saint-Maurice, 1798 - Paris, 1863)

    Tigre couché dans le désert

    1846

  • Eau-forte, roulette et pointe-sèche

    H : 8, 9 cm ; L : 13, 4 cm

  • Acquis en 1988

    MD 1988-3

  • Musée national Eugène-Delacroix

Informations pratiques

Adresse :
Musée national Eugène Delacroix
6 rue de Furstenberg
75 006 Paris
Tél. : 00 33 (0)1 44 41 86 50
Fax : 00 33 (0)1 43 54 36 70

Accès :
Métro : Saint-Germain-des-Prés (ligne 4), Mabillon (ligne 10)
Bus : 39, 63, 70, 86, 95, 96
Parcs de stationnement : rue des Saints-Pères (face à la faculté de médecine) carrefour Saint-Germain-des-Prés/ rue de Rennes
Taxis : carrefour Saint-Germain-des-Prés/ rue de Rennes

Horaires :
Le musée est ouvert tous les jours, sauf les mardis, de 9h30 à 17h00 (fermeture des caisses à 16h30).

Jours de fermeture :
Fermé les jours fériers suivants : le 1er janvier, le 1er mai et le 25 décembre.