Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Expositions & Actualités>Conférences et colloques>Peindre et repeindre dans l'Antiquité : le cas de la Tanagra...

En partenariat avec :

Une Tanagra repeinte et redorée dans l'Antiquité
par Violaine Jeammet, musée du Louvre et Brigitte Bourgeois, Centre de recherche et de restauration des musées de France

La polychromie antique revient sur le devant de la scène depuis quelques années.
Étudiée d’une manière interdisciplinaire croisant sciences humaines et sciences des matériaux du patrimoine, elle renouvelle notre approche des œuvres et dévoile un pan de leur histoire matérielle encore largement inexploré, celui de leur conservation et de leur restauration dans l’Antiquité. Pour durer, la couleur devait en effet être entretenue et renouvelée au cours du temps.
Souvent laissées de côté par la recherche moderne en raison de la modestie du médium, les figurines en terre cuite sont pourtant, par leur remarquable état de conservation, bien supérieures à celui des marbres, et par la qualité parfois exceptionnelle de leur mise en peinture, des témoins de premier ordre. Dans le cas de la Ménade, l’étude approfondie de la surface, menée notamment au moyen de la microscopie numérique 3D, a révélé l’existence de trois états successifs de polychromie, comportant des jeux d’ombre et de lumière, ainsi qu’un rare témoignage de re-dorure antique. Il y a plus : on a pu démontrer que le repeint venait ici réparer un accident de la forme plastique. Ces observations tout comme les nouvelles pistes qu’elles ouvrent permettent de proposer aujourd’hui une vision renouvelée des pratiques picturales des artisans de l’Antiquité. Elles sont aussi l’occasion de réfléchir au statut et à la fonction qu’une telle œuvre pouvait avoir dans la Grèce du début de l’époque hellénistique (fin du IVe s.-IIIe s. av. J.-C.).

Brigitte Bourgeois est conservateur général du patrimoine, docteur et habilitée à diriger des recherches en histoire (Université Paris I, 2006), Elle est chargée de mission sur l’histoire de la restauration et rédacteur en chef de la revue Technè au Centre de recherche et de restauration des musées de France (C2RMF). Chercheur au Getty Research Institute (2005-2006) et pensionnaire à l’INHA (2007-2011), elle a publié de nombreux travaux sur la polychromie de la sculpture grecque ainsi que sur l’histoire moderne de la restauration des antiques. Elle a récemment dirigé un numéro de la revue Technè consacré à Thérapéia. Polychromie et restauration de la sculpture dans l’Antiquité (n°40, 2014).

Violaine Jeammet est conservateur en chef au département des Antiquités grecques, étrusques et romaines du musée du Louvre et membre de HALMA- 8164 (CNRS, Univ. Lille, MCC). Elle est spécialiste de la petite plastique en argile grecque et, à ce titre, travaille aussi bien sur les pratiques artisanales (ateliers, fabrication des œuvres notamment autour de la question de la mise en couleur) que sur le statut et la fonction de ces œuvres dans l’Antiquité. Après le réaménagement en 1997 des salles Charles X dévolues aux figurines grecques, elle a entre autres été commissaire de l’exposition « Tanagra. Mythe et Archéologie » (musée du Louvre, 2003 / musée des Beaux-Arts de Montréal, 2004).

Cycle(s) : Oeuvre en scène, Saison 2015-2016

Informations pratiques

Lieu
Auditorium du Louvre

Tarif E
6 €, plein
5 €, abonnement classique
4 €, abonnement tarif réduit
3 €, réduit
3 €, jeune ; solidarité
3 €, scolaire
Gratuit pour les étudiants en art et histoire de l'art et pour les Amis du Louvre jeune

Acheter une place